Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire: CNDHCI, la Présidente Namizata Sangaré plaide pour sa constitutionnalisation afin qu'elle assure efficacement ses missions
 

Côte d'Ivoire: CNDHCI, la Présidente Namizata Sangaré plaide pour sa constitutionnalisation afin qu'elle assure efficacement ses missions

 
 
 
 6968 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 17 août 2016 - 12:32

Namizata Sangaré mardi à  Abidjan (ph KOACI.COM)

© Koaci.com- Mercredi 17 Août 2016- La Présidente de la Commission nationale des droits de l’homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI), Namizata Sangaré estime que le statut actuel de l’institution qu’elle préside met en mal ses missions.

Elle l’ a signifié hier au siège de la Médiature à  l’occasion de la neuvième session du Forum des droits de l’homme.

«Le statut d’Etablissement publique national de la CNDHCI ne lui donne pas l’autorité et la légitimité nécessaires pour assurer efficacement ses missions, » a déploré Sangaré.

La Présidente préconise la constitutionnalisation de la CNDHCI qui va selon elle sécuriser les droits et libertés, donner des assurances aux populations en matière de promotion et de protection de leurs droits, et renforcer le prestige et la crédibilité de la Côte d’Ivoire sur la scène internationale.

Namizata Sangaré a rassuré les associations des droits de l’homme et de la société civile présentes au 9ème Forum que le 9 août dernier, à  l’occasion d’une rencontre avec les experts commis à  l’élaboration de la nouvelle constitution, elle a évoqué ce sujet de constitutionnalisation de la CNDHCI.

Préoccupée à  trouver des solutions pour le bonheur des populations et la réalisation effective de leurs droits, Namizata Sangaré encourage toutes les organisations de la société civile membres du forum qui multiplient les actions en faveur d’une meilleure protection des droits de l’homme.

Selon elle, grà¢ce à  eux et aux contributions inestimables, de l’ensemble de ses partenaires, la CNDHCI bénéficie de statut B auprès du comité d’accréditation des institutions nationales de protection des droits de l’homme, (CIC) et du statut d’institution affilié auprès de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

La Présidente reconnait qu’à  l’occasion de l’examen, plusieurs recommandations ont été adressées à  la CNDHCI en vue de la rendre plus visible, plus performante et davantage opérationnelle.

C’est pourquoi elle exhorte les organisations de la société civile à  prendre toute la place qui leur revient dans ce Forum et à  participer régulièrement à  cette rencontre mensuelle.

Namizata Sangaré a enfin promis que cet espace d’échanges et d’informations sera dupliqué et étendu à  l’ensemble des commissions régionales sur tout le territoire national.

« Chacune des trente-et-une régions aura son Forum, sa tribune où les acteurs du domaine pourront échanger sur leurs préoccupations et les grandes problématiques des droits de l’Homme, » a-t-elle conclu.

Le Secrétaire exécutif de la Médiature, Coulibaly Pana a rappelé que cette institution a pour rôle de rapprocher les différents points de vus des protagonistes mais n’est pas un juge.

Il a enfin soutenu que les droits de l’homme sont une boussole pour mesurer le degré de démocratie d’un pays.

Wassimagnon, Abidjan
 
 
  Par Koaci