Ghana Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
GHANA :  Les moto-taxis frappent aux portes dÂ’Accra
 

GHANA : Les moto-taxis frappent aux portes dÂ’Accra

 
 
 
 9724 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 02 octobre 2011 - 19:18

« Okada » à  Accra

ACTUALITÉ INFO NEWS GHANA:: ARTICLE DE LA RÉDACTION DE KOACI AU GHANA ::

© koaci.com - Les moto-taxis, localement surnommés « Okada » lancent un appel aux autorités pour quÂ’elles lèvent le mot dÂ’interdiction de leurs activités pour pourvoir rendre service à  la population.

Les Okada qui veulent assurer un service commercial dans la capitale ghanéenne, Accra, entendent par cet appel réactualiser une vieille doléance pour se regrouper en syndicat afin de mieux organiser leur corporation qui jusquÂ’ici opère dans la clandestinité.

La circulation interurbaine à  Accra devient de plus en plus un casse tête aux heures de pointes. Malgré le développement des infrastructures routières, le phénomène persiste et les usagers ne savent plus à  quel saint se vouer. En début et en fin de journée, la file indienne des voitures qui restent dans lÂ’embouteillage nÂ’est plus une histoire à  dissuader les Okada qui disent avoir une solution pour ce problème, du moins pour ceux qui veulent rapidement rejoindre leur lieu de travail ou leur domicile.

CÂ’est fort de cet argument, que les conducteurs de moto-taxis redonnent de la voix pour interpeler le gouvernement à  leur donner le feu vert pour quÂ’ils opèrent en toute légalité dans le pays. Pour certains conducteurs, vu la rapide croissance dans la capitale et aussi lÂ’augmentation du nombre des voitures dans la circulation, ils sont aujourdÂ’hui les seuls à  pouvoir aider les passagers à  vite rallier leur service, leur lieu de travail ou leur maison en un temps record avec un coût moins élevé. Le trajet quÂ’un taxi ou un « trotro » peut faire en 30 minutes, un Okada peut le faire en 10 ou 15 minutes. DÂ’autres conducteurs renchérissent quÂ’ils sont capables dÂ’offrir un service à  bon port c'est-à -dire transporter leurs clients jusqu'aux portes de leurs services ou de leurs maisons, un défi que nÂ’arrivent pas à  relever les taxis et les « trottro » en raison des difficultés dÂ’accès dans certains quartiers.
Malgré toutes ces intentions, ceux qui sÂ’opposent à  lÂ’introduction des Okada au Ghana estiment que cÂ’est un moyen de transport risquant, dangereux et nuisible. Pour ces anti-Okada, les conducteurs ne disposent non seulement pas dÂ’assurance qui puisse les couvrir en cas dÂ’accident mais aussi leur circulation représente un danger pour les piétons qui sont dans la circulation et en dernier ressort, ils sont prêts à  engendrer des tapages sonores pour se faire remarquer.

En février dernier, environ 400 conducteurs ont déposé une pétition au Parlement pour que leur activité soit régularisée mais malheureusement les députés ont rejeté leur demande. Depuis lors, la Police est à  la traque des indélicats conducteurs qui circulent dans la capitale.

Si à  Accra, les autorités continuent de denier le droit de service aux moto-taxis, soulignons que dans la région du Volta, une localité frontalière avec le Togo, les Okada circulent à  longueur de journée au vu et au su de tout le monde et migrent progressivement vers Accra. Au regard de cet exode, lÂ’on se demande jusquÂ’à  quand les autorités résisteront t- elles à  un phénomène en vogue chez la jeunesse et qui tend à  gagner toute lÂ’Afrique de lÂ’ouest.

Mensah, KOACI.COM ACCRA, copyright © koaci.com
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Affaire de la préfecture de policie, le comportement des forces spéciales a-t-il brisé leur myhthe?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en...
 
2643
Oui
74%  
 
900
Non
25%  
 
17
Sans Avis
0%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008