Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
COTE D'IVOIRE : Quatre partis créent une plate-forme et claquent la porte au CNRD
 

COTE D'IVOIRE : Quatre partis créent une plate-forme et claquent la porte au CNRD

 
 
 
 6574 Vues
 
  17 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 06 janvier 2012 - 16:12

ACTUALITÉ INFO NEWS COTE D'IVOIRE:: ARTICLE DE LA RÉDACTION DE KOACI EN COTE D'IVOIRE ::

© koaci.com - Mel Eg Théodore de lÂ’UDCY, Appiah Kabran du MNC Alternative, Coulibaly Gervais du Cap-UDD et Lagou Henriette de RPC ont créé une nouvelle plate-forme politique dénommé la Ligue des Mouvements pour le Progrès (LMP), claquant ainsi la porte au Congrès national pour la résistance et la démocratie. (CNRD).

Le divorce est désormais consommé entre le Congrès national pour la résistance et la démocratie (CNRD) et lÂ’UDCI, le Cap-UDD, le MNC Alternative et le RPC. Les patrons de ces partis suscités ont décidé de faire désormais chemin ensemble avec la création dÂ’une nouvelle plate qui curieusement à  le sigle LMP.

Tout en prenant acte de la décision de ses anciens alliés du CNRD, le Front populaire ivoirien (FPI) se dit indigné de lÂ’utilisation du sigle LMP, reconnaissant tout de même quÂ’il nÂ’est pas une marque déposée. «Que les initiateurs de la nouvelle plate-forme qui étaient membres de cette Majorité Présidentielle (LMP/CNRD) ont choisi eux-mêmes de sÂ’en écarter désormais, qu'il y a, dans lÂ’utilisation du sigle LMP, une volonté manifeste dÂ’entretenir la confusion dans lÂ’opinion nationale et internationale,» déclare ce vendredi le Secrétaire général du FPI, Laurent Akoun, invitant par ailleurs, lÂ’opinion nationale et internationale à  ne pas se laisser abuser par cette pratique qui procède dÂ’une logique aux antipodes de la vision clairement exprimée par le Président Laurent Gbagbo. « Le FPI appelle les démocrates et ses militants à  demeurer sereins et à  rester à  lÂ’écoute des mots dÂ’ordre de la direction du parti, » a insisté le porte-parole précisant toute fois que le sigle LMP nÂ’est pas nouveau dans le lexique politique ivoirien et quÂ’il a été utilisé par Laurent Gbagbo comme sigle de la plate-forme de rassemblement de La Majorité Présidentielle qui a soutenu sa candidature à  lÂ’élection présidentielle de 2010.

Wassimagnon, KOACI.COM ABIDJAN, copyright © koaci.com

 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Politique
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux,...
 
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux, et me prépare à  vous retrouver très vite»
Politique
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 dét...
 
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 détenus de droit commun et réitère la réforme de la CEI pour 2020, intégralité du discours
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider pour consolider la paix et l'unité du pays
Politique
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider po...
Cameroun il y a 6 mois
 
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées contre Alain Lobognon
Politique
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées c...
Côte d'Ivoire il y a 6 mois
 
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, seuls 7 candidats admis d'office, 3 reçus au 2nd tour et 19 ajournés
Politique
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, s...
Sénégal il y a 6 mois
 
 
 
 
  17 Commentaire(s)
COTE D'IVOIRE : Quatre partis créent une plate-forme et claquent la porte au CNRD
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Dabakala
DU CULTE DE LA PERSONNE ET DE LÂ’IDEOLOGIE--------------------------------------------------La guerre est finie. Le président GBAGBO est en prison à  la Haye, en attente de son jugement. Le pouvoir ADO sÂ’est installé et lÂ’opposition cherche ses marques. Il sera question ici de tenir compte du nouveau cadre démocratique quÂ’ADO daignera instaurer dans ce pays. Les ressources de lÂ’opposition FPI/LMP ont été frontalement attaquées, financières avec le gel de nombreux comptes bancaires, politique avec la mise à  lÂ’écart des figures de proue de lÂ’opposition, soit en prison en attente de jugement, soit en exil avec aucune possibilité de dialogue ou de décrispation politique, médiatique avec la mise sous surveillance des journaux proches de lÂ’opposition et enfin socio-militaire avec la persécution morale et physique de tout représentants locaux de ce parti et par extension des populations proches à  ce parti ou à  ses aspirations. La lutte pour obtenir un climat politique vivable et plus proche de la démocratie passe bien par un relà¢chement de lÂ’étreinte du pouvoir en place et une ouverture au dialogue et au consensus, sinon au sacrifice, car il faudra quÂ’ADO accepte de perdre du terrain sur certain plan pour que lÂ’opposition revive, en allant sur le principe que la santé dÂ’une bonne démocratie repose dÂ’abord sur la présence dÂ’une opposition saine et dynamique. Toute autre forme de gestion dÂ’état se rapprochera à  de la dictature, de lÂ’autocratie, avec les caractéristiques suivantes : parti unique (RHDP), contrôle des médias (RTI et autre) donc de la propagande, répression de la population quelle quÂ’elle soit (de tout bord, donc pas de critiques en son propre sein), et enfin présence militaire excessive et voulue. ADO donnera donc les conditions de vie de lÂ’opposition actuelle. Certaines personnes décideront donc de tourner la page, en concordance avec les désiratas du pouvoir en place. Les conditions sont bien connues : reconnaissance de lÂ’autorité nouvelle, acceptation de la défaite aux élections et enfin contribution au débat politique, bien que biaisé et anti démocratique. Le CNRD est une plateforme crée sous lÂ’impulsion de lÂ’honorable Simone EHIVET GBAGBO entre autres, pour mettre sur pied une base de réflexion intellectuelle transpartisane pour permettre une meilleure éclosion économique et politique au sein de lÂ’état de côte dÂ’ivoire, avec pour objectifs, le traitement des questions centrales auxquelles le pouvoir dÂ’alors était confronté. CÂ’est en fait un conseil économique et social inofficiel, mais à  prétentions plus politiques. Le LMP (la majorité présidentiel) aura été un terme générique pour rassembler, dans lÂ’optique des élections, toutes personnes de sensibilités proches, mais qui ne se réclament pas obligatoirement du FPI ou dÂ’autre parti dÂ’opposition. Ce sera donc ici une enveloppe qui aurait permis à  lÂ’ivoirien X, qui ne soutiendrait pas par exemple les actions des cadres FPI, de voter quand même pour une idéologie précise, incorporée par SEM Laurent GBAGBO lors des élections présidentielles, sans se renier politiquement. Les dissidents de cette formation politique (LMP/FPI/CNRD) auront commis ici une erreur grave, qui consistait premièrement à  faire confiance en ADO et ses promesses politiques, sinon politiciennes, deuxièmement, de croire que tout tenait en place grà¢ce à  GBAGBO et que celui-ci parti, il serait possible sans autre forme de procès de récupérer le parti et ses suffrages, et enfin, troisièmement, de croire que les idéologies développés sous GBAGBO pourraient sÂ’estomper avec le temps, ce qui nÂ’est pas vrai, au contraire, certains axes se sont plutôt renforcés, rendant ADO encore plus détestable quÂ’avant, à  cause de sa politique sociale. Tout ce qui contribue à  ressouder lÂ’opposition, sans tête au demeurant. La participation aux législatives (après lÂ’éjection de MAMADOU KOULIBALY) aura suffit à  passer pour traitre aux yeux de ce qui continue de combattre idéologiquement ADO et le RHDP. Il est donc normal que les transfuges du CNRD, rejetés de toute part, finissent par se mettre