Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso: Présidentielle, Ablassé Ouédraogo se voit élu au premier tour avec «52 à  55%»
 

Burkina Faso: Présidentielle, Ablassé Ouédraogo se voit élu au premier tour avec «52 à  55%»

 
 
 
 7324 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 17 novembre 2015 - 09:27

Ablassé Ouédraogo

© koaci.com – Mardi 17 novembre 2015 - Si l'espoir pourrait faire vivre, le candidat du parti ‘’Le Faso autrement’’ Ablassé Ouédraogo s’est dit convaincu de remporter l’élection présidentielle du 29 novembre prochain dès le premier tour avec "52 à  55%" des voix, lors d’un débat télévisé.

Au vu de l’’’engouement’’ et de la ‘’mobilisation’’ lors de la campagne électorale ouverte depuis le 8 novembre, ‘’je serai élu avec un score honorable de 52 à  55%. "Dans le pire des cas, nous serons au second tour", a déclaré M. Ouédraogo lors de l’ émission ‘’un candidat, un programme’’ consacré aux candidats à  la présidentielle.

Selon le président de ‘’Le Faso autrement’’, son programme de société intitulé ‘’Ensemble autrement, profession de foi’’ orienté vers le développement humain et du pays qu’il entend transformer un pôle de croissance avec un taux de 8%, lui assure cette victoire prochaine.

Il s’agira de mettre en place un environnement économique fondé sur la justice et la valorisation les ressources humaines, a-t-il soutenu.

Evoquant le dysfonctionnement de plusieurs sociétés privatisées, M. Ouédraogo a assuré qu’une fois au pouvoir, ‘’nous mettrons en place une commission de relecture des conditions de privatisation des sociétés d'État".

En outre, le candidat de la ‘’Coalition ensemble autrement’’, regroupant 7 partis politiques, a promis la fin des délestages et l’équipement de chaque foyer burkinabè en plaques solaires.
"Là  où il y a la lumière il y a la vie. Tous les foyers et toutes les écoles auront un kit photovoltaïque" tandis que la Société nationale d’électricité (Sonabel) produira l'électricité pour les industries, a-t-il indiqué.

M. Ouédraogo, entend également changer le système sanitaire au Burkina Faso en redéployant le personnel médical. Il s’agira, selon lui, de reformer l’hôpital en créant une fonction publique hospitalière.

Confiant que son expérience et son parcours jouera également en sa faveur, cet économiste, diplomate et ancien fonctionnaire international de 62 ans, a également été ministre de Compaoré pendant 5 ans puis son conseiller spécial.

Premier africain au poste de directeur adjoint de l’OMC, cet fils de cultivateur, natif de Dabaré, appellé les militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir) à  voter pour lui car "tous ne sont pas mauvais".

Pour redorer l’image du Burkina Faso, après l’ère de Blaise Compaoré qui a ‘’passé son temps à  faire des médiations’’, Ablassé Ouédraogo entend ‘’organiser une grande conférence des amis du Burkina pour relancer la diplomatie’’.

Evoquant l’extradition du président déchu Blaise Compaoré, il a soutenu qu’une fois à  Kossyam, ‘’aucun ne restera en exil. Tous ceux qui sont dehors et qui voudront revenir seront les bienvenus. Ils se présenteront devant la justice et répondront des faits et actes qui leurs sont reprochés’’.

Boa, Ouagadougou
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008