Logo Koaci
 
 
 
Burkina Faso: Opération ville propre à Ouaga, qui veut tourner la page du putsch
 
© koaci.com – Jeudi 24 septembre 2015: Les habitants de Ouagadougou Rechercher Ouagadougou mènent depuis ce matin une "opération ville propre" pour débarrasser la capitale des obstacles et barrages dressés pendant le putsch et tourner la page de ce coup de frein à la transition, œuvre de la garde prétorienne du président déchu Blaise Compaoré.

Sur appel de l'ancien maire de Ouagadougou Rechercher Ouagadougou Simon Compaoré les populations ont pris d'assaut les artères de Ouagadougou Rechercher Ouagadougou pour en retirer les débris de pneus calcinés, de pierres et de tronc d'arbre qui jonchaient le long des routes et qui servaient de barrages visant à empêcher les patrouilles des putschistes.

Selon lui, il s'agit de mener la même opération d'assainissement, qui avait déjà été menée en octobre dernier, quelques jours après la chute de Blaise Compaoré chassé par la rue.

"Cette action vise ainsi à assainir la ville en ce jour ou les fidèles musulmans célèbrent la fête d'aid el kebir ou Tabaski" a-t-il souligné, invitant les populations des autres localités à en faire autant.

"Maintenant que les putschistes du RSP ont rejoint leur caserne, il n'y pas de raisons de maintenir ces barrages" a déclaré Sékou Ouattara, un jeune commerçant de 28 ans se présentant comme un "résistant" au putsch.

"Lever ces barrières et enlever les immondices des voies publiques ne signifient pas que nous allons baisser la garde. Nous allons rester vigilants et prêts à poursuivre la résistance contre ces terroristes et pseudo putschistes" prévient Salif Dianda, étudiant et militant du Balai citoyen.

Cette opération d'assainissement est également un symbole qui témoigne que "même quand il trébuche, le Burkina est un grand pays qui sait se relever et reprendre sa marche", a dit M. Compaoré.

En effet, une semaine après le putsch et au lendemain de sa reprise de l'exercice du pouvoir d'État, le président de la transition Michel Kafando a eu une réunion de travail avec les membres du gouvernement.

Autre signe de l'accalmie, les fidèles musulmans, qui ont délaissé la traditionnelle place de la nation pour le stade municipal, ont prié pour la paix au Burkina et célèbrent modestement la fête de Tabaski.

Regret des putschistes

Une semaine après le coup de force de la garde prétorienne du président déchu Blaise Compaoré, les putschistes, suite aux pressions et la crainte d'un affrontement avec l'armée régulière, ont rendu le pouvoir, clamant leurs regrets.

"Le coup d'État, c'est terminé. On n'en parle plus" a assuré le général putschiste, reconnaissant que leur "plus grand tort c'est avoir fait ce putsch".

"Je regrette le temps perdu, je regrette les morts", a-t-il confié après la réinstallation de Michel Kafando.

Regrettant également ce coup arrêt porté à la transition, quelques semaines avant les élections couplées, le président Kafando, a lui salué les réactions de la population burkinabé et de la communauté internationale qui ont condamné le coup de force du RSP.

"En dépit de l'endurance et de l'acharnement des forces du mal, nous relèverons le défi" qui est d'organiser les élections qui doteront le pays d'institutions démocratiques.

Si ce coup d'État a mis en cause la cohésion et la réputation des forces armées nationales, le chef d'État major général des armées le general Pingrenoma Zagré a confié que le processus de recensement de l'armement détenu a la caserne des putschistes.

Ce matériel sera ensuite délocalisé dans un site d'entrepôt commun aux forces armées nationales.

Quant au sort du RSP et du général Dienderé, il sera laissé à l'appréciation des autorités compétentes, de même que la question de l'amnistie évoquée pour les putschistes.

Le général Dienderé, lui, s'est dit prêt à répondre à toutes questions relatives à ce coup d'État qui a fait, selon un nouveau bilan provisoire, 15 morts et 114 blessés.

Au lendemain de cette reddition Ouagadougou, semble avoir refermer cette parenthèse pour reprendre le cours normal de sa marche.

Toutefois, les syndicats des travailleurs qui avaient appelé à la grève générale, ont dit maintenir leur mot d'ordre jusqu'en début de semaine prochaine, le temps de voir quel sort sera réservé au RSP, auteur du Coup d'État.

Boa Ouagadougou
 
 
14376 Visite(s)    1 Commentaire(s)   Ajouter le : 24/09/2015
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Commentaires
Pour commenter ce contenu veuillez vous connecter
 
Voir ses contributions Drame-man
 
Votre operation ville propre devait etre vous debarrasser de la secte nauseabonde de RSP. La prochaine fois, ils vous surprendront et vous ne pourrez pas vous en sortir car la CEDEAO se sera assuree que vous n'ayez aucune force pour en faire face. Ballayez cette garde nauseabonde...
Votre operation ville propre devait etre vous debarrasser de la secte nauseabonde de RSP. La prochaine fois, ils vous surprendront et vous ne pourrez pas vous en sortir car la CEDEAO se sera assuree que vous n'ayez aucune force pour en faire face. Ballayez cette garde nauseabonde avant que ses renforts de la CEDEAO ne viennent s'y ajouter.
 
 
Lire la suite
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Restez connecté via notre newsletter
 
S’abonner
Se désabonner
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connexion    |
      | Inscrivez vous !
 
 
 
Deja inscrit !
Se connecter