Gambie Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Gambie: Brève arrestation d'un universitaire, la presse inquiète, Banjul rassure
 

Gambie: Brève arrestation d'un universitaire, la presse inquiète, Banjul rassure

 
 
 
 7973 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 01 février 2018 - 20:50

Ismaila Ceesay et la note de la police

© koaci.com– Jeudi 1er Février 2018 – Ismaila Ceesay, un professeur de sciences politiques à  l'Université de Gambie a été brièvement interpellé le mercredi 31 janvier à  Banjul par la police gambienne avant d’être remis en liberté ce jeudi 1er Février suite à  de nombreuses pressions. Le gouvernement a réagi à  la suite de l'affaire et a rassuré la population que les droits d’expression de tous seront respectés dans le pays.

Ceesay a été invité hier mercredi par la police pour cause d’une accusation qualifiée d’« incitation à  la violence ». Sa rétention a déclenché des protestations au sein de la société civile gambienne, du monde universitaire et aussi de la presse qui craignent le retour des méthodes qui avaient cours lors du règne de l'ancien Présidant Yahya Jammeh.

A l’origine de cette affaire, le professeur d’université a accordé une interview à  un journal dans laquelle il a critiqué le manque de confiance entre le Président Adama Barrow par ailleurs le chef suprême des armées et les militaires.

Face aux voix qui se sont élevées pour réclamer la libération de l’universitaire, la police a expliqué que le concerné a été invité pour « clarifier des propos en liens avec une enquête en cours ».

La libération de Ceesay est intervenue en marge a des appels à  une mobilisation des professeurs de l’Université, des étudiants et des journalistes pour dénoncer une situation qu’ils n’ont pas hésité à  qualifier de « violation de la liberté d’expression ».

En réaction à  cette affaire, Saikou Jammeh, le Secrétaire général de l’Union de la presse Gambienne (GPU) s’est insurgé contre l’arrestation de Ceesay. Jammeh a déclaré que « La lune de miel a pris fin. Le gouvernement qui a juré de défendre les libertés fondamentales a commencé par menacer la liberté d'expression. La détention du Dr Ismaila sur les remarques dans le journal The Voice est inacceptable… C'est une menace pour les droits et libertés dont nous jouissons, chérissons et apprécions après avoir été réprimé et opprimé pendant 22 ans et plus ».

Enfin, tout en sollicitant la compréhension de l’opinion national sur les questions de liberté d’expression, le gouvernement du Président Adama Barrow a rassuré les gambiens et les expatriés résidant dans le pays que leurs droits fondamentaux à  la liberté d'expression tels que consacrés dans la Constitution seront respectés.

Mensah, Lomé

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à  Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou mensah@koaci.com –


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Affaire de la préfecture de policie, le comportement des forces spéciales a-t-il brisé leur myhthe?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en...
 
2643
Oui
74%  
 
900
Non
25%  
 
17
Sans Avis
0%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008