Ghana Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
GHANA : Kwesi Pratt :  « Bush et Blair, meilleurs candidats pour la CPI, pas seulement Gbagbo »
 

GHANA : Kwesi Pratt : « Bush et Blair, meilleurs candidats pour la CPI, pas seulement Gbagbo »

 
 
 
 5383 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 06 décembre 2011 - 12:20

Kwesi Pratt (ph)

::ACTUALITÉ INFO NEWS GHANA::

© koaci.com - Kwesi Pratt, un patron de presse à  Accra au Ghana, exige que lÂ’ex Président Américain et lÂ’ex Premier ministre Britannique, respectivement George Bush et Tony Blair, soient traduits devant la Cour Pénale Internationale (Cpi) pour rendre compte des millions de massacres occasionnés dans le monde durant leur mandat. Pour le demandeur, la satisfaction de cette exigence visera à  démontrer une équité dans le fonctionnement de la Cpi.

Pratt a fait cette déclaration hier sur une chaine de radio à  Accra au moment où le président Ivoirien déchu, Laurent Gbagbo, faisait sa première comparution devant la Cpi pour répondre en tant que coauteur indirect des accusations de crimes contre l'humanité, meurtres et autres actes inhumains en Côte-d'Ivoire après la présidentielle de 2010.
Loin de la Cpi et tout proche de la Cote dÂ’Ivoire, la comparution de Gbagbo ce 5 décembre 2011 devant la justice internationale à  la Haye passionne la presse ghanéenne. Kwesi Pratt, le patron du journal privé « The Insight » sÂ’est indigné au début de procès de Gbagbo en réclamant au nom de la justice universelle, que la Cpi revoit la liste de ses ‘‘clientsÂ’Â’ potentiels à  juger.
Partant des faits encore vif dans ses souvenirs, Kwesi Pratt a rappelé que « beaucoup de dirigeants du monde, y compris George Bush et Tony Blair ont fait pire que les dirigeants africains. Au cours des dix dernières années, Bush et Blair et autres dirigeants du monde ont pris des mesures qui ont conduit au massacre de centaines de milliers de personnes. Les troupes Américaines ont braisé des Somaliens par le feu, mais jusquÂ’à  ce jour aucune poursuite nÂ’est engagée contre les présumés auteurs ».

En abordant le vif du sujet, c'est-à -dire la comparution de Gbagbo à  la Haye, Pratt se dit être choqué par le fait que les justiciers laissent dÂ’autres en liberté en se concentrant sur Gbagbo. Non, répliquera t-il, car sÂ’il faut poursuivre les dirigeants du monde pour leurs actes, il faut mettre de coté la sélectivité des suspects. Pour lui, Bush et Blair sont des meilleurs candidats de la Cpi à  juger et non pas seulement Gbagbo.

SÂ’interrogeant sur le pourquoi les Etats-Unis ne reconnaissent pas la compétence de la Cpi dans le monde, Pratt a continué dÂ’interrogation en interrogation son analyse en ces termes : « pourquoi pensons-nous que c'est seulement à  la Haye que nous pouvons obtenir la justice? Pourquoi les dirigeants Africains sÂ’abonnent-ils à  la compétence de la Cpi ? ».

Et pour finir, Pratt a dÂ’abord indexé les leaders dÂ’avoir ouvert les portes du continent pour une justice de deux poids deux mesures avant de sÂ’inquiéter sur les impacts négatives que pourraient avoir le procès de Gbagbo sur la réconciliation et la reconstruction de la Cote dÂ’ivoire.

Peu avant le début de la première comparution de Gbagbo à  la Haye, Jerry Rawlins avait condamné dans des termes peu diplomatiques le transfert de Gbagbo vers la Cpi. Du coté des refugiés Ivoiriens au Ghana, certains pensent que « la déportation » de Gbagbo est un débarras pour le pouvoir de Ouattara qui ne savait que faire dÂ’un prisonnier politique encombrant alors que dÂ’autres estiment quÂ’à  la Haye, Gbagbo pourra étaler sa version des faits pour que la vérité des massacres éclate au grand jour.

Mensah,KOACI.COM ACCRA; copyright © koaci.com
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008