Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire: Colloque international sur la jurisprudence, Karim Dosso, doyen honoraire de l'UFR Droit, les décisions du juge, lorsqu'elles sont bonnes peuvent être un facteur de développement
 

Côte d'Ivoire: Colloque international sur la jurisprudence, Karim Dosso, doyen honoraire de l'UFR Droit, les décisions du juge, lorsqu'elles sont bonnes peuvent être un facteur de développement

 
 
 
 7918 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 24 mai 2018 - 20:35

©Koaci.com- Jeudi 24 mai 2018 - L'Université Alassane Ouattara( UAO) de Bouaké, à  travers le Laboratoire d'Etudes sur le Droit et le Développement ( LEED- CI ) de l'Unité de Formation et de Recherche en Sciences Juridique, Administrative et de Gestion ( UFR SJAG) et la Faculté de Droit- santé de l'Université de Lille 2 en France, ont organisé un colloque international sur la jurisprudence, autour du thème : « Jurisprudence comme outil: Expériences ivoiriennes et internationales », les mardi 22 et mercredi 23 mai 2018 à  Bouaké.

Docteur Dosso Karim, doyen honoraire l'UFR SJAG et président du comité d'organisation est revenu à  la fin du colloque sur l'importance du choix de l'expression '' jurisprudence''.

« L’accent a été mis sur la jurisprudence parce-que comme les communicants l'on dit, c'est le juge qui est chargé d'interpréter la loi, de donner un sens à  la décision du pouvoir législatif, donc à  éclairer la loi. Les décisions du juge, lorsqu'elles sont de bonnes décisions peuvent être un facteur de développement .Le développement ne peut se faire que lorsqu'il y'a de Bonnes décisions de justice. Les investisseurs ne sont sécurisés, tranquillisés lorsqu'ils ont affaire à  une justice transparente, à  une justice qui rend les décisions très bonnes », a-t-il affirmé.

Juristes, Universitaires, théoriciens, praticiens du droit ont décortiqué cette thématique à  travers diverses communications. Nous pouvons citer l'exposé des professeurs Martin Bléou sur « la création du droit par le juge administratif », de professeur Darsonville Audrey de l'Université de Lille 2 sur la question de '' la jurisprudence source du droit ? L'exemple du droit pénal, etc.

Heureux de participer à  ce colloque international, professeur Serge Dauchy de l'Université de Lille2 en France a expliqué que, de nos jours, le monde est de plus en plus globalisé, ce qu'on appelle un système de greffe juridique.

Ce système impose qu'on reçoive les bonnes pratiques d'un autre système, qu'on s'enrichisse, qu'on mène une réflexion qui n'est plus simplement une réflexion en regardant son propre système juridique mais en faisant des comparaisons avec d'autres systèmes.

C'est dans ce sens que la vice-présidente de l’UAO, chargée de la planification, de la programmation et des relations extérieures, professeur Pélagie Théoua N'Dri a salué le partenariat entre l'UAO et l'Université de Lille 2 de France.

« L’UAO est tournée vers l'extérieur parce qu'une université ne peut s'épanouir si elle est confinée dans son petit cercle. Il est important pour l'UAO de collaborer avec les autres universités pour un partage d'expérience, pour la mobilité des enseignants et des étudiants ».

Le rapport de synthèse sanctionnant la fin des travaux a été présenté par professeur Nanga Silué, président du comité scientifique, directeur du LEED-CI et par ailleurs directeur de l'UFR SJAG de l'Université Alassane Ouattara de Bouaké.

Ses vœux les plus chers sont '' la vulgarisation maximale des travaux du colloque, le partage des résultats aux magistrats, avocats et aux enseignants- chercheur, ainsi que des échanges quotidiens entre magistrats et enseignants ''.

Pour terminer, président Silué Nanga a exhorté les participants à  utiliser le concept de jurisprudence avec beaucoup de précautions et que l'idée qu'on doit se faire de la jurisprudence doit dépendre de la situation devant laquelle on se trouve.

Casimir Boh, Abidjan et une source sur place

Vous êtes abonnés Orange en Côte d'Ivoire, recevez les infos exclusives de koaci.com en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008