Congo Culture
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Koacinaute : Les cauchemars africains dÂ’Alain Mabanckou
 

Koacinaute : Les cauchemars africains dÂ’Alain Mabanckou

 
 
 
 6965 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 05 mars 2013 - 16:33

Koacinaute le 5 mars 2013 -

Mountaga Fané Kantéka. Le nom ne dira sûrement pas grand-chose à  plusieurs personnes. Il ne me disait non plus rien avant ce lundi matin, où je suis tombé sur le post Facebook dÂ’une journaliste togolaise qui accusait le monsieur de mauvaise foi. Le lien du post renvoyait au blog du sieur Mountaga, qui, dans un long article intitulé, LÂ’Énigme Mabanckou ou comment devenir un « auteur » célèbre sans être un , accuse lÂ’écrivain franco-congolais Alain Mabanckou, Prix Renaudot 2006, de plagiat. Mountaga Fané Kantéka, dÂ’origine malienne, et qui se définit dans son blog comme un « Ecrivain-poète prolifique, ayant dans sa besace plusieurs Âœuvres inédites et protégées par le Bureau Malien de Droits dÂ’AuteurÂ… », accuse Alain Mabanckou de lÂ’avoir plagié dans ses deux ouvrages majeurs Verre Cassé (Le Seuil 2005) et Mémoires de Porc-épic (Le Seuil 2006). Alain Mabanckou plagiaire, en voilà  une qui peut retenir la curiosité !

Je nÂ’ai pas lu lÂ’ouvrage de Mountaga Fané Kantéka, « Odyssées noires/ Amours et mémoire dÂ’Outre-monde/ La main de Soumahoro et la mort dÂ’un mythe », quÂ’aurait recopié Alain Mabanckou, et je ne suis pas en mesure dÂ’infirmer ou de confirmer la plainte du Malien. Mais ce qui frappe est la hargne et la haine avec lesquelles la présumée victime de plagiat traite Alain Mabanckou. « LÂ’histoire de ce jeune Africain issu de parents analphabètes qui, pour triompher de sa difficile naissance dans la ville côtière de Pointe noire au Congo Brazzaville, rêvait, au bord de la mer, de devenir un jour grand écrivain. Sans en avoir, hélas, les moyensÂ… Se retrouvant ainsi dans un engrenage diabolique qui lÂ’amena à  accumuler sur sa tête de graves infractions, allant de la contrefaçon à  lÂ’usurpation dÂ’identité. Un destructeur et un voleur de cervelle en puissance ! Un récidiviste de la contrefaçon ! Si bien quÂ’au lieu de grand écrivain, Alain Mabanckou risque purement et simplement dÂ’être marqué du sceau indélébile de grand criminel de droit commun, condamné à  ressasser en prison ses rêves de mégalomaneÂ… »

Il est difficile, avec de telles attaques, de déterminer où sÂ’arrête la rage dÂ’un créateur dont lÂ’Âœuvre intellectuelle a été volée, et où commence la jalousie et lÂ’aigreur dÂ’un écrivain resté inconnu, et qui ne pardonne pas à  son collègue dÂ’avoir réussi là  où lui il a échoué. Monsieur Mountaga, comme tout autre écrivain, a le droit de porter plainte contre Alain Mabanckou ou tout autre écrivain, sÂ’il sent son ouvrage copié. La création littéraire est lÂ’un des exercices les plus compliqués de lÂ’activité humaine, et voir un autre recopier sans peine ce quÂ’on a passé des nuits blanches à  concevoir peut mettre tout créateur dans un mauvais état. Mais quand les revendications du plagié se changent en injures graves et injustifiées, menaces, diffamations gratuitesÂ… contre le présumé plagiaire, ça sent plutôt la frustration et lÂ’aigreur.
La méthode utilisée dans la plainte pour accuser Alain Mabanckou est dÂ’une étrangeté indescriptible. Il sÂ’agit de lui attribuer les propos de son célèbre personnage loufoque, le soulard Verre Cassé du roman éponyme. Ainsi, Verre Cassé qui déclare : « Â…Tout cela cÂ’est que du rêve, mais le rêve nous permet de nous raccrocher à  cette vie scélérate, moi je rêve encore la vie même si je la vis désormais en rêve, je nÂ’ai jamais été aussi lucide dans mon existenceÂ… », cÂ’est Alain Mabanckou qui se sent triste et pleure sur sa vie de scélérat et de plagiaire. Verre Cassé qui affirme : « Si jÂ’étais écrivainÂ… jÂ’écrirais comme les mots me viendraient, je commencerais maladroitement et je finirais maladroitement, comme jÂ’avais commencéÂ… » devient Alain Mabanckou qui affirme son incapacité à  être un bon écrivainÂ… A un moment, on se pose des questions sur les vraies capacités littéraires et intellectuelles de Monsieur Kantéka.

Il faut avouer que la bêtise qui a toujours rongé notre monde intellectuel est des fois très révoltante. Quel hideux spectacle que de voir des intellectuels africains, ceux-là  qui disent parler pour lÂ’Afrique, défendre lÂ’Afrique, faire respecter lÂ’Afrique, se donner entre eux des coups si louches ! Chaque fois quÂ’un écrivain africain commence à  émerger, à  sÂ’imposer devant la face du monde, ce sont dÂ’autres écrivains africains, jaloux, aigris, et étouffés par leur médiocrité qui cherchent à  le discréditer aux yeux du monde. On a écouté des écrivains africains traiter Ahmadou Kourouma, lÂ’un des écrivains africains les plus illustres, dÂ’ « écrivain inculte et analphabète », on a vu des complots dÂ’écrivains africains montés contre le très jeune écrivain malien Yambo Ouologueum quand il recevait le Prix Renaudot pour son monument « Le Devoir de Violence », on a vu des écrivains et intellectuels africains accuser le Congolais Sony Labou Tansi de ne pas être lÂ’auteur de ses textes, et dÂ’avoir, dans son grand roman « La Vie et Demie », plagié « Cent ans de Solitude » de Gabriel Garcia Maquez, des critiques africains sÂ’associer à  une vaine polémique qui accusait Camara Laye de ne pas être le vrai auteur de son roman « Le Regard du Roi »Â…

Il y a deux semaines, cÂ’était un écrivain congolais, Aimé Eyengué, qui, fabriquant de toutes pièces une critique contre le concept de littérature-monde que promouvrait Alain Mabanckou au Festival Etonnants Voyageurs de Brazzaville, vomissait tout son fiel contre le Prix Renaudot. Il lui reprochait tout et rien : son mépris vis-à -vis des jeunes auteurs congolais, son côté bling-bling, son refus de reconnaître quÂ’il y a une communauté noire en France, son délit dÂ’avoir délocalisé à  Brazzaville la radio France Inter dans le cadre du festival, son crime dÂ’être publié dans les grandes maisons dÂ’édition françaisesÂ… et, pendant quÂ’on y est, pourquoi pas sa casquette et ses chemises à  col italien ?

CÂ’est ainsi que nous démolissons nous-mêmes, par nos suffisances et nos insuffisances, nos monuments – puisque Mabanckou en est un. Et on sÂ’étonne après que les autres ne nous vendent pas au prix que nous méritons, que nos intellectuels ne sont pas écoutés, que nos écrivains ne sont pas lus et reconnus en OccidentÂ… On sÂ’étonne que jusquÂ’ici il nÂ’y a toujours pas de voix assez fortes pour défendre lÂ’AfriqueÂ… Heureusement que la juste formule, Mabanckou lÂ’a trouvée, et il rira bien à  toutes ces attaques de ce cruel monde intellectuel africain où son succès va le contraindre à  se sentir si seul, car il sait que cÂ’est ainsi que va notre monde, à  nous Africains, et nos bassesses avec.

David Kpelly pour koaci.com

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en vue de la présidentielle de 2020 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue...
 
2373
Oui
81%  
 
435
Non
15%  
 
131
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008