Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire: Le comprimé «Tramadol» la nouvelle trouvaille des consommateurs de drogues, plus de 40 tonnes saisies en 6 mois à  Abidjan
 

Côte d'Ivoire: Le comprimé «Tramadol» la nouvelle trouvaille des consommateurs de drogues, plus de 40 tonnes saisies en 6 mois à  Abidjan

 
 
 
 17006 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 11 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 23 août 2018 - 20:48

 Krouma Mamadou (ph) -


© koaci.com - Jeudi 23 Août 2018 -La Côte d’Ivoire est devenue incontestablement une plaque tournante de consommation et de trafic de drogues en Afrique.


Ce sont environ, 286 tonnes de drogues qui ont été saisies à  ce jour depuis le début de l’année.


Le cannabis fait à  peu près 15 à  16 tonnes, la cocaïne qui transite par la Côte d’Ivoire n’est pas en quantité suffisante mais elle est consommée sur le territoire.


Il s’agit principalement des produits pharmaceutiques non enregistrés appelés aujourd’hui, les produits de qualités inférieures, des produits falsifiés. 


Le Secrétaire général du Comité interministériel de lutte anti-drogue (CILAD), le Général de police, Krouma Mamadou a fait, des révélations lors de la clôture de la 31ème édition de la journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite de drogue qui s’est tenue à  Abidjan sur trois jours.
Selon lui, pour ce premier semestre 2018, une quarantaine de tonnes de drogues a été saisie et la nouvelle trouvaille des consommateurs est le Tramadol


«En 2017, nous avons saisi, 26 kg. Pour le premier semestre 2018, nous avons déjà  saisi, une quarantaine de tonnes de Tramadol à  Abidjan, » a déclaré le Général de police.


 
«Le Tramadol n’est pas considéré comme une drogue en tant que tel, c’est un coupe douleur qui se vend en pharmacie à  dose de 50 milligrammes sur ordonnance pour soulager les grandes douleurs. Malheureusement, il est aujourd’hui utilisé à  des fins toxicomaniaques, à  tel point que sur le marché noir, nous avons du Tramadol de plus de 200 milligrammes alors que c’est la dose de 50 milligrammes qui est autorisée. En Côte d’Ivoire nous avons déjà  saisi des doses de 300 milligrammes, ailleurs dans certains pays voisins on a saisi 500 milligrammes, » a expliqué, le Secrétaire général du CILAD.


Le Tramadol est trouvé sur le marché noir et le comprimé se vend à  100 FCFA. 


Le Général soutient que les consommateurs de cette substance dangereuse meurent par overdose.


Pour lutter efficacement contre la drogue, M. Krouma exhorte les populations à  se mettre ensemble et dénoncer les consommateurs et les détenteurs de cette substance dangereuse. 


Même s’il reconnaît que la tolérance zéro n’existe pas, il reste convaincu que cette union pourra réduire la drogue à  sa plus simple expression. 


Le Général a par ailleurs déploré le fait que la drogue circule dans les écoles, dans les maisons, dans les quartiers entre les mains des enfants.


Le trafic illicite de drogues produit des flux financiers qui sont la première source de financement du terrorisme au monde.


Le Secrétaire général du CILAD estime que ceux qui font le trafic de drogue qui font le commerce illicite de drogue doivent être punis.


 
Considérant les consommateurs de drogue comme des victimes, des malades, il pense qu’il faut les aider à  sortir de cette situation. 


Organisée par le ministère de l’Intérieur et de la sécurité, la 31ème édition a enregistré, la participation des ONG qui interviennent dans la lutte contre la drogue.


Le représentant du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le Directeur de cabinet adjoint en charge de la sécurité, le Général Laciné Cissé a affirmé que l’abus et le trafic de drogue sont les causes majeurs de l’insécurité en Côte d’Ivoire. 


Selon le Général, il est devenu impératif que chacun en prenne conscience et s’engage dans la lutte contre ce fléau qui détruit en premier lieu la jeunesse, l’avenir de la société. 


Il a salué, les importantes saisies faites et les gros dealers arrêtés puis déférés en encourageant les différents acteurs impliqués dans la lutte contre ce fléau à  développer une synergie d’action.


«La lutte contre les drogues se mène ensemble. Il faut une cohésion, il faut une unité d’action. Il faut éviter les fausses compétitions, les fausses rivalités, qui ne font que nuire à  l’action globale qui est menée, » a-t-il plaidé en guise de conclusion. 


Wassimagnon, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008