Maroc Tribune
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Tribune : LÂ’Algérie tombe le masque
 

Tribune : LÂ’Algérie tombe le masque

 
 
 
 5435 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 04 mars 2013 - 07:54

KOACINAUTE - Le 3 Mars 2013 - LÂ’Algérie tombe le masque

Il est surprenant que les autorités algériennes puissent sÂ’entêter encore à  vouloir porter atteinte au Royaume du Maroc en usant de cet artifice désuet quÂ’est le polisario.

Malgré tous les revers diplomatiques, Alger sÂ’obstine toujours à  soulever son épouvantail dans les arènes internationales, comme ce fut le cas le 26 février 2013 à  Genève devant la 22ème session du Conseil des Droits de lÂ’Homme, puis au siège de lÂ’ONU à  New York le 24 février 2013, lors des travaux des 229ème et 230ème sessions du Comité Spécial des Opérations de Maintien de la Paix, et, enfin, avec la réaction épidermique des autorités et de la presse algériennes suite à  la déclaration franche et directe du Premier Ministre marocain, Abdelillah Benkirane, dans laquelle il affirme, et cÂ’est vrai, que lÂ’Algérie est responsable de la situation qui prévaut actuellement au Mali et dans la région sahélo-saharienne.
CÂ’est donc avec une désinvolture déconcertante et indigne dÂ’un Ministre des Affaires Etrangères dÂ’un pays qui se prétend puissance régionale, que le sieur Mourad Medelci a exhorté la communauté internationale à  appuyer le mouvement séparatiste du polisario pour lui permettre d'exercer son droit à  l'autodétermination.Un mouvement connu pour ses accointances avec le terrorisme islamiste, notamment au Nord Mali où sa présence a été confirmée officiellement par le Mali.

Une demande, faite à  Genève le 26 février 2013 devant la 22ème session du Conseil des Droits de l'Homme (CDH ), qui ressemble à  un soutien formel de lÂ’Algérie au terrorisme et à  lÂ’instabilité de la région sahélo-saharienne.

Ainsi, se proclamant neutre dans ce dossier, le régime algérien se voit une nouvelle fois contraint de se dévoiler et dÂ’abattre ses cartes, omettant bien entendu de préciser quÂ’il finance et arme les milices polisariennes qui constituent aujourdÂ’hui une réelle menace pour la sécurité non seulement du Maroc mais aussi de la région, voir du monde, vu quÂ’elles sont présentes partout, en Europe, en Amérique, en Asie au sein des Ambassades algériennes ou dÂ’officines, appelées représentations, gérées par lÂ’Etat algérien.
Dernière trouvaille de la diplomatie chaotique algérienne, la mise en place dÂ’une unité de casques bleus de la MINURSO pour surveiller et protéger les Droits de lÂ’Homme aux provinces sahariennes marocaines.
Cette fuite en avant du Chef de la diplomatie algérienne sÂ’explique par le refus systématique dÂ’un recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf.

Un refus qui permet à  lÂ’Algérie dÂ’obtenir des aides humanitaires onusiennes et européennes conséquentes en gonflant la population sahraouie avec des ressortissants algériens, maliens, mauritaniens, nigériens, tchadiens, soudanais et libyens. Des aides qui sont par la suite détournées pour engraisser les pontes de la direction du polisario et de leur marraine algérienne.
Aussi, en lÂ’absence dÂ’une présence permanente du HCR dans les camps de Tindouf, les détournements des aides humanitaires se poursuivront et les fonds récoltés serviront dans les trafics en tous genres.

Mais les premières et grandes victimes de ces failles juridiques et de telles pratiques illicites sont les populations civiles sahraouies, notamment les enfants de bas à¢ge, les femmes et les personnes à¢gées.
Il est donc plus quÂ’urgent que pareil scandale cesse et que lÂ’Algérie se conforme à  ses obligations internationales et quÂ’elle arrête de gesticuler idiotement.

De plus, il ne fait nul doute que par manque dÂ’exercice de la démocratie, les décideurs algériens restent dans lÂ’ignorance quÂ’un référendum ne peut se tenir sans recensement des populations authentifiées et qualifiées à  y participer. CÂ’est le minimum syndical.

DÂ’ailleurs, de nombreuses voix sÂ’élèvent au sein des instances internationales et ONGÂ’s sur la situation actuelle dans les camps jugée inadmissible et intolérable sur les plans politique et humanitaire pointant du doigt la responsabilité du pays-hôte, à  savoir l'Algérie.
Nul ne peut ignorer que le Royaume du Maroc a toujours affirmé que le recensement est un droit humain inaliénable et une exigence non pas seulement du Maroc mais également de la communauté internationale et condamné le fait quÂ’il ne soit pas encore mis en Âœuvre, notant que le Conseil de Sécurité avait appelé, dans sa résolution 1979 (2011) à  un recensement des populations des camps de Tindouf, jusqu'a nos jours refusé par l'Algérie
Cette attaque stérile algérienne contre le Maroc survient justement après la vive altercation entre le représentant permanent dÂ’Algérie à  lÂ’ONU et son homologue marocain.
Un accrochage intervenu après que le diplomate algérien, Mourad Benmehidi, ait accusé le Maroc devant le CDH de toutes les exactions et regreté que la MINURSO ne comporte aucune composante des Droits de lÂ’Homme.

