Togo Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
TOGO: Fin du processus sans suspens de la CVJR
 

TOGO: Fin du processus sans suspens de la CVJR

 
 
 
 4284 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 30 mars 2012 - 20:18

Mgr Barrigah (ph) président de la réconciliation à  la togolaise

TOGO - LOME LE 30 MARS 2012 © koaci.com - Après 3 ans dÂ’existence, dont seulement une partie consacrée à  la mission, la CVJR vient dÂ’adopter son rapport. Un processus qui est sans intérêt pour lÂ’écrasante majorité des Togolais, qui ne se font aucune illusion sur son succès.

Fait assez symptomatique, cÂ’est sur des révélations tardives et donc sans objet de Kpatcha Gnassingbé, que la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) présidée par Mgr. Nicodème Barrigah, a mis un terme à  ses travaux. Pourtant, lÂ’ancien ministre de la défense et demi-frère du Chef de lÂ’Etat dont le nom revient souvent dans les violences, a demandé depuis longtemps à  se faire écouter, notamment sur les violences de 2005.

Selon un communiqué signé le jeudi 30 mars 2012 de son Secrétaire administratif Sourou Wolou, « la CVJR est arrivée au terme de sa mission », et a conformément à  son mandat, « élaboré un rapport final qui rend compte de son agenda opérationnel, expose ses choix pour le programme national de réparation et fait des recommandations susceptibles de lutter contre l'impunité et de faciliter la réconciliation nationale ».

Selon la même source, ledit rapport sera remis au gouvernement au cours d'une cérémonie solennelle ce mardi 3 avril 2012 à  la salle des fêtes du nouveau palais de la présidence de la République. CÂ’est le 29 mai 2009, que la CVJR a été installée par le Chef de l'Etat, pour faire la lumière sur les causes des violences et conflits qui ont caractérisé, à  périodes régulières, lÂ’histoire du Togo de 1958 à  2005 et proposer des voies et moyens susceptibles de favoriser la cohésion nationale,

Mais les audiences publiques organisées par la CVJR ont été marquées par lÂ’arrogance des auteurs présumés des violences et les menaces de la hiérarchie des Forces Armées Togolaises (FAT). Ce qui nÂ’a pas contribuer à  éclairer lÂ’opinion sur les violences et ainsi apaisé les cÂœurs meurtris par des années de violences.

La mise en place de la CVJR fait suite à  une disposition de lÂ’Accord Politique Global (APG) signé en Août 2005, suite aux violences qui a permis à  Faure Gnassingbé de capter le pouvoir après la mort de son père. Mais pendant longtemps, les thuriféraires du pouvoir ont réussi à  empêcher lÂ’installation puis le démarrage des travaux de la CVJR. Finalement, le processus a été mené de façon à  oblitérer la vérité sur les violences, empêchant ainsi la réconciliation nationale et lÂ’apaisement.

Aghu,KOACI.COM LOME; copyright © koaci.com
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Soupçonnez vous le président de la commission de l'UA d'avoir subi des pressions d'Abidjan pour saluer la loi sur la recomposition de la CEI?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: L'impuissance de l'Etat ivoirien face aux médias sociaux américains vo...
 
2110
Oui
65%  
 
1002
Non
31%  
 
114
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008