Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun: L'armée en passe de provoquer une insurrection populaire
 

Cameroun: L'armée en passe de provoquer une insurrection populaire

 
 
 
 11831 Vues
 
  2 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 25 janvier 2016 - 08:34

©koaci.com- Lundi 25 Janvier 2016- De plus en plus, des éléments incontrôlables de l'armée camerounaise, multiplient des crimes, (qui restent parfois impunis), et des exactions diverses contre de civils désarmés.

L'armée camerounaise est elle une ménace pour la cohésion nationale?

Ces derniers mois, les éléments du Bataillon d'intervention rapide (Bir), présenté par les spécialistes, comme une unité d'élite et à  qui l'on attribue la majorité des succès militaires sur le front de guerre, contre la secte islamiste Boko Haram, ont la gà¢chette facile contre des populations civiles désarmées, qu'ils doivent pourtant protéger, quand ils ne se tirent pas dessus entre frères d'armes.

Lorsque les hommes en tenue ne tuent pas, ils sont accusés d'agressions contre les civils, de braquages de domiciles, de commerces ou de banques, d'arnaques et d'extorsions de fonds.

Quelques faits recensés sur les six derniers mois.

Le 10 juin 2015, deux orpailleurs sont tués par des militaires du BIR, dans le Mayo-Rey.ils réagissent apprend-on, à  l'attaque au couteau d'un des orpailleurs. Une trentaine d'orpailleurs sont blessés au cours de la même opération.

En juin 2015,trois militaires sont jetés en prison à  Garoua (Nord), pour agression, contre des civils et extorsions des fonds.

En octobre 2015, des militaires soupçonnés de braquages, sont arrêtés à  Mokolo, une localité de l'extrême-nord. Quelques jours avant, des commerçants victimes 'd'extorsions de fonds et d'arnaques manifestent contre des braquages attribués aux militaires, généralement lourdement armés.

Dans la nuit du 11 au 12 novembre 2015, à  Kousseri (Extrême-Nord), un militaire abat un civil avec son arme de guerre après une dispute.

Le 23 novembre à  Mbalmayo (Centre), un gendarme abat froidement son collègue et se donne la mort. L'on apprendra plus tard que les deux hommes étaient en rivalité. L'un entretenait une liaison avec l'épouse de l'autre.

Le 14 janvier 2016, à  Maroua ( Extrême - Nord) après une dispute dans un bar, un militaire du Bir, va chercher sa kalachnikov pour tuer un civil, ce dernier prend la fuite.


Le 12 janvier toujours à  Maroua, un militaire fait usage de son arme de guerre et abat un gendarme.

Le 24 janvier 2016, à  Wum, (Nord+Ouest),- partie anglophone du pays-, un militaire du BIR, poignarde mortellement un conducteur de moto taxi, qui meurt sur le champ. 


À côté de ces crimes, l'on enregistré des menaces à  main armées contre des civils et des hommes de médias.

Dans un rapport, Amnesty international, a dénoncé des exactions de l'armée camerounaise contre les populations civiles, sous le couvert de la guerre contre Boko Haram. Une guerre qui n'a pas encore livré son bilan total des exactions contre les civils.

Les réactions des autorités sont parfois énergiques, certains actes sont condamnés d'autres, banalisés, bénéficient des circonstances atténuantes.

Les populations elles, accusent le coup. La réponse la plus violente est celle de ce dimanche à  Wum, dans le département du Mentchum. Une partie d'un camp militaire a été incendiée. Saccagée pour d'autres.. Des véhicules militaires brûlés. Tout comme des armes de guerre. 


Pour calmer la population, le gouvernement a dépêché le secrétaire général du ministère de la Défense.La ville quadrillée. À l'issue d'une reunion de crise, Et, la population invitée au calme.

Jusqu'à  quand les camerounais vont ils supporter les exactions attribuées à  une armée de plus en plus incontrôlable?

