Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Koacinaute Côte d'Ivoire : Kone Zakaria - Amadé Ouremi: rencontre prévue de deux Dozos mythiques
 

Koacinaute Côte d'Ivoire : Kone Zakaria - Amadé Ouremi: rencontre prévue de deux Dozos mythiques

 
 
 
 12813 Vues
 
  7 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 07 mai 2013 - 00:53

Koacinaute le 7 mai 2013 - Commandant Koné Zakaria, commandant en second du Bataillon d'Artillerie Sol-Air (BASA) de Côte d'Ivoire et très connue dans la confrérie des Dozos (chasseurs traditionnels) aura la très lourde responsabilité de rencontrer dans les jours à  venir son confrère Ouremi Amade dans les hauts sommets du mont Peko.

En effet Amadé Ouremi est un seigneur de guerre très craint de la zone forestière de l'ouest pendant la crise politico-militaire qu'a connue la Côte d´Ivoire depuis 2002 à  nos jours. Il occupe illégalement une très grande surface agricole dans les réserves forestières classées de notre pays. Malgré les ultimatums de déguerpissement des lieux lancés par l'Etat de Côte d'Ivoire par la voix du ministre délégué à  la défense monsieur Paul Koffi Koffi près du président de la république SEM Alassane Ouattara, Amadé Ouremi fait la sourde oreille aux différentes injonctions.
Afin d'éviter toutes confrontations meurtrières dans la zone très sensible de l'ouest éprouvée par les différentes guerres, le ministre délégué à  la défense Paul Koffi koffi et celui de la sécurité Hamed Bakayoko ont mandaté le commandant Kone Zakaria à  rencontrer Amadé Ouremi son compère de la confrérie des Dozos afin qu'il libère les lieux non seulement dans le respect des lois en vigueur mais aussi dans le respect des secrets de la confrérie.

Adulés par certains, accablés par dÂ’autres, les dozos en Côte dÂ’Ivoire semblent aujourdÂ’hui être au sommet de leur pratique qui, en retour, le leur rend bien. Leurs tenues leur servent de «laissez-passer» lors dÂ’un contrôle de police, leurs armes, de gagne-pain.

Les différentes rencontres du Ministre de lÂ’Intérieur avec les membres de cette confrérie suivies du démantèlement télévisé, il y a quelques semaines, des barrages dozos, constituent des pas importants vers lÂ’Etat de droit. En attendant, la mort dans lÂ’à¢me, les ivoiriens devront accepter ces «sauveurs» dont ils nÂ’en veulent visiblement pas.

God bless Côte d'Ivoire.
Kolia
 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Politique
 
Démission de Komlan Mally, lucidité ou nécessité?
 
 
Démission de Komlan Mally, lucidité ou nécessité?
Politique
 
Elections locales, la cenap accusée
 
 
 Elections locales,  la cenap accusée
30 novembre pour qui?
Politique
30 novembre pour qui?
Côte d'Ivoire il y a 6 ans
 
La confiance n'exclut pas le contrôle...
Politique
La confiance n'exclut pas le contrôle...
Gabon il y a 6 ans
 
Bédié, 75 ans, candidat idéal du PDCI ?
Politique
Bédié, 75 ans, candidat idéal du PDCI ?
Côte d'Ivoire il y a 6 ans
 
 
 
