Cameroun Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Cannabis et drogues, quand la production et la consommation se  développent malgré l'interdiction
 

Cameroun : Cannabis et drogues, quand la production et la consommation se développent malgré l'interdiction

 
 
 
 46063 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 18 août 2015 - 09:26

© Koaci.com-Mardi 18 août 2015- Un champ de cannabis vient d’être détruit par la gendarmerie à  l’Ouest du pays.

Les éléments de la gendarmerie de Bana, département du Haut-Nkam (région de l’Ouest), ont détruit un champ de chanvre indien, de 55 plants, bà¢ti dur 550 m2 et estimé à  100 kg. Les cultivateurs,- deux jeunes repris de justice-, faisaient croire aux populations, qu’ils cultivaient du piment, apprend-on.

Ils ont réussi à  écouler leur produit, à  travers un circuit bien huilé, et à  le revendre jusque dans les prisons. Allant d’une ville à  une autre, selon les premiers éléments de l’enquête, révélée à  KOACI ce lundi soir.

La production et la consommation de la drogue au Cameroun, se répand. Le pays est de plus en plus classé comme la plaque tournante du trafic des stupéfiants en Afrique centrale. En mars 2013, dans son rapport annuel 2012, l’OICS, basée à  Vienne en Autriche, classait le Cameroun, parmi les grands passeurs de drogue en Afrique.

Selon un autre rapport rendu public, en juillet 2015, par le comité national de lutte contre la drogue (CNLD), « le Cameroun est la plaque tournante du trafic des stupéfiants en Afrique Centrale ».

Selon les chiffres du desk Cameroun d’Interpol, le port de Douala, est au cœur du trafic de drogue en Afrique centrale. Camerounais, ivoiriens, libériens, Ghanéens, nigérians et les béninois, y évoluent et font de « bonnes affaires », indiquent les spécialistes. Centrafricains et tchadiens s’approvisionnent en drogue, à  partir du port de Douala peut-on lire dans le rapport.

« La drogue provient de l’Afrique de l’Ouest, notamment du Nigéria et de la filière asiatique avec les indo-pakistanais », précisent encore plusieurs rapports de police.
1/4 des passeurs de drogue arrêtés en Europe, sont des camerounais. 50% des nigérians, 18% des béninois.

En quatre ans, au port de Douala, près de 65, 275 kg d’héroïne, 1, 931 kg de cocaïne, 2,705 kg d’opium et 0, 350 kg de morphine ont été saisis.

Les jeunes enfants de la rue sont les plus exposés à  la consommation de la drogue. Toujours selon la police, les conducteurs de motos-taxis, sont réputés accros au « Tramol », une drogue qu’ils peuvent se procurer à  bas prix chez les vendeurs ambulants de médicaments au bord de la route.

Ondoa, un conducteur de moto taxi a déclaré à  KOACI qu’il consommait le chanvre indien, tous les matins, avant de commencer sa journée, « des collègues et moi, avons un champ bien connu par quelques agents de police à  Messassi II. Nous nous y retrouvons pour consommer le chanvre indien. Qui nous donne de l’énergie pour tenir toute la journée », va-t-il rapporter.

La loi interdit la consommation et la production des drogues, pourtant dans les villages, le chanvre pousse parfois, à  l’état sauvage, se consomme dans … les prisons.

Armand Ougock, Yaoundé

KOACI.COM est à  Yaoundé ! Une info? Appelez la rédaction camerounaise de koaci.com au + 237 691 15 42 77 – ou cameroun@koaci.com

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue de la présidentielle de 2020 sont elles compréhensibles?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Meeting conjoint FPI-PDCI, peuvent-t-ils vraiment s'entendre en vue de...
 
2462
Oui
65%  
 
1122
Non
30%  
 
183
Sans Avis
5%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008