Il devient urgent pour les autorités compétentes de revoir le statut de certains corps d'élite, de l'armée, notamment, (la garde présidentielle, le Bir), ainsi que la mentalité des éléments qui les constituent.

De tels égarements persistent pense une certaine opinion, à  cause du laxisme et du laisser faire observés au sein de la grande muette. Alors que les autorités se montrent plus sévères envers les populations civiles, elles se montrent dociles, discrètes, viire tolérantes, quand il s'agit de sanctionner les militaires.

Armand OUGOCK, Yaoundé

om est à  Yaoundé ! Une info? Appelez la rédaction camerounaise de Koaci.com,
au + 237 691 15 42 77. Ou, cameroun @koaci.com


 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Politique
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux,...
 
 
Gabon : Depuis Rabat, Ali Bongo s'adresse aux gabonais «je vais mieux, et me prépare à  vous retrouver très vite»
Politique
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 dét...
 
 
Côte d'Ivoire : Voeux 2019, Ouattara annonce la libération de 2532 détenus de droit commun et réitère la réforme de la CEI pour 2020, intégralité du discours
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider pour consolider la paix et l'unité du pays
Politique
Cameroun : Voeux 2019, Biya appelle les camerounais à  l'aider po...
Cameroun il y a 8 mois
 
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées contre Alain Lobognon
Politique
Côte d'Ivoire : Mairie de Fresco, de graves accusations portées c...
Côte d'Ivoire il y a 8 mois
 
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, seuls 7 candidats admis d'office, 3 reçus au 2nd tour et 19 ajournés
Politique
Sénégal : Vérification des parrainages pour la Présidentielle, s...
Sénégal il y a 8 mois
 
 
 
 
  2 Commentaire(s)
Cameroun: L'armée en passe de provoquer une insurrection populaire
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
tonyhabib
@ARMAND OUGOCK Je me pose des questions sur votre intégrité de journaliste/correspondant.Est-ce un désir de vengeance qui vous guide?Depuis des mois vous inventez,créez et imaginez au simple fait divers,des ambitions insurrectionnelles et déstabilisatrices pour le Cameroun.Est-ce un désir du sensationnel ou du scoop de journaliste ou alors une ambition plus pernicieuse chaperonnée par des lobby tapis dans l'ombre?Saches Mr que le Cameroun restera après l’épreuve Boko haram,ce pays de paix et de stabilité sociale qu'il a toujours été.Cessez de grà¢ce de nous attribuez des destins belliqueux comme certain de nos Pays frères. Jonché dans votre confort avantageux de sbire de propagande,vous faites fi de la déontologie et de l'esprit du métier de journaliste.Allez parcourez le Cameroun et vous comprendrez que pour les camerounais leur armée(notamment le BIR que vous vilipendez sur l'autel d'une immature rancœur) est avec Milla ,Eto'o et les autres le symbole de la fierté nationale.Partout au Cameroun et surtout dans la région de l’extrême-nord(ou je vis) toute la jeunesse s'identifie à  cette unité d'élite.Je parie que vous n'y êtes jamais allé!
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
tonyhabib
@ARMAN OUGOCK Dans la région de l’extrême-nord,la jeunesse s'identifie à  son armée.ALLEZ PARTOUT AU CAMEROUN vous verrez que la relation Armée-Nation n'a jamais autant été en harmonie totale.Les civils partout dans les rues de Maroua arborent des Tee-shirt "JE SUIS L'ARMEE CAMEROUNAISE""JE SUIS LE BIR".De nombreux magasin,snack-bar,hôtel et autres portent désormais les noms des Force de Défense et de Sécurité.Faites véritablement votre travail de journaliste/correspondant frère,car vous êtes et resterez pour nous un frère.
 
 il y a 3 ans     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en vue de la présidentielle de 2020 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue...
 
2373
Oui
81%  
 
435
Non
15%  
 
131
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008