Mali Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
MALI : Un camp dÂ’entrainement présumé proche de Soumaïla Cissé et de Modibo Sidibé démantelé par lÂ’armée
 

MALI : Un camp dÂ’entrainement présumé proche de Soumaïla Cissé et de Modibo Sidibé démantelé par lÂ’armée

 
 
 
 7786 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 31 août 2012 - 15:04

MALI - BAMAKO LE 31 AOUT 2012 © koaci.com - « Dans la nuit du 30 août 2012, entre 01 heure et 04 heures du matin, les forces de sécurité ont démantelé un camp dÂ’entraînement de jeunes subissant une formation militaire dans lÂ’enceinte de lÂ’Ecole Communautaire de Sokorodji en Commune VI du District de Bamako. Au cours de lÂ’opération, trente deux (32) personnes ont été interpelées et conduites à  lÂ’Ecole Nationale de Police à  NÂ’tomikorobougou pour vérification dÂ’identité ».

Ce communiqué de presse du ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile transmis à  KOACI.COM, traduit la détermination des autorités militaires à  lutter contre la formation des organisations dÂ’auto-défense à  Bamako, même si leur motivation est la défense de lÂ’intégrité territoriale du Mali.

A cet effet le ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile à  travers ce communiqué a indiqué que « la sécurité des personnes et des biens, ainsi que la défense de lÂ’intégrité du territoire national sont une mission régalienne de lÂ’Etat.

Par conséquent, aucune autre initiative parallèle de substitution aux forces armées et de sécurité ne saurait être tolérée ». Mais cette indication du ministre de la sécurité intérieure et de la Protection civile peine à  obtenir lÂ’adhésion populaire, lÂ’armée malienne sÂ’étant révélée incapable de remplir cette mission régalienne de défense du territoire national, depuis janvier 2012 où des groupes armés ont occupé toutes les trois régions du nord Mali. Face à  cette incapacité des forces armées et de sécurité du Mali, des forces civiles sÂ’organisent par la mise sur pied de camp dÂ’entrainement où des volontaires se soumettent à  la formation militaire, en vu dÂ’aller combattre contre les occupants du nord.

Le camp dÂ’entrainement de Sokorodji, baptisé « Bouyan Ba Hawi » qui signifie « plutôt la mort que la honte », comprenant 400 recrues dont une dizaine de femmes, répondait à  ce souci.

Des interrogations fusent sur les raisons de son démantèlement par les forces de sécurité.

Selon certaines sources militaires, les éléments de ce camp procédaient à  des exercices de tir à  balles réelles au plateau de Sokorodji, sans se soucier des mesures de sécurité dans ce genre dÂ’activités.

Ces sources ajoutent que ce camp qui est assimilé à  une « milice comporte des déserteurs et des militaires en abandon de postes qui font office dÂ’encadreurs ». Elles affirment lÂ’utilisation « de fusils de guerre, des grenades et des munitions » et indiquent que de ce point de vue, cette milice constitue plus « un danger plus quÂ’une solution à  nos problèmes de sécurité ».

Cependant dÂ’autres sources indiquent que les préoccupations des autorités militaires de Bamako se situent ailleurs, notamment la crainte dÂ’un front militaire anti-putchiste. De sources proches des militaires, on indique que le camp dÂ’entrainement « Bouyan Ba Hawi » de Sokorodji, serait financé par dÂ’anciens candidats à  lÂ’élection présidentielle de 2012, notamment Modibo Sidibé et Soumaïla Cissé, vivant aujourdÂ’hui en dehors du Mali. Avant de sÂ’exiler, ils avaient fait lÂ’objet de mesures dÂ’arrestation de la part de la junte putschiste, le CNRDRE.

Le 21 juillet dernier six organisations politico-militaires se sont regroupées pour former les Forces patriotiques de libération du nord (FPR). Il sÂ’agit notamment des représentants des Forces de libération des régions nord du Mali (FLN), des milices Ganda-Koy et Ganda-Izo (déjà  utilisées dans le passé pour combattre des rébellions touareg), l'Alliance des communautés de la région de Tombouctou (ACRT), la Force armée contre l'occupation (FACO) et le Cercle de réflexion et d'action (CRA).

Les six mouvements réunis regroupent des milliers d'hommes et environ 500 éléments sont en formation à  Sévaré Mopti, selon les responsables de ce front unifié.

En lÂ’absence dÂ’une action significative de lÂ’armée malienne pour reconquérir le nord Mali, occupé par des groupes armés, des citoyens maliens ont pris des initiatives pour la formation de volontaires dans les camps dÂ’entrainement, afin de défendre lÂ’intégrité territoriale du pays. Ainsi les premiers camps ont été implantés à  Sévaré à  Mopti.

Ib, KOACI.COM BAMAKO; copyright © koaci.com
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008