Congo Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Congo : 2 morts cette nuit, l'opposition rejette les accusations d'incitation à  la violence et de troubles à  l'ordre public
 

Congo : 2 morts cette nuit, l'opposition rejette les accusations d'incitation à  la violence et de troubles à  l'ordre public

 
 
 
 7046 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 22 octobre 2015 - 09:00

Marche de protestation anti referendum

© Koaci.com-Jeudi 22 Octobre 2015- Les leaders de l’opposition congolaise ont rejeté ce mercredi les accusations « d’incitation à  la violence et de trouble à  l’ordre public », qui ont cours à  Brazzaville et dans plusieurs villes du pays, formulées par le parti au pouvoir, et le gouvernement, contre le référendum constitutionnel du 25 octobre.

Les responsables de l’opposition ont rejeté les accusations d’incitation à  la violence et de trouble à  l’ordre public, et exiger le retrait des forces de sécurité, au cours d’une conférence de presse tenue à  Brazzaville ce mercredi, « Nous exigeons que la force publique se calme, pour permettre à  la politique de prendre le pas. Tout ce à  quoi nous assistons est dû au fait que le force publique refuse de tolérer qu’une frange de la population exprime son point de vue », a déclaré Paul-Marie Mpouélé, du Front Républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad).

Avant d’ajouter, « ces militants, n’ont pas été instruits par nous pour ériger des barricades. Mais ils demeurent sous notre contrôle. La preuve, ils ne cassent pas, ils ne pillent pas », en invitant le président Denis Sassou Nguesso de retirer son projet de modification constitutionnel.

Les responsables de l’opposition, disent n’avoir pas demandé aux jeunes d’aller « casser des commissariats ». Pour eux, « tout ce qui arrive, c’est la colère du peuple ».

Depuis mardi, les violences ont fait plus de 19 morts, et 8 blessés graves. Les populations congolaises, manifestent contre le projet de référendum sur président Denis Sassou Nguesso.

Le chef d’Etat congolais, dont le mandat arrive à  expiration en août 2016, est frappé par les verrous de la limitation de mandats et la limite d’à¢ge.

Si la nouvelle constitution est adoptée elle permettra au président sortant, -72 ans, dont 30 cumulés au pouvoir,- de se présenter à  l’élection de 2016. L’opposition dit avoir fait appel à  l’insurrection populaire pour faire barrage à  ce projet. Des coups de feu, ont encore été entendus toute la nuit à  Talangaï. Une station d'essence a été brulée ce matin à  4h dans les quartiers nord de Brazzaville (La Tsiémé). Les violences ont de nouveau fait, 2 morts, apprend-on de source médicales.

KOACI
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008