Suite à  quoi, la représentante permanente du Maroc, Madame Soumia Bouhamidi, a demandé une motion dÂ’ordre et estimé que le représentant de lÂ’Algérie nÂ’avait pas à  parler dÂ’une mission de maintien de la paix en particulier et que son pays nÂ’avait pas de leçon à  donner au Maroc tout en le remettant vertement en place sur les soit disant violations massives et à  grande échelle des droits des Sahraouis, invitant lÂ’Algérie à  sÂ’intéresser davantage à  ce qui se passe dans ses affaires intérieures.

Eh beh ! Comme le disent si bien les méridionaux ! Une jeune diplomate marocaine qui donne la fessée à  un diplomate algérien en fin de carrière, une première dans les annales diplomatiques mondiales. Il sÂ’en rappelera Monsieur Benmehidi, devenu la risée des couloirs et sujet principal des discussions dans les salons feutrés du palais de verre de Manhattan. La honte (chouha), le nif (nez) sÂ’est cassé la gueule !

Enfin, je conclurai mon papier par la cerise sur le gà¢teau.

La déclaration du Premier Ministre Marocain, Monsieur Abdelillah Benkirane, qui, sans fioriture, a, dans une interview à  lÂ’émission «Internationale» de la chaîne francophone TV5 en date du 24 février 2013, lancé un missile sur la tête des autorités algériennes.
Sans détours et avec son franc parlé, il a tout simplement accusé, à  un moment de grande écoute de la chaine française, lÂ’Algérie dÂ’être la seule responsable de la déterioration de la situation au Nord Mali.

Un missile qui a soulevé un tollé de la presse algérienne aux ordres.

Un missile renforcé par la déclaration, en date du 25 février 2013, du Ministre espagnol des Affaires Etrangères, José Manuel Garcia-Margallo, en visite à  Nouakchott en Mauritanie, qui, pour sa part, a déclaré que «La crise malienne a déstabilisé toute la région, ce qui a provoqué l'aggravation de la situation sécuritaire dans les camps de Tindouf».
Il a même adressé une nouvelle mise en garde aux ressortissants espagnols contre les risques élevés auxquels ils sÂ’exposent en se rendant dans les camps de Tindouf et dans le Sud algérien.

Tout est dit, les autorités algériennes ont fait tomber leur masque pour découvrir leur véritable visage. Elles ne sont plus crédibles tant sur les plans interne quÂ’externe.
Au plan externe, je livrerait juste le fait quÂ’un ancien diplomate espagnol, fin connaisseur du dossier de Sahara, aurait assuré que le Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) algérien aurait mis le paquet en pompant dans la manne pétrolière du pays pour faire pencher la balance à  la faveur du polisario et ce, après quÂ’il ait été abandonné par deux de ses fidèles alliés traditionnels en Europe à  savoir le Parti Populaire espagnol et le Parti Socialiste français.

A ce sujet, on parle dÂ’un million de dollars versé annuellement au seul cabinet dÂ’avocats américains «Foley Hoag», recruté pour faire du lobbying aux Etats-Unis dÂ’Amérique pour toutes les questions relevant du Sahara marocain et qui a tout tenté pour déprogrammer la diffusion du film «Stolen» aux Etats-Unis, un documentaire qui dénonce lÂ’esclavage pratiqué par les séparatistes du polisario dans les camps de la honte de Tindouf. Quelle perte dÂ’argent pour le peuple algérien !

Sur le plan interne, cette perte de crédibilité est palpable par la crise sans précédent qui secoue le FLN, où aucun clan nÂ’arrive à  imposer son candidat au poste de Secrétaire Général, le déballage des affaires de corruption, les luttes pour le contrôle de la «vache à  lait» quÂ’est la SONATRACH, le retard pris pour réviser la Constitution ainsi que celui relatif aux logements sociaux, dont les livraisons programmées pour 2014 nÂ’ont même pas franchi lÂ’étape des signatures des contrats.

Une future campagne présidentielle qui sÂ’annonce dÂ’ores et déjà  haute en couleur et avant son lancement officiel.

Aussi pour calmer une population en surchauffe, car les émeutes sociales ont déjà  commencé, dernière en date celle sanglante du 27 févier 2013 à  Bordj Bou Arréridj (230 km à  l'Est d'Alger), les autorités algériennes multiplient les attaques puériles et stériles contre le Maroc et brandi la menace terroriste.
Une stratégie éculée et qui ne convainc plus personne.

Farid Mnebhi.

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Affaire de la préfecture de policie, le comportement des forces spéciales a-t-il brisé leur myhthe?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en...
 
2643
Oui
74%  
 
900
Non
25%  
 
17
Sans Avis
0%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008