Libéria Justice
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Liberia: Affaire argent disparu, le fils d'Ellen Johnson et une trentaine d'autres interdits de quitter le pays
 

Liberia: Affaire argent disparu, le fils d'Ellen Johnson et une trentaine d'autres interdits de quitter le pays

 
 
 
 8464 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 11 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 29 septembre 2018 - 12:02

Locaux de la Banque Centrale du Libéria

© koaci.com– Samedi 29 Septembre 2018 – Le gouvernement libérien, par l'intermédiaire d’un tribunal à  Monrovia, la capitale du pays, a émis un décret interdisant à  35 anciens employés de la Banque Centrale du Libéria (CBL) de quitter le pays.

Charles Sirleaf, l’un des fils de l’ancienne Présidente libérienne, Ellen Johnson-Sirleaf, et 34 autres personnes sont concernés et sont recherchés par un tribunal de Monrovia pour cause de l’argent qui a disparu dans de conteneurs arrivés dans le pays. Outre Charles Sirleaf, du lot des personnes interdites de quitter le Liberia figure Milton Weeks, l'ancien gouverneur du CBL.

L’implication du tribunal a été motivée par une saisine de Ne-Exeat Republica qui a prié le ministère de la Justice d’empêcher les personnes soupçonnées de quitter la juridiction du tribunal dans l’attente d’une action. Les personnes interdites de quitter le Liberia vont aider les enquêteurs à  clarifier les circonstances qui ont conduit à  la prétendue disparition de l'argent. Les personnes soupçonnées dans cette affaire et plus précisément Charles Sirleaf n’ont pas encore réagi.

Concernant cette affaire, le tribunal a déclaré qu'il dispose d'informations selon lesquelles les personnes citées prévoyaient de quitter le Libéria et a par conséquent ordonné qu'elles soient «traduites devant cette honorable cour pour qu'elles répondent aux accusations pénales portées contre elles par la République du Libéria». Le document n’a pas révélé les charges retenues contre les personnes concernées par cette affaire d’argent disparu.

Ce scandale qui a drainé de milliers de manifestants dans les rues de Monrovia le lundi dernier s’apparente à  une première crise qui secoue le régime du Président George Weah. Afin de permettre aux investigations de mettre cette affaire au clair, Weah a demandé de la “patience” à  ses concitoyens.

Mensah, Lomé

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à  Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

CPI: Procès de Gbagbo et Blé Goudé, Bensouda fait-elle appel pour gagner du temps en vue de la présidentielle de 2020 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Les craintes vis à vis d'une dégradation du climat des affaires en vue...
 
2373
Oui
81%  
 
435
Non
15%  
 
131
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008