Togo Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Togo : Loïk le Floch-Prigent fustige  la «  dictature héréditaire » au Togo
 

Togo : Loïk le Floch-Prigent fustige la « dictature héréditaire » au Togo

 
 
 
 13047 Vues
 
  2 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 17 mai 2013 - 16:11

- Lomé le 17 mai 2013 © koaci.com – CÂ’est certainement pas terminé, la vague de tempête soulevée par lÂ’affaire dite dÂ’ « escroquerie internationale » dans laquelle lÂ’ancien patron de la compagnie française ELF, Loïk LeFloch-Prigent a été gardé pendant 5 mois 10 jours dans les locaux de la gendarmerie au Togo, sans compter les cas des personnalités togolaises, Pascal Bodjona et Bertin Agba.

Mis en liberté provisoire pour « raison humanitaire » après avoir payé 50.000 Euros et signé une reconnaissance de dette, Loïk LeFloch-Prigent a fait une tonitruante sortie médiatique ce mardi sur itele.fr. « Après ma sortie, jÂ’ai du mÂ’occuper de ma santé », a expliqué lÂ’ancien PGD de la compagnie ELF, à  propos de ce long silence qui a suivi son retour en France. Mais bien dÂ’observateurs ont tôt fait de remarquer que cette sortie médiatique de celui qui dit avoir été enlevé à  Abidjan et transféré à  Lomé par des fonctionnaires ivoiriens et togolais corrompus, intervient alors que Faure Gnassingbé participait au Sommet de Bruxelles sur le Mali.
« En ce moment précis où le pouvoir du Togo espère tirer profit de son engagement aux côtés de la France au Mali, en vue de bénéficier dÂ’une complicité dans sa logique dÂ’organiser des élections législatives frauduleuses, Le Floch-Prigent a certainement tenu à  se rappeler aux souvenirs de Faure Gnassingbé et dire un bout de ce quÂ’est le régime en place au Togo », analyse un journaliste suisse, qui connait bien le Togo. « Cette affaire nÂ’est pas une affaire de procédure pénale, cÂ’est une affaire dÂ’une dictature héréditaire », a dÂ’ailleurs asséné celui sur qui pèse pourtant encore devant la justice togolaise, une présomption de crime dÂ’« escroquerie internationale », suite à  une plainte déposée par le richissime homme dÂ’affaire émirati Abass Al Youssef.
Une somme dÂ’environ 26 milliards de FCFA a été soutirée au plaignant à  travers un procédé similaire à  une arnaque à  la nigériane. CÂ’est du moins ce que soutient Abass Al Youssef qui cite tantôt son partenaire en affaires togolais Bertin Agba comme le principal cerveau de lÂ’ « escroquerie alléguée », tantôt son ancien collaborateur français Loïk LeFloch-Prigent comme maître de lÂ’arnaque ainsi que lÂ’ancien Ministre de lÂ’Administration territoriale et Directeur de Cabinet du Président de la République au moment des faits, Pascal Bodjona comme complice. Tous les trois ont été arrêtés, inculpés (pour Pascal Bodjona par une procédure judicaire des plus curieuses), détenus dans des conditions assimilables à  celles que connaissent des auteurs présumés dÂ’attentat à  la sureté de lÂ’Etat, sous les dictatures africaines. Pour un contentieux opposant des partenaires en affaires, beaucoup trouvaient cela un peu trop gros pour être vrai.
Tous trois nient dÂ’ailleurs en bloc, pendant que le pouvoir de Lomé peine à  aider un Abass Al Youssef à  « noyer » ses gros poissons. « Il y a pas de preuve que Abass ait dépensé cet argent. JÂ’ai passé plus de 5 mois en détention à  la gendarmerie sans quÂ’il ait eu quelque papier me signifiant mon inculpation », a déclaré LeFoch-Prigent dans lÂ’émission. Concernant des papiers qui ont été brandis par certains médias pour étayer la thèse de lÂ’escroquerie internationale, lÂ’ancien collaborateur de Abass Al Youssef a répondu : « Les papiers ont été montrés à  la presse pas à  nous. Pendant que jÂ’étais en détention, mon ordinateur était avec Abass et son fils. Je pense quÂ’ils en ont profité pour fabriquer de faux papiers », a-t-il soutenu insinuant que cela a pu se faire avec la complicité de certains milieux du pouvoir togolais. « Ils en existent des problèmes comme ça au Togo, cÂ’est du faux », a-t-il affirmé.
« JÂ’ai commis des erreurs sur lesquelles il ya eu des preuves, jÂ’ai été condamné », a indiqué LeFloch-Prigent qui a demandé à  ne pas être jugé sur ce passé. « Ce nÂ’est pas à  69 ans quÂ’on entame une carrière en escroquerie », a-t-il dit. Le Français a fustigé ses conditions de détention dans les locaux de la gendarmerie nationale et a révélé avoir payé 50.000 Euros et pris un engagement de reconnaissance de dette avant de bénéficier de la mesure de mise en liberté pour « raison humanitaire », alors quÂ’il était souffrant. « Je ne payerai plus aucun franc et nous allons nous organiser pour tirer cette affaire au claire », a conclu le breton.

Aghu
 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Politique
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux,...
 
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux, et me prépare à  vous retrouver très vite»
Politique
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 dét...
 
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 détenus de droit commun et réitère la réforme de la CEI pour 2020, intégralité du discours
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider pour consolider la paix et l'unité du pays
Politique
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider po...
Cameroun il y a 7 mois
 
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées contre Alain Lobognon
Politique
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées c...
Côte d'Ivoire il y a 7 mois
 
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, seuls 7 candidats admis d'office, 3 reçus au 2nd tour et 19 ajournés
Politique
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, s...
Sénégal il y a 7 mois
 
 
 
 
  2 Commentaire(s)
Togo : Loïk le Floch-Prigent fustige la « dictature héréditaire » au Togo
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
fmk
Plus simple de parler quand on est en France, Le Floch devrait dire merci aux KOACI et autres qui informent et parlent depuis le continent... il se la ramenait pas quand il était à  Lomé et qu'il mendiait sa sortie de prison pour des raisons de santé... psssss
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
XIX
Bien fait pour lui, dommage qu'il ait été libéré si tot. ELF-TOTAL qu'il a longtempts dirigée et AREVA sont les destabilisateurs en chef de l'Afrique qui arment les rebellions et installent les dictatures comme en C.I. De quelle dictature se plaint-il au Togo ? Que dit-il de la C.I. d'où il a été enlevé pour etre expédié comme un colis au Togo? Mille fois bien fait pour lui. Mon seul regret, il a été libéré trop tot !
 
 il y a 6 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Gabon: Remis après son AVC, Ali Bongo vous apparait il désormais apte à bien présider le pays?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: DJ Arafat était il véritablement un exemple pour la jeunesse ivoirienn...
 
721
Oui
22%  
 
2511
Non
75%  
 
98
Sans Avis
3%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008