Gabon Tribune
 
Cliquez pour agrandir l'image  
GABON: Pr Léon Nzouba, bouc émissaire de lÂ’amateurisme de lÂ’Emergence ?
 

GABON: Pr Léon Nzouba, bouc émissaire de lÂ’amateurisme de lÂ’Emergence ?

 
 
 
 5720 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 28 novembre 2011 - 09:26

Léon Nzouba (PH)

::ACTUALITÉ INFO NEWS GABON::KOACINAUTE

Qui peut croire un seul instant que la présidence nÂ’eût été informée de la prétendue opération « libérez les trottoirs » ? Celle que la majorité des gabonais ne cesse de rejeter vu le nombre de familles qui en sont victimes ? « Ya Ali » nÂ’aurait donc pas donné son aval pour lÂ’exécution des casses ? Nos émergents pensent-ils vraiment que la gestion dÂ’un Etat est similaire à  un dessin au crayon quÂ’on efface et refait à  volonté ? Dire que des enfants se retrouvent dans la rue en pleine période scolaire avec des parents désemparés serait-ce une blague ? Les médias nationaux et même internationaux qui en parlent depuis des semaines sont-ils tout aussi schizophrènes pour obstruer autant la réalité ?

Personne nÂ’est amnésique pour nous faire croire que le ministre des Travaux publics [TP] se serait levé seul un matin pour « bombarder » les commerces et les habitations de ces citoyens sans que le général émergent ne donne son accord surtout en voyant son armée choyée très engagée dans ladite opération. Nous avons encore en mémoire le communiqué très « présidentiel » qui ordonnait aux ministres de lÂ’intérieur et des TP la destruction des constructions anarchiques dans les plus brefs délais malgré le manque dÂ’études préalables à  une telle mission. Il faut assumer votre amateurisme solidairement, chers émergents. Mieux, faites comme dÂ’habitude en rendant à  la présidence ce qui est à  la présidence puisque cÂ’est toujours sous le haut patronage de « Ya Ali » que toutes les choses se font même celles les plus futiles.

Cher concitoyens, nous remarquons que les casses semblent avoir perdu en vitesse depuis que lÂ’on demande que justice soit faite en allant détruire également les constructions huppées du quartier présidentiel « la Sablière » qui présente tout aussi des caractéristiques anarchiques. On ne saurait comprendre lÂ’humanisme soudain du gouvernement après avoir mis de nombreuses familles « makaya » dans la rue. Le pouvoir ayant opté de mettre la charrue avant les bÂœufs, quÂ’il aille au bout de sa logique avant dÂ’entamer toute négociation ! Parce que ce gouvernement ne doit sa légitimité quÂ’à  la communauté internationale et nÂ’écoute donc pas le peuple. A moins que ladite communauté ne commence à  regarder de trop près ce qui se trame au Gabon pour que celui-ci retrouve raison. Pitié.

En effet, ça fait des semaines quÂ’une majorité de gabonais ne cesse de remettre en cause non pas lÂ’idée de rénover mais la manière dont les émergents procède par la force et la violence en piétinant délibérément la loi. CÂ’est dÂ’ailleurs une société civile congédiée par le pouvoir sous la bannière du mouvement « Ça suffit comme ça » qui est depuis lors à  pieds dÂ’Âœuvre pour aider les victimes à  recouvrer leurs droits vu que lÂ’autre société civile dite émergente nÂ’en a cure et se contente de balayer le chemin au slogan « Laissez-nous avancer » !

CÂ’est donc pour cacher lÂ’échec de plus en plus patent des décisions émanant de la présidence quÂ’on essaye de mettre lÂ’écho impopulaire des « casses » émergentes sur le Pr Léon Nzouba. Il se trouve que le pouvoir accuse dÂ’un manque criard en matière de communication à  tel point que le meilleur communicateur de cette mouvance, nous citons « Ya Ali », sÂ’est vu contraint de descendre sur le terrain afin de corriger les tares de son gouvernement qui agit depuis deux ans sans quÂ’il ne soit informé de quoi que ce soit. Pathétique.

Voici un pouvoir en mal de légitimité et de compétences. Un gouvernement qui passe la majeure partie de son temps à  se trouver des excuses et des échappatoires pour voiler son « savoir-rien-faire ». Mais qui vous a envoyés à  la tête de lÂ’Etat ? Le Gabon , à  lÂ’ère de lÂ’émergence, devient un cirque où les acteurs, au-delà  de la tristesse quÂ’ils infligent au peuple, font montre dÂ’un certain talent de comédiens quÂ’il faille leur reconnaitre pour toutes ces fois quÂ’ils nous font mourir de rire par leur amateurisme exceptionnel !

Allons-nous assister au renvoi de tous les fonctionnaires des ministères qui ont participé aux casses sans communication préalable avec les populations comme ce fut le cas au ministère de l'Habitat ? Vu que c'est desormais l'alibi trouvé par ceux qui ne cessent d'avancer sans savoir où ils vont...

Affaire à  suivreÂ…

Meboon Môôn Meba Ondo


Ps: KOACINAUTE = MEMBRE PARTICIPATIF DE KOACI INSCRIS SUR KOACI (lien inscrit toi en page dÂ’accueil)
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008