Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Burkina: Une manifestation prévue le 2 juin contre le lâchage de «moustiques OGM»
 
©Koaci.com – mercredi 16 mai 2018 – Le Collectif citoyen pour l’Agro-écologie (CCAE), a annoncé une marche prévue le 2 juin à Ouagadougou contre le lâchage de ‘’moustiques OGM’’ censé lutter contre le paludisme.

Les autorités burknabè, prévoient à travers un projet dénommé ‘’Target malaria’’ lutter contre le paludisme avec quelques 10.000 moustiques Search moustiques génétiquement modifiés qui seront lâchés dans la région de l’ouest du Burkina.

L'appli KOACI Android avec les notifications pays par pays en temps réel (cliquez ici pour installer) Ou Apple (cliquez et installez-la sur votre iPhone ou iPad)

«Pour protester contre ces pratiques pouvant mettre en péril notre existence, nous allons marcher le 2 juin et cette marche connaîtra la remise d’un mémorandum aux autorités et d’une pétition contre les moustiques Search moustiques OGM», a déclaré porte-parole du Collectif citoyen pour l’Agro-écologie(CCAE) Ali Tapsoba, lors d’une conférence de presse.

Son organisation entend dénoncer «la recherche s’aventure dans les manipulations du niébé (haricot) et des moustiques», après l’échec du coton génétiquement modifié et en l’absence d’une étude d’impact environnemental et sanitaire.

«Nous ne pouvons pas laisser des apprentis sorciers continuer à mener des expérimentations hasardeuses et coûteuses, hors de tout contrôle, aux conséquences improbables pour l’homme, les animaux et l’environnement», a-t-il déclaré.

Selon M. Tapsoba l’objectif de Target malaria Search Target malaria est de disséminer volontairement des moustiques Search moustiques issus du «forçage génétique» dans le but de réduire la population de moustiques Search moustiques anophèles gambiae qui peuvent transmettre le parasite vecteur du paludisme.

«C’est une aberration, un saut vers l’inconnu. Les moustiques Search moustiques génétiquement modifiés pourraient s’avérer très dangereux pour notre environnement», a-t-il estimé.

«En détruisant les moustiques, on risque une déréglementation de la chaîne alimentaire, car la population animale consommant ces moustiques, seront obligées de changer d’appât avec les conséquences improbables», a-t-il ajouté.

Selon lui, le meilleur moyen de lutte contre le paludisme, demeure la mise en place d’une bonne politique d’assainissement et d’hygiène, plutôt que de ‘’dépenser plus de 37 milliards de F CFA pour cette phase du projet Target malaria, une aventure incertaine alors des solutions endogènes peu onéreuses existent’’.

Boa, Ouagadougou
 
 
8502 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 16/05/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login