Sénégal Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Sénégal: Levée de l'immunité du député-maire de Dakar, la réponse floue du ministre de la justice qui fait jaser
 

Sénégal: Levée de l'immunité du député-maire de Dakar, la réponse floue du ministre de la justice qui fait jaser

 
 
 
 10468 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 28 octobre 2017 - 11:20

Le ministre de la justice, Ismaïla Madior Fall (Ph KOACI)


© koaci.com- Samedi 28 Octobre  2017-Au Sénégal, le tout nouveau ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall a été interpellé, vendredi, sur la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall demandée par le procureur de la République. La réponse du garde sceaux a laissé perplexe plus d’un constate KOACI.COM.


S’il en est ainsi, c’est parce que le professeur de droit devenu ministre de la justice, répondant à  l’interpellation des journalistes a estimé que «si la levée de l’immunité parlementaire a été demandée à  l’Assemblée nationale c’est pour ne pas négliger un détail procédural susceptible de remettre en cause les droits de Khalifa Sall ».

Une déclaration que ne comprend guerre bon nombre de Sénégalais qui continuent de se demander « mais de quoi parle le ministre ».

C’est le cas de l’ancien ministre directeur de cabinet du Président Abdoulaye Wade, Babacar Gaye . Réagissant à  la déclaration du ministre, M. Gaye s’est demandé « c’est quoi ce charabia? ». Et d’enchainer pour questionner le professeur de droit devenu ministre.

« Quel est ce "détail procédural" qui pourrait "remettre en cause les droits de Khalifa"? Lequel Professeur? Dites le nous. En matière de droits de l'Homme, il n'y a pas de détail. Tout est essentiel. A moins que vous n'ayez perdu votre Droit dans les couloirs du pouvoir », peste l’ancien Président du Conseil régional de Kaffrine (centre).

En définitif, Babacar Gaye signe et persiste qu’« En vérité depuis le 14 août 2017, le député Khalifa Sall est en détention illégale et arbitraire ». Ainsi recommande-t-il : « Libérer le ».

Pour Thierno Bocoum , ex-responsable des jeunesses de Rewmi, qui vient de quitter le parti de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, « cette affaire n’est rien d’autre qu’une mascarade juridico-parlementaire».

Outre la phrase polémique, le ministre Ismaila Madior Fall a aussi déclaré que «l’important, ce n’est pas d’épiloguer sur l’immunité parlementaire mais de respecter toutes les formes qui garantissent la tenue d’un procès équitable».

Pour lui, «l’autorisation de juger le maire, Khalifa Sall, dans le cadre d’un procès équitable, est demandée à  l’Assemblée nationale parce que la Constitution est claire dans son article 61, si on veut poursuivre un député», soutient Ismaïla Madior .

Vendredi, la commission des Lois de l’Assemblée nationale a procédé à  la désignation de onze (11) députés formant la commission ad hoc chargée de se pencher sur la levée de l’immunité parlementaire du maire de Dakar Khalifa Sall.

Sur les onze députés de la commission, il y en a huit (8) qui sont issus de la majorité contre deux (2) pour le groupe de l'opposition et un non-inscrit.

En attendant, les supporters du maire de Dakar Khalifa Sall , en prison pour détournement présumé de denier publics, ont été autorisé a tenir leur manifestation de cet après-midi à  la Médina (Dakar).

Sidy Djimby Ndao, Dakar

Suivre l'actualité sénégalais en temps réel via l'appli Android de KOACI (cliquez ici) 

Ou Apple (cliquez et installez-la sur votre iPhone ou iPad)


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue de la présidentielle de 2020 sont elles compréhensibles?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Meeting conjoint FPI-PDCI, peuvent-t-ils vraiment s'entendre en vue de...
 
2462
Oui
65%  
 
1122
Non
30%  
 
183
Sans Avis
5%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008