Cameroun Société
 

Cameroun: Webdoc, Sur le chemin de l'Europe, une émigrante raconte sa mésaventure (1ere partie)

 
 
 
 15288 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 16 juillet 2018 - 12:19

Suzanne Messina (vidéo,) Suzanne Messina devant sa porcherie (Ph2) 


© koaci.com- Lundi 16 Juillet 2018- Suzanne Messina 39 ans, a vu sa vie basculer après une tentative d'émigration ratée vers l'Europe.

Partie le 30 novembre 2017 de Yaoundé au Cameroun pour kano au Nigeria, avec son fils de 6 ans, la vendeuse de vêtements n'a pas atteint l'Italie qui devait lui ouvrir les portes de l'Europe

Pour voir concrétiser son rêve européen, elle avait payé 1,2 millions FCFA (1800 euros) à  un passeur malien installé en Libye.

"J'avais payé 1,2 millions FCFA pour ce voyage. C'était toutes mes économies. Nous n'avons pas eu la chance d'entrer en Italie. Le moteur de notre embarcation avait coulé en pleine mer. Nous avons appelé des secours ce sont les lybiens qui sont venus nous sauver", explique la mère de trois enfants dont l'aîné, est musicien.

La jeune femme est toujours déterminée à  s'installer en Europe.

"Si je dois recommencer, je le ferai. Je n'hésiterai pas. Mais ce ne sera plus par la route. Ce sera de manière légale. La vie est difficile ici au pays", indique t-elle.

Pour justifier sa détermination, Suzanne explique qu'il lui est difficile d'exercer son commerce. "Les impôts sont sans pitié ici. Mes sœurs qui sont en Europe, elles investissent ici rapidement. Elles ont des grandes maisons".

Parcours du combattant

Suzanne a quitté le Cameroun dans un groupe de trois personnes. À kano le petit groupe a rejoint un autre constitué de 30 émigrants de plusieurs nationalités.

"Après kano au Nigeria, nous avons rejoint le Niger par moto après une semaine au désert. Nous marchions en évitant les barrages de police, des algériens sont venus nous chercher à  la frontière. En Algérie, nous avons passé deux semaines dans un village appelé DebDeb. C'est même à  DebDeb que le vrai voyage commence", explique Suzanne.

Ensuite d'autres passeurs sont venus nous chercher pour la Libye. Nous sommes rapidement tombés sur la police. Après la fouille, les policiers nous ont tout pris."

Vie d'esclaves

"C'est au désert qu'on vous vend. Si vous tombez sur des acheteurs d'esclaves, vous êtes vendu" , explique la jeune femme.

Elle poursuit, " moi j'étais là  seule femme du groupe. Le chef voulait coucher avec moi. Les hommes travaillaient dur. On les frappait avec des longs tuyaux. J'ai plusieurs fois refusé de coucher avec le chef. Il me frappait aussi. Il a même donner l'arme à  mon fils en lui demandant de tirer sur moi. Mon fils a refusé. Les autres émigrants m'ont conseillé de coucher avec le chef pour que nous puissions continuer le trajet. J'avais finalement cédé".

" Lorsque notre embarcation est tombée en panne, nous avons été ramenés en Libye. C'est là  que nous avons fait la connaissance d'un responsable qui venait pour faire établir les laisser passer. Ils nous ont rapatriés vers le Cameroun", fait savoir Suzanne M.

Réintégration

"À l'aéroport de Nsimalen nous avons reçu tous les examens. Nous avons été pris en charge par les autorités camerounaises et l'Office internationale pour les migrations".

"La reintégration n'a pas été facile. Ils m'ont d'abord donné 65 000 FCFA (100 euros) puis nous avons reçu un appui de près de 600 mille FCFA (environ 1000 euros ndlr) pour lancer mon projet. J'ai choisi l'élevage des porcs".

Suzanne tient désormais un élevage de 4 porcs à  Okoa Maria, arrondissement de Mbankomo, département de la Méfou-et-Akono situé à  25 km au sud ouest de Yaoundé, la capitale du Cameroun

Suzanne attend une autre aide de l'OIM qui va permettre à  son fils de 6 ans de reprendre le chemin de l'école.

Avec le financement de l'Union européenne, l'OIM appui les retournés à  réintégrer la société.

L'initiative conjointe UE-OIM de 2 milliards par a déjà  permis la reintégration 1 902 retournés.

Lire aussi : http://koaci.com/cameroun-emigrants-camerounais-regagne-pays-121320.html

Armand Ougock, Yaoundé

- Pour toute information, joindre la rédaction camerounaise de KOACI au 237 691 15 42 77- ou cameroun@koaci.com -

 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Société
 
Côte d'Ivoire: Un carambolage sur l'autoroute du nord Adjamé-Yopougon...
 
 
Côte d'Ivoire: Un carambolage sur l'autoroute du nord Adjamé-Yopougon coupe la circulation pendant des heures
Société
 
Ghana : Un pasteur des AD poignardé à  mort à  l'église, le suspect ar...
 
 
Ghana : Un pasteur des AD poignardé à  mort à  l'église, le suspect arrêté
Côte d'Ivoire : Le nombre de bénéficiaires des Filets sociaux productifs passe de 35 000 à  50 000 ménages, dès fin décembre 2018
Société
Côte d'Ivoire : Le nombre de bénéficiaires des Filets sociaux pro...
Côte d'Ivoire il y a 8 mois
 
Côte d'Ivoire: Une ancienne animatrice radio assassinée à  son domicile d'Adzopé
Société
Côte d'Ivoire: Une ancienne animatrice radio assassinée à  son do...
Côte d'Ivoire il y a 8 mois
 
Côte d'Ivoire : Sécurisation de la Saint Sylvestre à  Abidjan, 6019 éléments déployés, voici les dernières  dispositions prises
Société
Côte d'Ivoire : Sécurisation de la Saint Sylvestre à  Abidjan, 60...
Côte d'Ivoire il y a 8 mois
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Cameroun: Webdoc, Sur le chemin de l'Europe, une émigrante raconte sa mésaventure (1ere partie)
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKA BLAH
Nous avons beaucoup écouté ce même CD.... COURAGE madame. Il ne faut pas baisser tes bras, car Paul Biya et Chantal ne vont JAMAIS résoudre tes problèmes.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en vue de la présidentielle de 2020 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue...
 
2373
Oui
81%  
 
435
Non
15%  
 
131
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008