Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire: L'universitaire Tiémoko Doumbia appelle la FESCI à  un syndicalisme responsable
 

Côte d'Ivoire: L'universitaire Tiémoko Doumbia appelle la FESCI à  un syndicalisme responsable

 
 
 
 5905 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 11 septembre 2017 - 09:51

Tiémoko dimanche (Ph KOACI.COM)-

© koaci.com – Lundi 11 Septembre 2017 – « Le syndicat dans le processus d’autonomisation et de démocratisation des États africains depuis la colonisation à  nos jours ».

C’est le thème de la conférence publique animée par le Professeur Tiémoko Doumbia à  la cité Mermoz de Cocody, à  Abidjan, la capitale ivoirienne le samedi 9 septembre 2017. Répondant à  l’invitation de la FESCI ( Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire), section de la cité universitaire Mermoz qui faisait sa rentrée syndicale, le chef du département de sociologie-Anthropologie de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké a appelé ce puissant syndicat des étudiants, décrié souvent pour sa violence, à  opter pour un syndicalisme plus responsable. « Si vous voulez que la Côte d’Ivoire aille de l’avant, les syndicats doivent être forts, mais poser les problèmes en toute responsabilité, sans compromission », a-t-il exhorté les dirigeants de la FESCI.

Dans un exposé s’apparentant à  un cours magistral, Prof Tiémoko Doumbia a situé les origines de la lutte syndicale à  l’époque colonisation. Car, a-t-il souligné, « le lien entre le syndicat et la démocratie apparaît sous la relation historique », d’où est née une relation de complémentarité entre les forces syndicales et les forces politiques qui ont contribué à  l’acquisition de l’indépendance de la plupart des États africains de la zone francophone. En effet, a-t-il expliqué, le syndicalisme dans nos pays africains a commencé à  prendre forme au cours de la période coloniale sous la houlette de la conférence générale des travailleurs (CGT) de France, une des plus vieilles organisations syndicales de l’époque colonisation qui a inspiré l’élite africaine. Celle-ci, à  son tour, a commencé à  revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail pour leur population. Ainsi, a-t-il poursuivi, Felix Houphouët-Boigny avec le syndicat agricole africaine (SAA) va mobiliser les masses paysannes pour exiger l’amélioration du prix d’achat des produits agricoles. La célèbre phrase « on nous a trop volé » aura donc été le catalyseur pour l’émancipation des populations indigènes. Il en est de même pour Sekou Touré (premier président de la Guinée Conakry) avec le syndicat des cheminots dont il était le leader.

Mais, après les indépendances, dans un contexte monopartite, ces syndicats se sont inféodés aux pouvoirs en place et ont été obligés de disparaître pour être remplacés par des organisations à  la remorque des dirigeants et gouvernants existants à  l’image de l’UGTCI (Union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire) qui « s’est engagé dans ce que son ancien secrétaire général, Adiko Niamkey a qualifié de syndicalisme de participation ». La FESCI, a révélé le sociologue, n’a pas échappé à  cette forme de syndicalisme à  l’arrivée de ses alliés au pouvoir dans les années 2000 si bien qu’après le départ de ceux-ci, elle se trouve à  la croisée des chemins. « Dans le processus du syndicalisme politique ou socialiste, la FESCI a vu ses alliés arriver au pouvoir notamment le FPI. Ce qui a conduit cette force syndicale à  faire allégeance à  ses alliés et à  s’engager dans un syndicalisme de participation. Après de départ de ses alliés du pouvoir, la FESCI se trouve à  la croisée des chemins. Tantôt persécuté par le pouvoir en place, tantôt taxé d’être aux ordres de l’opposition, la FESCI se trouve dans un tournant où elle doit repenser sa ligne et sa lutte. », a commenté l’ancien Meesciste (organisation syndicale sous Houphouët-Boigny, suscitée par les dirigeants pour canaliser les actions des étudiants et les mettre aux ordres du pouvoir).
C’est pourquoi, l’Enseignant-chercheur a indiqué qu’il appartient aux dirigeants de cette organisation de penser et analyser sereinement le contexte en vue de prendre en main leur destin pour le bien-être du milieu scolaire et universitaire en Côte d’Ivoire. 


Juste après cette conférence publique qui a vu la présence du Secrétaire général de la FESCI, Assi Fulgence, Prof Tiémoko Doumbia a remis des prix d’excellence aux meilleurs élèves de la cité des arts de Cocody. Dans la soirée, il a donné le coup d’envoi de la finale d’un tournoi de Maracana organisé par les jeunes d’Akouedo et qui porte son nom.

Donatien Kautcha, Abidjan

Vous êtes abonnés Orange en Côte d'Ivoire, recevez les infos exclusives de koaci.com en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en vue de la présidentielle de 2020 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue...
 
2373
Oui
81%  
 
435
Non
15%  
 
131
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008