Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso: Manifestation à  Ouagadougou contre des «licenciements abusifs»
 

Burkina Faso: Manifestation à  Ouagadougou contre des «licenciements abusifs»

 
 
 
 10645 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 30 juillet 2017 - 15:01

Vue de la manifestation samedi à  Ouaga

©Koaci.com – Dimanche 30 juillet 2017 – Plusieurs centaines de syndicaliste ont manifesté samedi à  Ouagadougou pour protester contre des licenciements abusifs et de délégués syndicaux qui ont touché plus de 1500 personnes depuis 2014.

Ces manifestants, sous une fine pluie ont arpenté les artères de la ville, passant par l’avenue des Nations, le Rond-point des Nations Unies et l’avenue du Dr Kwamé N’Krumah, avant de rallier le ministère de la Fonction publique et du travail où ils ont remis une lettre d’interpellation contre le licenciement abusif des travailleurs, de plus en plus récurent dans les entreprises et sociétés privées du pays.

Le Secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs du Burkina (USTB) Yamba Georges Koanda, a déploré que ces licenciements, particulièrement ceux des délégués syndicaux, soient exercés sans l’autorisation de l’inspection du travail.

Même si il arrive que certains employeurs avisent, ‘’lorsque l’inspection du travail ne donne pas son accord pour le licenciement, l’employeur procède néanmoins au licenciement ‘’, a-t-il ajouté.

« Depuis un certain temps, les licenciements abusifs des travailleurs d’une façon générale se font malgré les décisions de l’inspection du travail. A ce jour, près de 1 500 travailleurs ont été licenciés. Il est temps qu’on mette un frein à  cela», a adressé Yamba Georges Koanda, au représentant du ministre du travail, Hallahidi Diallo.

« L’économie informelle est un morceau assez important du développement du pays. Si ce nombre de travailleurs qu’on licencie pèle mêle grossit, cela va constituer tôt ou tard une bombe sociale et cela sera négatif pour notre pays’’, a-t-il prévenu, avant de rappeler que le pays à  connu une insurrection populaire.

‘’Tout Burkinabè qui veut le développement du pays ne peut pas souhaiter qu’il y ait une deuxième insurrection. Nous interpellons donc le gouvernement pour qu’ il interpelle les différents chefs d’entreprise au respect des textes qui réglementent le monde du travail », a-t-il déclaré.

Boa, Ouagadougou
 
 
  Par Koaci