Bénin Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
BENIN: Budget 2012: Les députés de la mouvance veulent faire chanter Yayi !
 

BENIN: Budget 2012: Les députés de la mouvance veulent faire chanter Yayi !

 
 
 
 5676 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 17 décembre 2011 - 22:20

::ACTUALITÉ INFO NEWS BÉNIN::

© koaci.com - La discussion est engagée autour du rapport général de la commission budgétaire qui examine le projet de loi des finances exercice 2012 à  lÂ’Assemblée Nationale. Plus dÂ’une dizaine dÂ’amendements sont enregistrés dont le financement de lÂ’aéroport de Tourou à  Parakou. Les députés Fcbe mettent la pression sur le gouvernement pour obtenir satisfaction.

Le rapport général de la commission budgétaire fait lÂ’objet dÂ’étude depuis le lundi dernier à  lÂ’Assemblée Nationale. A lÂ’issue de la première séance de travail entre les membres de la commission budgétaire et le gouvernement représenté par la ministre des finances Adidjatou Mathys, une dizaine dÂ’amendements sont déposés par les députés de la mouvance. Il y a, entre autres, la demande du financement complémentaire pour lÂ’achèvement de la voie pavée qui mène vers le domicile du président de lÂ’Assemblée Nationale entamée depuis trois ans et la demande de crédit pour la poursuite de la réalisation de lÂ’aéroport de Tourou à  Parakou.

De sources proches de la commission budgétaire, lÂ’amendement concernant lÂ’aéroport de Tourou est introduit par lÂ’honorable Rachidi Gbadamassi. Ce dernier aurait fait grand bruit au niveau de la commission en menaçant le gouvernement au cours de la séance du lundi 12 décembre. Il réserve des surprises désagréables au ministre des finances au cas où ce quÂ’il considère comme préoccupation majeure des Parakois ne serait pas prise en compte dans le budget 2012. LÂ’honorable Gbadamassi aurait promis la descente des populations de Parakou dans les rues pour faire entendre raison au gouvernement. Son homologue Nicaise Fagnon a pris la défense du président de lÂ’Assemblée en sollicitant un crédit supplémentaire pour la poursuite du chantier de pavage de la voie qui mène chez le Président Nago. Pour contourner lÂ’article 107 de la Constitution qui dispose que « les propositions et amendements déposés par les députés ne sont pas recevables lorsque leur adoption aurait pour conséquence soit une diminution des ressources publiques, soit la création ou lÂ’aggravation dÂ’une charge publique, à  moins quÂ’ils ne soient accompagnés dÂ’une proposition dÂ’augmentation de recettes ou dÂ’économies équivalentes », les auteurs des amendements à  incidence financière sur le budget demandent à  la commission de prélever sur la rubrique des dépenses non reparties. Or , cette ligne budgétaire souvent consacrée à  lÂ’achat des matériels roulants et à  la gestion des catastrophes est de part sa fonction incompressible. Tous les amendements sont versés à  la ministre des finances Mathys Adidjatou qui a demandé quelques jours pour les étudier avec ses homologues du gouvernement en vue de rechercher les portes de sortie dans la mesure du possible.
Toutefois, précise-t-elle, les chances que les amendements des députés aboutissent sont très minces car le cadrage budgétaire est rigide et ne permet pas au gouvernement de faire des extrapolations budgétaires. Le gouvernement revient vendredi prochain en commission budgétaire pour donner une suite aux demandes des députés.

En attendant lÂ’adoption du rapport général, lÂ’opposition nÂ’a formulé aucun amendement sauf la demande introduite par le président Idji au sujet de la fourniture de matériel roulant à  la représentation diplomatique du Bénin à  Accra pour éviter à  lÂ’Ambassadeur de continuer à  sauter de taxi en taxi à  défaut de se faire transporter par ses collègues. Pour lÂ’instant, les regards sont tournés vers lÂ’opposition qui ne dit rien sur le projet de budget de lÂ’Etat. Le député Raphaël Akotègnon a promis une rencontre avec la presse parlementaire pour décrypter ce projet de budget avec la loupe de lÂ’opposition. Quand et où interviendra cet exercice ? Difficile de le dire.

Les députés de la mouvance veulent faire chanter Yayi

A lÂ’Assemblée Nationale, la Commission chargée dÂ’étudier le budget général de lÂ’Etat exercice 2012 poursuit ses travaux. Après le ballet des ministres et des responsables des Institutions de la République, les députés membres de la Commission budgétaire ont entamé la dernière ligne droite qui leur permettra de mettre la dernière touche au rapport général de projet de budget général de lÂ’Etat exercice 2012 qui sera examiné en séance plénière. A priori, rien ne pourra empêcher le vote à  une large majorité de ce budget. La plupart des députés (plus de 70 % en tout) sont acquis à  la cause du Chef de lÂ’Etat. Mais selon des indiscrétions, des surprises pourraient arriver. Le signal a été donné le lundi 12 décembre dernier lors des travaux de la Commission budgétaire. Les députés membres de cette Commission ont donné des sueurs froides à  lÂ’Exécutif à  qui ils reprochent de nÂ’avoir pas pris en compte dans les prévisions budgétaires de 2012 le financement complémentaire de la construction de la voie qui mène au domicile du Président de lÂ’Assemblée Nationale, une voie longue de 1,5 Km. Témoignant de leur solidarité au Président Mathurin Nago, ils ont exigé que le gouvernement prévoit des moyens pour achever cette voie qui avait déjà  bénéficié dÂ’un financement de 500 millions de F Cfa. Leur souci est que si rien nÂ’est fait, cette voie pourrait être un éléphant blanc. Ce comportement des députés de la mouvance nÂ’est malheureusement pas resté en vase clos. Il a préoccupé lÂ’opinion publique. Comme on pouvait sÂ’y attendre, les commentaires sont allés bon train. La plupart des Béninois ont désavoué les députés, notamment ceux de la mouvance présidentielle. Pour ces Béninois, lÂ’attitude adoptée par les députés de la mouvance nÂ’est quÂ’un pure chantage et le Président Boni Yayi ne doit pas sÂ’en préoccuper. «Nos députés ne vont jamais changer. Ils ne pensent quÂ’à  eux seuls. Pourquoi ne défendent-ils pas avec la même énergie les nombreux éléphants blancs qui pullulent sur toute lÂ’étendue du territoire national ?», sÂ’est interrogé un citoyen. «Plutôt que de plaider pour la construction dÂ’une voie qui a déjà  bénéficié dÂ’un financement de 500 millions de F Cfa et qui nÂ’est dÂ’aucune importance économique pour la nation béninoise toute entière, nos députés feraient mieux de penser à  ces nombreux Béninois qui ne mangent pas à  leur faim, qui nÂ’ont pas accès à  des infrastructures routières dignes du nom, qui ont encore des problèmes pour scolariser leurs enfants», a dit un autre Béninois qui voit à  travers le comportement des députés de la mouvance une pure forme de chantage, une peu comme pour dire, «on les connaît».

Sékodo, KOACI.COM COTONOU, copyright © koaci.com
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008