ensemble pour avancer politiquement. Est ce leur fin politique ?? On ne le sait pas, mais une chose est sûre, ce qui fait la force dÂ’un parti, cÂ’est sa jeunesse et non seulement la qualité des dirigeant. La jeunesse du CNRD est peu consistante et la plupart des jeunes dans lÂ’opposition se revendiquent FPI et/ou tout simplement pro GBAGBO. Il est donc à  redouter que ces novelles formations politiques dÂ’opposition auront un poids mineur (comme le LIDER) et ne feront que du bruit dans les medias et pas plus. Une approche populaire sera obligatoire pour sÂ’asseoir, sous réserve de ne pas être récusé. Les masques continueront de tomber et le combat sÂ’intensifiera ! Merci !!
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKA BLAH
C'est une bonne chose. Il faut qu'il y ait un parti d'opposition pour pousser le PR- a travailler un peu plus.................................... Le PDCI qui devrait jouer le role d'un important parti politique decide d'etre la "maitresse" officielle du RDR comme Gbagbo et dame Nady Bamba................................... Il faut apprendre au "roi" Koudou et aux autres du LMP/FPI comment on "detruit" discretement un parti politique. Koudou a essaye a plusieurs reprises de "detruire" le PDCI et RDR pendant 10 ans.... il n'avait pas pu..... Le PR-Ouattara va lui montrer le chemin.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
@SRIKA BLAH....de bonnes idées et des arguments intéressants, mais d'une vulgarité sans pareil !! Du fond et de la forme !! Je crois que tu ne sera pas le premier choix de ce site pour défendre ADO et l'encenser !! Je passerai donc sur ce !!
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
gustozam
Le FPI est incassable. Ces menus frétins qui n'ont pu obtenir un poste de député lors des dernières législatives sont des figurants qui jouent bien leur rôle. Malgré toutes les contorsions,le RDR ne maîtrise la chose politique et excelle pluitôt dans la violence et les coups d'état. Penser qu'un tel parti politique peut mettre en difficulté le FPI c'est rêver debout.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Lacrimo
@ Dabakala, je suis en parfaite symbiose avec votre argumentaire. Voilà  ce que j'attends de votre part en tant que partisan d'une opposition constructive. Vous rendez ainsi service à  Laurent Gbagbo qui, quoi qu'on dise n'a pas fait usage d'armes pour faire porter ses revendications face à  Boigny. Votre analyse est d'une lucidité exemplaire. J'ai voté RHDP aux présidentielles, mais j'estime que l'heure n'est plus à  l'ADOration, mais à  une vraie remise en cause de toute la classe politique ivorienne en vue de la RECONSTITUTION DU TISSU SOCIAL. J'ai moins apprécié vos diatribes de la fin d'année 2011 qui tendaient à  promouvoir le recours à  la violence. Peut-être était-ce votre manière d'exprimer votre amour pour la mère patrie? Je vous exhorte à  la critique constructive comme c'est le cas dans vos dernières sorties en cette nouvelle année. Nous n'avons pas le droit d'enseigner la haine à  nos progénitures. Nous la génération montante, devons comprendre que dans 5-10 ans, il n'y aura plus ni Ouattara, ni Bédié, ni Gbagbo dans l'arène politique. 5-10 dans la vie d'un homme c'est beaucoup, mais dans un processus démocratique cela passe vite. Le meilleur service que nous pouvons rendre à  Ouattara c'est de lui rappeler de temps en temps qu'ils n'est pas seul à  bord et que la Côte d'Ivoire n'est pas sa chose pour en disposer comme il le souhaite. Ce pays nous appartient à  nous tous. L'heure est rassemblement chers frères. Le pays nous appelle. Que les conditions soient réunis en cette année 2012 pour le retour de tous nos exilés. Ensemble la COTE D'IVOIRE doit se retrouver. Une fois unis, nous pourrons faire BLOC contre toutes formes d'"agressions" extérieures. C'est à  ce prix que le vrai panafricanisme verra le jour. Merci.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
socrates
La question n est pas de savoir si le RDR peut mettre en difficulte le FPI , il s'y trouve déjà , c est l incompétence de Laurent Gbagbo qui en est la cause, il a trahi son parti , il devrait etre radie. Au FPI maintenant de trouver un nouveau leader pour qu il y est une vraie opposition et plus tard une alternance