 
  7 Commentaire(s)
Koacinaute Côte d'Ivoire : Kone Zakaria - Amadé Ouremi: rencontre prévue de deux Dozos mythiques
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Dabakala
DU PARTAGE DU GATEAU, DE LÂ’AVENIR DE LA CONFRERIE DOZO. DE LÂ’EPINE DANS LE PIED ET LA DOULEUR SUBLIME QUÂ’ELLE PROCURE Â….. Â…Â… Â…Â… Â…Â… Â….. Â…Â…. Eh oui !! JusquÂ’à  ce jour, on osera parler encore de « sauveur » à  haute et intelligible plume (voix), quand tous les ivoiriens finalement sont fixés sur le rôle des Dozos lors de la prise de la ville dÂ’Abidjan. En effet, les confrontations directes entre les troupes dites FRCI (ancienne FN), les Dozos, chasseurs dits « traditionnels », bardés de gris-gris et munis de calibre douze à  plomb, dÂ’une part, et les forces régulières de lÂ’état de Côte dÂ’ivoire, que lÂ’on appelle communément FDS, nÂ’ont jamais tourné en faveur des premier cités. Il aura fallu lÂ’encadrement prononcé de lÂ’armée française et des forces onusiennes pour arriver aux résultats actuel. Des forces étrangères qui fournirent des armes, légères et lourdes, la formation tactique et stratégique, mais aussi le renseignement, la logistique de guerre (sinon on ne pourrait expliquer la présence dÂ’un commando invisible a ABOBO, en si peu de temps. Les hélicos français et onusien auront servi de woro woro tantôt) et enfin lÂ’artillerie et la couverture aérienne qui se caractérisaient par lÂ’intervention de MI24 a Abidjan, mais aussi a lÂ’intérieur, a chaque fois que les « cafards dÂ’HAHO » étaient incapables de franchir des obstacles et devaient se replier après les nombreux assaut finaux qui nÂ’en finissaient pas. CÂ’est donc une colonne de chars français, qui accompagnera les soldats de lÂ’insurrection HAHOracienne à  la résidence du président de la république SEM GBAGBO LAURENT, après que les forces ivoiriennes aient procédé la veille à  un nettoyage des environs de Cocody, jusqu'à  la limite NORD dÂ’Angré. Ces même soldats qui ont essayé de déboucher le tunnel entre la résidence du président et celle de lÂ’ambassadeur français, en vain, pour éventrer finalement le domicile officiel des chefs dÂ’état de ce pays et remettre son président légitime à  des personnages que lÂ’on ose appeler encore des « sauveurs ». Sauveurs ?? NON, plutôt opportunistes, arrivistes etcetera Â… En effet, ce pouvoir, HAHO le doit à  ses supports français et onusiens, qui ont tout de suite installé un système de sécurité dans la ville et procédé aux actions de sécurisation dÂ’envergure du régent, pour asseoir son pouvoir, le protéger de tous, y compris de ses propres FRCI/Dozos, au point ou la circulation dans les artères principales de la ville était du ressort de gendarmes français, sifflet à  la bouche, pistolet automatique dans la main !! On fera donc tout pour organiser cette troupe de soldats déjantés, ce groupement hétéroclites qui nÂ’hésita pas à  se payer, a travers des pillages généralisés dans la ville et des rackets dÂ’honnêtes citoyens, au prétexte dÂ’en assurer leur sécurité. On attendra aussi les rétributions promises et qui ne vinrent finalement pas, car HAHO sait bien à  qui il doit son pouvoir et il ne peut oser payer tout ce beau monde, dont le nombre sÂ’amplifiera après le 11 Avril 2011, car toute la clique dioula, apte à  porter une arme et a agir dans lÂ’arbitraire, suite a lÂ’effondrement sécuritaire provoqué par lÂ’intervention française, sur la base dÂ’une résolution mal interprétée et utilisée comme prétexte pour interrompre une opposition dont lÂ’issue était incertaine, surtout avec des « soldats » aussi faibles dans ses rangs, cette troupe donc, se croyait en droit de recevoir un pécule, pour « services rendus ». Les rétributions ne furent donc pas à  lÂ’honneur et seuls les quelques chefs de guerre, dont KONE ZACHARIA, titeront profit de la situation, pour devenir la crème de la classe militaire ivoirienne, après avoir été soldat de deuxième classe et cuisinier tantôt. Une évolution fulgurante !! DÂ’autre, comme ADAME OUEREMI, choisiront de se payer directement sur les populations ivoiriennes et sur le sol ivoirien, en se permettant de confisquer une partie du territoire nationale et devenant de fait le propriétaire terrien le plus influent et le plus riche de ce pays, avec toute une armée à  sa