Gabon Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Gabon : LÂ’hôpital Jeanne Ebori fermé aux malades
 

Gabon : LÂ’hôpital Jeanne Ebori fermé aux malades

 
 
 
 5549 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 25 février 2013 - 17:22

Gabon - Libreville le 25 février 2013 © koaci.com - Suite aux travaux de réhabilitation initiés depuis plusieurs années par le gouvernement et ne sÂ’étant pas achevés, le gouvernement gabonais a simplement décidé de ferme aux malades les structures de lÂ’hôpital Jeanne Ebori de Libreville pour des raisons de reconversion.

LÂ’information surprend plus dÂ’un, mais pourtant le fait est réel depuis plusieurs jours comme nous le confirme nos confrères du journal satirique « Echos du Nord » dans le N°168 de ce lundi 25 février 2013.

Selon notre confrère, les travaux initiés depuis là  dans le cadre de la réhabilitation de lÂ’hôpital Jean Ebori, se dérouleraient dans une cacheterie qui ne dit pas son nom du fait que ni le personnel, ni les dirigeants de cette structure sanitaire publique ne soient informés.

Certains services à  lÂ’image de celui consacré aux réanimations, est fermé et son personnel mis en congé technique de 18 mois assortis du paiement de solde et de plan social.

Pour les agents de cette structure, la méfiance à  de mise quant à  cette mesure cadeau qui ressemble bel et bien à  un licenciement sournois.

Ce fait a déjà  conduit les syndicats de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) à  sÂ’insurger contre la mesure gouvernementale du fait des dysfonctionnements qui perdurent dans les unités sanitaires de la santé publique.

Cette décision pose notamment problème sur le plan humain et juridique, dÂ’abord en raison des tensions sociales et les conflits se développent au fur et à  mesure que lÂ’appareil dirigeant creuse résolument un fossé entre eux et le personnel.

Le journal soutien dans son article que la reconversion évoquée par le sommet de lÂ’Etat est liée à  la gestion catastrophique de la caisse. Au lieu de procéder à  un audit pour dégager les failles et les responsabilités, le gouvernement choisit de liquider lÂ’hôpital.

Pour le journal Echos du Nord, le gouvernement gagnerait à  mettre les choses au clair, à  moins que ce soit une nouvelle parade pour envoyer les malades dans les cliniques publiques que sont le Centre hospitalier universitaire de Libreville et lÂ’hôpital militaire où les consultations sont passées de 3000 fcfa à  7500 fcfa.

Au plan juridique la fermeture de lÂ’hôpital Jeanne Ebori selon les articles 2 et 3 du code de la sécurité sociale assujettissent au régime de sécurité sociale tous les travailleurs régis par le code du travail c'est-à -dire ceux du secteur privé, ainsi que ceux des collectivités locales.

"Voilà  que contre toute forme dÂ’orthodoxie ajoute le journal, des décrets viennent abroger une loi. Le rôle de lÂ’Etat nÂ’est pas de marquer sa domination tyrannique sur les citoyens mais son rôle est dÂ’assurer la jouissance des libertés inaliénables et des droits fondamentaux comme le droit à  la santé".

« Or, tout porte à  croire que dans cette reconversion, les pouvoirs publics sont déterminés à  saboter le système médical » conclu le journal.

Sylvain Moussavou
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue de la présidentielle de 2020 sont elles compréhensibles?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Meeting conjoint FPI-PDCI, peuvent-t-ils vraiment s'entendre en vue de...
 
2462
Oui
65%  
 
1122
Non
30%  
 
183
Sans Avis
5%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008