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
@LacrimoÂ…Décrire une situation ou une tendance nÂ’est pas la promotion du recours à  la violence. Le climat social est explosif, on le sait et toute tension peut dÂ’un moment à  lÂ’autre retomber, si et seulement si le souverain (puisquÂ’on sait maintenant que cela dépend en grande partie de lui) prenait sur lui et encourageait ouvertement la paix et le rapprochement des populations, ce quÂ’il ne fait pas ici. Je suis fondamentalement opposé à  la violence (dÂ’où le rejet de la méthode dÂ’accession au pouvoir dÂ’ADO, du coup dÂ’état etc.) Mais lorsque des douleurs et des blessures évidentes sont en vue, il faut avoir le courage de le crier sur les toits, même si lÂ’on aimerait réellement éviter ce passage obligé. Tout est donc entre les mains dÂ’ADO, des FRCI et des populations Dioulas qui excellent maintenant dans le zèle du nouveau pouvoir acquis, par les armes et non démocratiquement. Et enfin, pour te reprendre : « Le meilleur service que nous pouvons rendre à  Ouattara c'est de lui rappeler de temps en temps qu'ils n'est pas seul à  bord et que la Côte d'Ivoire n'est pas sa chose pour en disposer comme il le souhaite » Ceci nÂ’est possible que si lÂ’on se trouve dans une démocratie qui fait la promotion de la liberté dÂ’expression, dÂ’opinion et autre. La volonté ne manque pas, mais si rien ou presque ne se fait, ce nÂ’est pas parce que lÂ’on ne le veut pas, mais parce que lÂ’on sait bien que les hommes dÂ’ADO séviront, dans le sang et la douleur, et il n y aura rien !! Je considère donc ton approche ici comme étant très naïve, à  la rigueur optimiste, pour ne pas te blesser. Tu sous-estime la puissance du pouvoir en place !! La douleur sera donc un passage obligé, même si à  contre cÂœur !! Je réitère !!
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
alasko26
Messieurs, tout d'abord je voudrais vous attirer l'attention qu'il faut aller de l'avant, la côte d'ivoire a pris du retard et je constate que vous vous êtes habitué à  faire des débats politiques mais pourquoi ne pas faire des débtas sur la relance économique, les nouvelles technologie qui peuvent aides ce beau pays, la reconstruction, sur les souhaits de chacun pour aller de l'AVANT, tout ce que vous dites ne vont RIEN faire pour la côte d'ivoire. Regarder le GHANA qui ne cesse d'évoluer, la découverte et l'exploitation du pétrole, sa stabilité. Il faut faire la politique mais il n'y a pas que cela je pense que vous devez tous vous remettre au travail et avoir des pensées positives et SE METTRE AU TRAVAIL c'est la seule chose que vous pouvez apporter si vous aimez la côte d'ivoire.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
@socratesÂ…comme toujours il sÂ’agira ici de ton opinion que lÂ’on ne voudra pas absolument contredire, mais dans ce cas, il sera difficile dÂ’accorder une quelconque crédibilité à  tes propos, surtout de la part de ceux qui constituent le FPI, bien que convalescent, ainsi que toute les populations qui continuent de croire au combat de Laurent GBAGBO, à  ses valeurs et à  lÂ’idéologie quÂ’il incarne. SEM Laurent GBAGBO nÂ’est pas le chef du parti, et ce depuis 2000, donc le FPI en tant quÂ’ancien parti, à  une ossature et un mode de fonctionnement ancien qui lui permettra de résister à  toutes les attaques ; dÂ’autant plus que la base populaire est toujours présente et peu volatile (il n y aura que très peu de transfuges vers les autres partis) La question de la succession à  la tête du parti demeure, cÂ’est vrai, mais lÂ’on finira par aboutir à  un équilibre, quÂ’on le veuille ou non. Tout ceux qui ont été éjecté du parti ou de la plateforme politique CNRD/FPI/LMP, lÂ’on été parce quÂ’ils nÂ’ont plus respecté lÂ’idéologie centrale, sinon le personnage Laurent GBAGBO (KOULIBALY). Dire donc que GBAGBO a été incompétent face aux bombes françaises, quÂ’il aurait trahi le parti et quÂ’il devrait être radié est plus quÂ’inadmissible pour la majorité des membres de ce parti, qui existe toujours et a son mot à  dire (ou plutôt, nÂ’a plus son mot à  dire, le boycott des législatives est là  pour le prouver). La réalité est bien la suivante : la faction politique FPI/LMP nÂ’aura pas à  sÂ’inquiéter de trouver un leader dans lÂ’immédiat (il est pourtant nécessaire dÂ’avoir un interlocuteur unique dans le dialogue politique national), mais saura compter sur une base latente, présente et puissante, qui nÂ’hésitera pas à  se manifester, à  adhérer à  ce parti, à  ses idéaux. CÂ’est bien parce que lÂ’on connaît la puissance de la bête que lÂ’on essaie de lui couper la tête. Ca nÂ’en fera pas moins une bête, avec une puissante intacte, quÂ’il faudra canaliser. GBAGBO sera donc toujours au centre des débats, un an après son enlèvement, car cÂ’est bien lui qui portait idéologiquement ce partiÂ…Â…Â…Â….