disposition, qui lÂ’autorise a tenir tête a tout un état, un gouvernement, un pouvoir. Les autres dozos, sÂ’éparpilleront dans toutes les contrées de ce pays, en bons « sauveurs », pour « sauver » les portemonnaies des ivoiriens en imposant des impôts hors la loi, des droits de passage et même en devenant chef de village, dans lÂ’arbitraire et la violence que la nouvelle position acquise leur confère. Les dérives, les exactions ne se comptent plus, au point où les actions tantôt décriées des « escadrons de la mort » sont bien vite oubliées, car la nouvelle référence ne trouvera pas son pareil. CÂ’est donc toute une population qui est prise en otage, par une confrérie essentiellement tribale, qui ne répond quÂ’au régent car ayant le même lien ethnique, reconnu implicitement comme un corps militaire dont le statut reste encore à  spécifier. Le pouvoir essayera même dÂ’organiser nos chers « sauveurs », ne sachant comment retirer cette épine du pied, une épine pourtant nécessaire pour asseoir un système de répression et de maintien essentiel à  ce pouvoir, qui a toujours autant peur de subir une contre insurrection, du même genre que celle que le RDR et HAHO ont introduit dans le pays, sous la forme de coups dÂ’état et de rébellion. Alors oui, ce seront deux messieurs, barbus et pouilleux, le cigare a la bouche, qui devront se voir et sÂ’entendre. La question centrale sera bien sur lÂ’éternelle question du partage du gà¢teau, cette belle Côte dÂ’ivoire, sur laquelle on se permet de sÂ’enrichir et de grossir. La question de la gestion des ressources ivoiriennes par la centrale officieuse du nord nÂ’étant toujours pas réglée, il est fort à  parier que OUEREMI ne voudra pas plier tout simplement bagage et se retirer de son dû. Mais la négociation nÂ’est pas une faiblesse. On admirera donc ce pouvoir en train dÂ’essayer de régler des problèmes quÂ’il a lui même créés. LÂ’image est donc comique, un dozos, inculte et la bouche pleine dÂ’arachides, qui essayera de parler à  son « frère » dozos, pour le dissuader de continuer à  griller ses arachides !!! Vive donc les « sauveurs » de la république. Et surtout que ce modèle se perpétue, car on a envie de voir, dans toutes les artères de nos villes, des statues du genre de celle qui se trouve dans une certaine université, être érigées, pour que lÂ’on nÂ’oublie pas !!! Mais comment pourrait-on oublier ?? On nÂ’a jamais autant eu de dozos dans ce pays, même sÂ’ils sont censés être essentiellement issus du Burkina et du mali en majorité, de la Cote dÂ’Ivoire en très petite minorité. Et pour la route, on se permettra de demander à  @Kolia, toujours dans la compromission morale et éthique quÂ’on lui reconnaît, de nous dire ce qui était avant le démantèlement des barrages Dozos, si on va sur la base que ce fait mènerait vers un état de droit !!! Est-ce à  dire que nous nÂ’y étions pas depuis ??? Non, laissez tomber. Ce sujet ne produira pas de mousse !! Apprécions donc la conclusion savoureuse de @Kolia, issues dÂ’un pro HAHO confirmé et tatoué et qui serait digne dÂ’un pro GBAGBO camouflé, auteur dÂ’une phrase pleine de vérité (la mort dans lÂ’à¢me), mais aussi dÂ’ironie bien placée (les « sauveurs »). La voici donc : « En attendant, la mort dans lÂ’à¢me, les ivoiriens devront accepter ces «sauveurs» dont ils nÂ’en veulent visiblement pas. » Fantastique !!! Et merci a vous @Kolia !!! La suite !! (Franchement !!)
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Me khauney
En voici qui est encore dans la prehistoire de qui a fait qoi et comment. Tandis les personnes les plus censées regarde maintenant vers l'avenir et attendent patiemment l'emergence promise. Ainsi de debats depassés à  des longues lettres, le temps passe et le retour du baton tant promis tarde à  voir le jour. Au moment où certains à  genoux, priaient pour que le ciel nous foudroie, c'est là  qu'on nous annonça l'ouverture de certaines ambassades du pays au Liban et meme en Argentine. Et de nombreux chantiers infrastructurels de routes, eau, courant et energie virent le jour. Mais comme la honte est leur premier allié, ils viennent nous etaler leur diarrhée intellectuelle qu'ils appelent maladroitement contribution!!!
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
jordanchoco2020
