Logo Koaci
 
 
 
Burkina Faso: Le procès des militaires ayant voulu libérer des putschistes renvoyé au 5 janvier
 
Vue de la salle d'audience mercredi à l'ouverture du procès à Ouaga (Ph KOACI.COM)

©Koaci.com – Mercredi 21 décembre 2016 - Le procès des soldats de l’ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP), accusés d’avoir voulu libérer les leaders du putsch raté de septembre 2015, a été renvoyé au 5 janvier par le tribunal militaire de Ouagadougou.

Ouvert mercredi, la première audience avait été suspendue puis renvoyée à ce jour, suite à la demande de la partie défenderesse qui souhaite avoir plus de temps de préparation car n’ayant reçu les dossiers de leurs clients que 72h avant l’ouverture du procès.

A l’entame des audiences, la quinzaine d’avocats commis d’office, a à nouveau demandé le renvoi Search renvoi du dossier à deux semaines afin de mieux préparer la défense de leurs clients.

Après avoir rejeté dans un premier temps cette demande de renvoi, le Tribunal est revenu sur sa décision, les avocats indiquant qu’ils se déporteront du dossier, dénonçant la violation des droits de leurs clients.

‘’En tant qu'avocat, j'ai été commis assez tardivement parce-que je n'étais pas présent au moment de l'instruction. J’ai reçu le dossier de mon client, mais c'est un dossier assez parcellaire qui ne me permet pas d'avoir une vue d'ensemble et d'organiser efficacement la défense de mon client. C'est dans la salle que certains avocats faisaient la connaissance de leur client ", avait expliqué à l’ouverture du procès Me Arnaud Ouédraogo, l'un des avocats des accusés.

"Si nous voyons ce procès comme un cadeau de Noël pour les populations, nous sommes dans l'erreur", a pesté Me Ouédraogo, dénonçant ainsi un ‘'agenda politique’’ après que le commissaire du gouvernement ait promis la tenue de ce procès avant la fin de l’année.

"Pourquoi ce fétichisme de date ?", s’est-il interrogé avant d’ajouter que "ce qui nous intéresse, c'est la défense de nos clients. Libérons-nous de l'agenda politique".

"Ne prêtez pas des intentions aux gens", a réagi le commissaire du gouvernement Alioun Zanré, précisant que ‘’le parquet ne choisit pas de date’’ pour le procès.

A cette première audience, 27 militaires de l’ex-RSP dont le sergent Ali Sanou et 2 civils (un marabout et un conducteur de tricycle), étaient devant le tribunal militaire.

Au total, 42 personnes, majoritairement des militaires de l’ex garde prétorienne du président déchu Blaise Compaoré, sont poursuivis pour deux chefs d’inculpation : "détention illégale d’armes et de munitions de guerre et association de malfaiteurs".
Selon la défense, Ils risquent jusqu’à la peine capitale.

Boa, Ouagadougou
Recevez les notifications de KOACI.COM en temps réel avec notre nouvelle application mobile Android (cliquez et installez la sur votre mobile)
 
 
4103 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 21/12/2016
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login