Ghana Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
GHANA :  Un groupe de pression convoque Atta Mills devant la justice
 

GHANA : Un groupe de pression convoque Atta Mills devant la justice

 
 
 
 5470 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 06 janvier 2012 - 10:26

:: ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE GHANA 2012::

© koaci.com - Le Mouvement de la Jeune Génération, un groupe de pression à  Accra convoque le président John Atta Mills devant la Commission Administrative des Droits de l'Homme et de la Justice (CHRAJ) pour répondre des faits ayant entrainé le remboursement dÂ’une colossale somme de 58 millions Ghana cedis à  Alfred Agbessi Woyome, un richissime homme dÂ’affaire du Congrès National Démocratique (NDC) parti au pouvoir.

Pour ce mouvement, le fait pour Atta Mills dÂ’avoir confié les investigations au Bureau des Crimes Economique et Organisé (EOCO), une structure étatique, ne garantie pas lÂ’impartialité dÂ’où la nécessité de saisir le CHRAJ. Outre Atta Mills, cette convocation vise lÂ’actuel ministre de lÂ’Education, Betty Mould Iddrisu.

Le scandale financier ou le « Woyomegate », une affaire dans laquelle lÂ’opposition et la société civile ne cessent de réclamer la tête de Woyome a connu un autre tournant depuis le mardi dernier à  Accra. Non satisfait de la démarche du Président Atta Mills, le Mouvement de la Jeune Génération a décidé de choisir une autre voie. Pour ce mouvement et plusieurs autres groupes de la société civile ghanéenne, la CHRAJ pourra en toute indépendance éclairer lÂ’opinion publique sur lÂ’issue du conflit juridico-financier de Woyome.

Pour Nana Agyeman Prempeh, un membre du Mouvement, Nana Agyeman Prempeh, cette affaire doit remonter jusquÂ’à  sa source afin que la lumière se fasse. CÂ’est pourquoi il a révélé que leur Mouvement a également déposé une pétition à  la Cour Internationale d'Arbitrage pour mener une investigation sur Waterville, la société Hollandaise, au nom de laquelle Alfred Woyome a recouvert la créance.

La genèse de lÂ’affaire « Woyomegate » remonte aux préparatifs de la Coupe dÂ’Afrique des Nations, CAN 2008 que le Ghana avait organisé. A lÂ’époque la société Waterville avait conclu un contrat en 2005 avec lÂ’administration du pouvoir dÂ’alors, celui du Président John Kufuor pour construire deux stades dans le pays. Mais lÂ’exécution des travaux nÂ’a pas pu aller à  son terme car à  en croire le ministre des Sports en charge du dossier en ce temps là , Waterville nÂ’a pas satisfait aux exigences financières et le contrat fut abrogé.

Le ministre a par ailleurs expliqué que les frais engagés par Waterville avaient été remboursés.
Mais les avocats de Woyome ont rejeté la version du ministre des Sports de Kufuor en prétextant que le gouvernement NPP a abrogé leur contrat obtenu en bonne et due forme par Waterville après avoir suivi toutes les étapes de la soumission du marché. En 2010, Woyome a assigné lÂ’Etat Ghanéen en justice pour dédommagement. Partant de cette considération et des causes de rupture du contrat, Betty Mould Iddrisu qui était le Procureur General de la République avait jugé utile que lÂ’affaire soit traitée à  lÂ’amiable. Elle a donc ordonné le remboursement de la dette de 58 millions Ghana cedis à  Woyome.

Rupture de contrat ou extorsion des fonds de lÂ’Etat au profit de Woyome, lÂ’affaire est tellement confuse à  tel enseigne que le citoyen ordinaire se demande si ce nÂ’est pas un règlement de compte politique. Récemment un député de lÂ’opposition NPP, Kennedy Agyepong, a ironiquement déclaré que Woyome va vomir lÂ’argent de lÂ’Etat et sÂ’il arrive quÂ’il meure, ils exhumeront ses restes pour les emprisonner.

Mensah,KOACI.COM ACCRA; copyright © koaci.com

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Accès à Internet, en proposant des "pass reseaux sociaux" les opérateurs téléphoniques jouent ils le jeu du système américain au detriment de l'économie africaine?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Soupçonnez vous le président de la commission de l'UA d'avoir subi des...
 
2
Oui
0%  
 
1069
Non
87%  
 
153
Sans Avis
13%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008