Hey frère khauney, comment vas tu , toi aussi tu as remarqué qu on était le 7 mai 2013 . Porte toi bien demain c est le 8 mai 2013 au cas ou tu aurais des connaissances dans la difficulté pour avoir la date lol. Enfermé qu ils sont dans leur monde. Bien à  toi. God bless kolia, bien entendu.
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
Il est clair que lÂ’argumentation nÂ’est pas leur fort, alors il vous diront la date du jour, ou alors se plaindront de la longueur de ce quÂ’ils ne peuvent en aucun cas comprendre, les facultés nécessaires pour ce faire faisant définitivement défaut. Ce qui reste, cÂ’est bien le fait que personne ne sera là  pour leur dire la date du jour, au moment où les choses changeront définitivement. Et même ce site risque de ne plus être actif. On laissera donc les caravaniers continuer à  proférer leur propos habituels, devant des chiens qui « aboient » et qui en ont marre de devoir pousser la caravane embourbée, pour quÂ’elle passe enfin et nous foute le camp. Non, lÂ’imbécilité nÂ’arrange pas nos contradicteurs habituels. Y a t-il un remède à  cela ??? Non, je ne crois pas !! Vive donc le Burkina et ses rejetons débiles qui pullulent sur ce site !! La suite !!
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Me khauney
Helas! Demander à  certains d'etre bref et precis revient à  dire qu'ils doivent vous remettre leur femme! Excercice impossible car les "Une si longue lettre" de Mariama Bࢠversion ivoirienne sont aussi l'expression d'une crise de personnalité qui les secoue dans le cocon familial et professionnel. Croyant que l'art de convaincre depend de la justapoxition des mots dits "gros mots", ils defèquent sur ce forum leur vomissures intellectuelles. N'ont ils pas raison? Biensur que ouuii! Car si le fond n'a pas pu convaincre surement la forme et la longueur du texte le feront!!
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
jordanchoco2020
Heureusement on a pas encore l'odeur numérique.oufffff khauney.lol
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Dabakala
Entrer votre texte@mekonni Â… On acceptera sans ambages la critique formulés sur la forme, que vous faites si bien, car il suffit juste de poser un mètre à  mesurer sur lÂ’écran pour voir bien quÂ’il existe une différence entre mes interventions et les produits issus de la constipation intellectuelle que vous affichez sur ce site. On attend à  présent une analyse ordonnée et motivée concernant le fond de mes propos et cÂ’es à  ce niveau que vos méninges disjonctent totalement, ne supportant lÂ’effort, sinon la torture de la réflexion quÂ’impose la défense du régent face à  plus fort que soi !! Vous ne cessez dÂ’illustrer lÂ’imbécillité que vous représentez sur ce site, à  coté de votre ami Burkinabé et ce nÂ’est pas nouveau. On attend donc plus de vous, mais rien de viendra de vos cervelles vides, qui ne connaissent que lÂ’invective comme seul mode dÂ’expression. JÂ’ai démontré à  plusieurs reprises que je peux bien plus que cela et cela vous gêne. Mais ne vous en faites pas, on vous comprend et on vous prendra en compassion. Les déjections sur ce site seront donc de deux ordres : les « diarrhées » intellectuelles et de fort bon goût que seuls les personnes habilités a comprendre consommeront, abondamment, et les « boulettes » sanguinolentes, puantes ou pestilentielles (« Heureusement on nÂ’a pas encore l'odeur numérique” cf. LÂ’imbécile himself, qui me donne de lÂ’aide ici. Merci), issues de la constipation intellectuelle et perpétuelle de la racaille qui se trouve sur ce site et qui ne sait, sinon ne peut argumenter valablement, en démontant les arguments des contradicteurs. Tapez donc sur lÂ’emballage. Cela vous occupera tout en vous desservant. Mais il faut pouvoir le comprendre et là , cÂ’est une tout autre affaire !! La suite !! (Mes missives titrées ne vous sont pas destinées et vos réactions suffisent à  le démontrer. Vous nÂ’avez pas le niveau requis pour les comprendre, sinon les commenter. Mariama Ba vous salue donc tendrement !! -Gageons que vous n'avez lu aucunes de ses oeuvres !! Comment le pourriez vous...Et pourtant la seule citation de son nom vous a presque donné l'air intellectuel sur le coup... YAKOÂ…à  ELLE !!!)
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre