Gabon Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Gabon: L'Etat espère se relancer avec son secteur minier en devenant le 82ème Etat membre du Processus de Kimberley
 

Gabon: L'Etat espère se relancer avec son secteur minier en devenant le 82ème Etat membre du Processus de Kimberley

 
 
 
 6198 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 17 décembre 2017 - 09:46

©Koaci.com - Dimanche 17 décembre 2017 - Après deux années de travail le Gabon est parvenu à  obtenir son adhésion au Processus de kimberley (PK), à  Brisbane en Australie, en qualité de membre participant apprend KOACI du ministère des mines.

Ce qui est perçue comme une "avancée remarquable du secteur minier gabonais" par ce dernier doit sa matérialisation à  la volonté de l'Etat de faire du secteur des mines un vecteur important de la relance économique du pays à  la traine de la croissance et au chômage grandissant.

Les autorités rapportent que plusieurs étapes ont été franchies dans la mise en place des outils de gestion du Processus de Kimberley à  savoir la formation des évaluateurs gabonais de diamants bruts, l'équipement du futur Bureau des Expertises et des évaluations des diamants bruts ou encore l'élaboration d'une nouvelle règlementation du diamant adaptée.

Cette dernière comportant deux projets de décrets, l'un portant sur la création du Secrétariat National Permanent du Processus de Kimberley (SNPK) et l'autre fixant les conditions de mise en œuvre du Système International de Certification des diamants en République Gabonaise.

Ces "progrès" accomplis par le Gabon et présentés lors des travaux des différentes réunions de l'Assemblée Générale du processus de Kimberley, tenues à  Dubaï en novembre 2016 et à  Perth en mai 2017 ont démontré à  suffisance la volonté du pays de désormais exploiter son diamant en toute légalité, de contrôler la production de diamants par ses artisans locaux et d'attirer des investisseurs miniers extérieurs, nécessaires pour le développement de cette filière.

Par ailleurs, jusqu'à  présent le ministère nous rapporte que les indices de diamants sont particulièrement répertoriés au Gabon dans les zones de Mitzic, Makongonio, Nzenzelé, Waka et Makokou, situées respectivement au nord et au sud-est du pays, où l'exploitation est limitée à  de l'artisanat effectué sans réel contrôle de l'Etat.

Il explique qu'un réseau d'achats opère dans l'illégalité et les diamants produits sont exportés vers les pays limitrophes qui leur donnent des certificats de Kimberley, après avoir été déclarés comme production locale.

La prochaine Assemblée Générale du Processus de Kimberley, en décembre 2018 à  Bruxelles, dont la Présidence est désormais assurée par Hilde Hardeman de la Commission Européenne, est déja très attendue du côté de Libreville.

Enfin, cette démarche gabonaise pour nouvelle phase de la nouvelle histoire de l'exploitation du diamant du pays, avait reçu l'appui des bailleurs de fonds multilatéraux, à  savoir le 10ème Fonds de Développement Européen (FED) et la Banque Mondiale.

Aude Ndong, Libreville
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Accès à Internet, en proposant des "pass reseaux sociaux" les opérateurs téléphoniques jouent ils le jeu du système américain au detriment de l'économie africaine?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Soupçonnez vous le président de la commission de l'UA d'avoir subi des...
 
2432
Oui
67%  
 
1069
Non
29%  
 
153
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008