Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Bénin : Martin Assogba, face aux médias : « Deux balles des huit reçues sont encore dans mon corps»
 
Martin Assogba ici ce jeudi soir à Cotonou (ph S) -

Cotonou le 28 février 2014 © koaci.com – Après la tentative d’assassinat dont il été victime dans la nuit du lundi 09 décembre, alors qu’il rentrait comme à l’accoutumée à mon domicile de Ouèdo dans la commune d’Abomey-Calavi 20km de Cotonou, Martin Assogba, président de l’Ong Alcrer Search Alcrer a voulu rassurer l'opinion. Ce dernier a indiqué ce jeudi soir devant les hommes des médias du Bénin être en bonne santé et prêt à continuer de porter, à sa modeste échelle, sa voix et ses aspirations.

Revenu il y a quelques jours de son séjour à la clinique Pitié-Salpétrière de Paris où il s’est soigné pendant plus de deux, le tonitruant et remuant président de l’ong Alcrer Search Alcrer a encore donné de la voix. «En guise de preuve de l’exceptionnelle chance que j’ai eue de m’en sortir presque indemne et d’être en si bon état de santé aujourd’hui, les médecins m’ont dit à Paris : « monsieur, vous êtes atteint à des endroits très sensibles. Si nous cherchons à vous opérer, vos quatre membres seront paralysés ». C’est d’ailleurs faute de ces opérations qu’en ce moment même où je m’adresse à vous, deux balles des huit balles que j’ai reçues sont encore dans mon corps en attendant qu’au fil des mois ou des années, l’effet des médicaments conduit à leur éjection » a relevé la victime. Aussi a-t-il fait le devoir de révéler qu’il a refusé d’utiliser l’argent que le gouvernement par l’entremise de certains ministres qui ont donné à son épouse pour les soins.

Cette évacuation inattendue jusque-là, entraînait ipso facto un certain nombre de dépenses à prévoir. En plus des soins médicaux que l’hôpital d’accueil a évalué à 17.000 euros, il fallait donc faire face à l’hébergement, à la restauration, au transport etc. qui devraient coûter 5.160 euros selon les estimations qu’ont eu à faire les services de l’hôpital parisien pour trente jours.

«De mon lit de malade, je n’avais aucune idée précise de la manière dont ces dépenses étaient prévues pour être supportées. C’est pendant les préparatifs de cette évacuation que j’ai été informée par mon épouse de la remise d’une somme de dix millions de francs CFA par la délégation gouvernementale venue à mon chevet au CNHU en guise de contribution du Président de la République à la prise de mes frais médicaux» a-t-il déclaré avant d’ajouter qu’ «en dépit de cette sollicitude du gouvernement, j’ai interdit à ma famille d’utiliser cet argent jusqu’à ce que je sois convaincu qu’il n’est pas en porte-à-faux avec les principes que je m’évertue à promouvoir et à défendre au sein de nos populations. Etait-ce un don à titre personnel du Dr Boni Yayi ? Est-ce le témoignage de la solidarité nationale à mon égard dans ces moments de difficultés ? Je n’en ai pas encore eu une idée claire jusqu’à ce jour. J’invite donc instamment les émissaires du gouvernement venus me remettre cet argent à clarifier l’opinion publique sur la nature de ce don aux fins de lever toute équivoque au sujet de cette somme d’argent qui demeure jusqu’à ce jour encore intact ».

«Si cette occasion me permet de donner des nouvelles de mon état de santé à l’opinion publique, elle est aussi, à mes yeux, une tribune indiquée pour rassurer tous mes compatriotes de mon engagement résolu ainsi que celle de tous les animateurs de l’ONG ALCRER de continuer le combat en faveur de l’enracinement de la démocratie dans notre pays » conclu-t-il.

Sékodo
 
 
16585 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 28/02/2014
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login