Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso: Tentative de déstabilisation, le parti au pouvoir accuse le régime déchu
 

Burkina Faso: Tentative de déstabilisation, le parti au pouvoir accuse le régime déchu

 
 
 
 8789 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 25 octobre 2016 - 09:10

Salifou Diallo, président par intérim du MPP (Ph)

©Koaci.com – Mardi 25 octobre 2016 - Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP, parti au pouvoir) a accusé les anciens tenants du pouvoir du régime du président déchu Blaise Compaoré, d’avoir échafaudé la tentative déjoué de déstabilisation et de prise du pouvoir par les armes, indiqué un communiqué parvenu à  Koaci.

Le 08 Octobre 2016, les forces de défense et de sécurité ont arrêtés des éléments de l’ex- Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), garde prétorienne du président déchu Blaise Compaoré qui planifiaient plusieurs actions de déstabilisation dont la prise du pouvoir par les armes.

‘’Les connexions et les moyens financiers mis en jeu laissent également apparaître qu’il ne s’agit pas là  d’un acte isolé de soldats de rang subalterne mais plutôt d’un échafaudage conçu et actionné par ceux que notre peuple a rejetés les 30 et 31 octobre 2014’’, lit-on dans le communiqué signé du président par intérim du MPP, Dr Salifou Diallo.

‘’Le caractère aventuriste et grossier de ce nouveau plan montre sans aucun doute que ces éléments et leurs commanditaires ne reculent devant rien pour reconquérir leur paradis perdu’’, poursuit le texte, notant que ‘’ces actes se déroulent au moment précis où le camp de Blaise Compaoré tente de renaître de ses cendres en redéployant son ancien front dit républicain sous la nouvelle dénomination de Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER)’’.

Et d’expliquer que ‘’toutes ces gesticulations ne visent qu’un seul objectif, endormir le peuple pour mieux se venger de leurs échecs et porter ainsi un coup d’arrêt à  son aspiration légitime à  la véritable démocratie et au progrès’’.

Pour le MPP, ‘’l’ordre principal’’ de cette coalition n’est ‘’ni plus ni moins que la libération sans condition et sans jugement des putschistes détenus et tous les auteurs présumés de crimes de sang et de crimes économiques du régime déchu’’.

‘’La récente intention des soldats de l’ex- RSP de s’attaquer aux garnisons militaires où sont détenus les putschistes confirme qu’il s’agit là  d’initiatives coordonnées, civiles et militaires, concourant aux mêmes objectifs à  savoir libérer leurs chefs détenus et restaurer l’ordre ancien’’, a écrit M. Diallo, par ailleurs président de l’Assemblée nationale.

Réfutant ces ‘’allégations’’, la Coder qui réunit 8 partis pro-Compaoré, a dans un communiqué signé Dr Ablassé Ouédraogo a estimé que le ‘’ le MPP est aux abois et ne trouve rien d’autre à  faire que d’opposer les burkinabé entre eux”.

Selon Lui, la déclaration signée de Salifou Diallo, ‘’vient une fois encore démontrer l’esprit de manipulation, de haine, de vengeance et de violence aveugles dans lequel ces responsables du MPP gouvernent notre pays’’.

La réconciliation nationale que la Coder prône ‘’n’exclut pas la justice qu’elle place au cœur de la démocratie’’ mais elle ‘’insiste cependant sur la nécessité d’une justice, équitable et qui soit la même pour tous et non une justice à  double vitesse ou une justice des vainqueurs comme celle que nous vivons actuellement’’, a expliqué Ablassé Ouédraogo.

Rappelant qu’elle ‘’n’a été constituée que le 16 Octobre 2016, alors que les incidents du pont Nazinon liés au supposé complot date du 8 octobre 2016’’, la Coder souligne ne ‘’pas et ne peut, d’ailleurs, être mêlée d’aucune manière à  une éventuelle tentative de coup d’Etat car elle n’était pas encore créée au moment des faits supposés’’.

Et de conclure que ces déclarations du MPP ‘’démontrent à  souhait que ce parti, incapable d’assurer la gestion du pouvoir d’Etat et de répondre aux aspirations profondes du peuple burkinabè, notamment de paix, de justice, de sécurité, de cohésion sociale et de réconciliation nationale, préfère verser dans le dilatoire, la diversion et la division’’.

BOA, Ouagadougou
Recevez les notifications de KOACI.COM en temps réel avec notre nouvelle application mobile Android (cliquez et installez là  sur votre mobile)
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Soupçonnez vous le président de la commission de l'UA d'avoir subi des pressions d'Abidjan pour saluer la loi sur la recomposition de la CEI?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: L'impuissance de l'Etat ivoirien face aux médias sociaux américains vo...
 
2110
Oui
65%  
 
1002
Non
31%  
 
114
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008