@alasko26Â…Les remarques que vous ferez ici paraitront bien plus que constructives pour peu que lÂ’on pense que lÂ’on évolue dans un cadre dit « normal » (comme au Ghana, qui connaît aussi ses difficultés politiques avec un possible remake de ce qui se passe en côte dÂ’ivoire). En allant dans votre logique et dans le but dÂ’expliquer la nécessité du débat auquel lÂ’on est confronté ici (et des violences qui sÂ’y afférent) Supposons que lÂ’on retombe dans un cadre de normalité voulu par le pouvoir en place avec les critères suivants : liberté dÂ’expression et dÂ’opinion, liberté de manifestation, liberté de presse, cessation de toute exactions avec encasernement des FRCI dans les régions dites pro GBAGBO, pour ne citer que cela. Il est évident que tout parti politique reprendra son fonctionnement normal et participera à  la vie politique nationale. Il sera aussi évident que toutes les éminences grises de ce pays collaboreront pour le développer, car nous possédons tous le même pays. LÂ’inquiétude soulevée plus haut nÂ’aura donc plus lieu dÂ’être, mais il sera aussi évident que le parti reconstitué et réorganisé, que le jeu politique reprenne ici tout son sens que lÂ’on revienne au fondamentaux de toute démocratie, le rapport de force entre parti. Sur ce plan, le FPI/LMP détient un poids suffisant pour, à  terme, mettre le RDR et le PDCI en difficulté et reprendre le pouvoir, ce que ADO (et ses supports occidentaux) ne tolérera pas ! De plus, la normalité dont on parle pourrait aussi rendre le pouvoir en place plus vulnérable, surtout après le mode dÂ’accession au pouvoir du souverain actuel et ses actions récurrentes dans lÂ’insurrectionnel depuis 1999. Il courrait, à  son tour, le risque de subir un coup dÂ’état, qui ne sera pas absolument du fait du FPI, même si celui-ci pourrait en profiter, comme en 1999. La chape de plomb imposé par ADO demeurera donc, justifiée (même sil je ne le partage pas), ce qui explique la réaction de lÂ’opposition actuelle, peu encline à  chercher à  développer un pays livré à  tous les maux et dans lequel les libertés fondamentales sont bafouées. La côte dÂ’ivoire nÂ’est pas le Ghana, et ne sera jamais le Ghana !! Tout est politique ! Le développement économique aussi !!
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
LE Gle
 @Lacrimo & Alasko. Merci de recentrer le débat (qui en vaut la peine) et pour ces précisions utilesÂ… pour tous ? En tout cas, je lÂ’espère.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
Vous serez les personnes les moins indiquées pour exiger un retour à  la « normale » qui demeurera juste un vÂœu pieux. La situation actuelle ne peut être tout simplement ignorée et vos propositions dites « constructives » trancheront définitivement avec lÂ’attitude belliqueuse de votre mentor durant ces 15 dernières années, légitimant de la part de lÂ’opposition actuelle au minimum, le droit dÂ’emprunter le même chemin, si cela était possible. Mais comme dit plus haut, le devenir de la société ivoirienne dépendra du discours politique dÂ’ADO et de la place quÂ’il voudra accorder à  lÂ’opposition. Si celle-ci est volontairement repoussée dans ses derniers retranchements, la fracture sociale perdurera et lÂ’on finira par aboutir à  une explosion violente et douloureuse. Les propos édulcorés dÂ’Alasko auraient donc plus de valeurs dans les oreilles dÂ’ADO, mais surtout des FRCI et de la frange de la population qui continue de surfer sur la vague de lÂ’excitation que confère le pouvoir nouveau (le tribalisme). Tout dépend donc dÂ’ADO, mais on le comprend, il ne se fera pas Hara Kiri et les populations dites pro GBAGBO continueront de souffrir, jusquÂ’à  la rupture !! On aura été averti !! Recentrer le débat devient donc ici relatif et nÂ’engagera