Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun : 60 milliards FCFA pour valoriser l'élevage au Cameroun
 
© koaci.com – Mercredi 12 décembre 2018 – Selon la Banque mondiale Search Banque mondiale (BM), l'agriculture représente plus de la moitié des recettes d'exportation non pétrolières et emploie presque 60 % de la population au Cameroun.

En 2017, cette activité qui redevient un métier d'avenir, a contribué à la croissance du Cameroun à hauteur de 76,38% d'après le ministère de l'agriculture et du développement rural (Minader).

Dans ce pays à l'économie la plus diversifiée d'Afrique centrale, l'élevage qui attire de plus en plus de jeunes, apporte chaque année, une contribution dans la sous région d'au moins 5,84% du PIB de la Cemac.

Les pays voisins dépendent donc largement du Cameroun pour l'agriculture et l'élevage.

Il se trouve toutefois que l'attrait pour l'élevage se heurte à d'énormes difficultés.

C'est la raison pour laquelle les autorités déploient des efforts pour faire de l'élevage un des maillons forts de l'économie Camerounaise à l'horizon 2035.

La principale difficulté qui plombe régulièrement le travail des petits éleveurs, c’est le financement. Pour aider ces petits éleveurs à surpasser leurs difficultés le Projet de développement de l’élevage au Cameroun (Prodel) a été mis en place en 2017.

Le gouvernement camerounais a bénéficié d'un accord de crédit intervenu le 7 juin 2017, avec l'association internationale de développement (IDA). Le montant qui est de 100 millions de dollars (60 milliards FCFA) vise à financer le Prodel.

Cet accord entré en vigueur le 13 septembre 2017 pour une durée de cinq ans et d'une envergure nationale, finance en effet les élevages de de caprins, de bovins, de porcins, d’ovins et d’avicoles.

Le Prodel Search Prodel vise à assurer la couverture nationale des besoins en viande et en produits d’élevage divers qui respectent les normes sanitaires, qualitatives et sécuritaires.

Les bénéficiaires sont des agro-éleveurs, dont des jeunes et des femmes.

Les Groupements d'intérêt communautaires (GIC) et coopératives de toutes les filières d’élevage font également partie des principaux bénéficiaires.

120 mille ménages d'éleveurs ainsi que les opérateurs et entreprises privés de petite et moyenne tailles (estimées à 20 mille) sont les principales cibles.

Conventions de financement

C'est dans cet esprit que pour venir en aide aux petits éleveurs, après l'Extrême Nord et le nord, les communes bénéficiaires des régions de l'Adamaoua et de l'Est ont signé ce mercredi à Yaoundé, les conventions de co-financement des sous projets en faveur des populations locales, avec un apport de 60% pour un plafond de 75 millions FCFA.

Concrètement à travers ces financements les communes devront résoudre les problèmes d'approvisionnement en eau par la création des forages.

Les magistrats municipaux devront également limiter les questions de conflits agropastoraux et matérialiser les pistes de bétail. Et, la création des parcs de vaccination.

Armand Ougock, Yaoundé

-Joindre la rédaction camerounaise de koaci.com à Yaoundé: (+237) 691 15 42 77 ou cameroon@koaci.com –
 
 
2995 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 12/12/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login