Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Assises, Simone Gbagbo ne se reconnait pas dans la disparition de Kieffer et estime que la justice veut faire le mort sur ce dossier
 

Côte d'Ivoire : Assises, Simone Gbagbo ne se reconnait pas dans la disparition de Kieffer et estime que la justice veut faire le mort sur ce dossier

 
 
 
 14467 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 21 juin 2016 - 15:40

Entrée de Simone Gbagbo mardi au tribunal d'Abidjan (ph KOACI.COM)

© Koaci.com- Mardi 21 Juin 2016- L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo a été interrogée ce mardi par « ses » avocats qui ont essayé de soigner son image déjà  terni face aux nombreux crimes qu’on l’accuse d’avoir commis pendant que son époux était au pouvoir, notamment la disparition du journaliste Guy André Kieffer, les escadrons de la mort, le charnier de Yopougon.

Simone Gbagbo a rappelé à  la cour présidée par le juge Bouatchi Kouadio qu’elle n’est ni de près ou de loin menée dans ces affaires.

Comment appréciez-vous le matraquage qui est fait autour de vous quant à  la disparition de Guy André Kieffer, a demandé l’avocat maitre Dako à  l’accusée.

«J’ai reçu ceci avec une grande injustice. J’ai entendu parler de Kieffer lorsqu’il a été tué. Je ne connaissais pas et je ne l’ai jamais vu jusqu’à  ce qu’on m’accuse d’avoir commandité sa disparition,» a répondu Simone Gbagbo.
Que pouvez-vous dire du charnier de Yopougon, a poursuivi l’avocat.

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire a affirmé à  la barre qu’elle a reçu cette information avec étonnement et tristesse.

«Avec ce discours biaisé on n’a pas réussi à  faire la lumière sur ces personnes, » a-t-elle précisé.

"Avez-vous connaissance des escadrons de la mort?", a ajouté l’avocat.

En réponse à  cette question, le député d’Abobo a soutenu que la première fois qu’elle a entendu parler d’escadrons de la mort, elle était en Italie avec son époux.

«Je n’ai pas programmé un coup d’état pourquoi, vais-je monter un escadron de la mort, » s’est justifiée l’accusée.
Simone Gbagbo reste néanmoins convaincue que  les escadrons de la mort n’ont jamais existé, mais que c’était une campagne menée pour salir le nom de son époux et de son entourage.

«Quand Gbagbo est venu au pouvoir, sa présence n’a pas été appréciée. Il fallait le noircir. C’est le processus. Il fallait noircir le Président Gbagbo au maximum et son entourage, » a déclaré l’ex-Première dame.

Selon elle, cette manière de faire est triste pour la Côte d’Ivoire.

Toujours sur la disparition de Kieffer, maitre Rodrigue Dadjé a demandé à  l’accusée si elle a été entendue par la justice française parce qu’elle serait la commanditaire.

"Non", rétorque, Simone Gbagbo en poursuivant que ce n’est pas normal mais c’est compréhensible.

Est-ce que c’est pour des raisons politiques que vous avez été accablée ou bien comme vous étiez Première dame, a indiqué Rodrigue Dadjé.

Oui, a répondu avec fermeté, Simone Gbagbo qui pense que la justice veut faire le mort sur le dossier Kieffer.
«Je suis en prison, Gbagbo n’est plus au pouvoir, » s’est-elle enfin conclu.

Wassimagnon, Abidjan
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: L'impuissance de l'Etat ivoirien face aux médias sociaux américains vous inquiète-t-elle?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Bilan de Ouattara, prenez vous au serieux les critiques de Guillaume S...
 
1032
Oui
42%  
 
1382
Non
56%  
 
36
Sans Avis
1%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008