quÂ’une fraction précise, qui pense pouvoir continuer à  diriger ce pays, dans ces conditions. Cela ne sera pas possible ! CÂ’est une certitude. Déjà  les discours changent (le chien aboieÂ…) et lÂ’on prône le rapprochement et invite lÂ’opposition au dialogue et à  la contribution à  lÂ’essor économique commun, mais lÂ’on sait bien que ce nÂ’est plus seulement une question dÂ’opposition, mais de sensibilité populaire exacerbée, dÂ’agacement face à  un enlisement, de communion de conditions sociales, qui créent une division entre deux camps (la fracture sociale) qui finiront par sÂ’affronter, si des solutions ne sont trouvées. Inviter au travail, à  lÂ’essor économique ou à  la paix, devient finalement insultant, surtout quand lÂ’une des factions continue à  réprimer lÂ’autre, ouvertement, sans conséquences, dans un contexte économique et social difficile, la vie étant devenue encore plus chère, difficile, dans un cadre ou la sécurité, le chômage, lÂ’éducation (supérieure), la santé deviennent des soucis majeurs. Le commun des ivoiriens ne veut en savoir le responsable ou les raisons, mais aspire à  une stabilité que seul le « souverain » peut procurer, sous réserve quÂ’il ait un minimum de contrôle sur ses hommes, un discours politique responsable ; et sur lÂ’économie dont il sÂ’est prévalu en tant quÂ’expert !!
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKA BLAH
Je comprends certains sur ce forum. C'est vrai qu'il faut avancer. Le plus gros probleme chez nous, c'est que tant que nous ne cessons pas d'UTLISER la politique comme notre principale nourriture pour notre survie d'un tel ou tel groupe, notre pays connaitra toujours des pertubations. ........................... Pratiquement tous les pays Africains sont dans cette logique. La STABILITE politique de la plupart des pays africains n'est pas rassurante. Il y a une tres GRANDE DISPARITE entre les couches sociales. Mais ESPERONS !!!!!
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
socrates
@Dabakala Laurent Gbagbo n est certes pas chef du FPi mais il en est le fondateur , et il a trahi la confiance de tous ceux qui ont cru en ce parti , pire il a trahi la cote d ivoire , il doit être jugé, c est tout ce que je veux dire.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
socrates
@Dabakala Laurent Gbagbo n est certes pas chef du FPi mais il en est le fondateur , et il a trahi la confiance de tous ceux qui ont cru en ce parti , pire il a trahi la cote d ivoire , il doit être jugé, c est tout ce que je veux dire.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
Cela demeure ton opinion que la majorite des ivoiriens et membres du fpi de la base au sommet ne partagent pas. C est ce que j avais a dire.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
alasko26
Dabakala, pkoi le fpi a boycotté les élections législatives alors qu'elle aurait du y participer pour prendre parole, parce que je suis d'accord qu'une bonne opposition est nécessaire dans un pays, ensuite pour ma part je ne pense pas que l'opposition trouvera une personne charismatique comme le pr gbagbo pour les rassembler, les conseiller. Gbagbo à  la haye est une grosse perte pour l'opposition
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
Pourquoi le fpi a boycotter les elections legislatives ? A cette question pourrait repondre beaucoup mieux le pdci qui y a participe et qui actuellement se mord encore les doigts. Il ne s agit plus ici de democratie, car toutes les regles sont definitivement baisees. Dans les memes conditions, le rdr n aurait jamais participe aux legislatives. Donc il s agira de mettre sur pied un cadre consensuel et acceptable par tous. Mais on le sait maintenant, le minimum suffirait a renverser ado du pouvoir. Il n est pas majoritaire, l opposition s est agrandie en nombre et en puissance depuis sont arrivee au pouvoir. Seules les armes et le support de ses amis lui permettent de rester au pouvoir. Ado le sait et n acceptera pas de perdre le pouvoir, d ou les nombreuses atteintes a la democratie, a l origine du refus du fpi de participer aux legislatives. Il est temps d ouvrir les yeux et de sortir de ton nuage idealiste. La realite est bien plus crue que tu le penses.
 
 il y a 7 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008