Logo Koaci
 
 
 
Gbagbo et les grévistes, la raison du plus fort
 
::Koaci.com Abidjan:: Laurent Gbagbo Search Laurent Gbagbo "L'Etat à les moyens de se faire respecter"::

Face à la grève des fonctionnaires ivoiriens, le chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo Search Laurent Gbagbo a décidé de « faire descendre la foudre ».

Invité à la cérémonie des quarante cinq années du quotidien pro gouvernemental Fraternité Matin Laurent Gbagbo Search Laurent Gbagbo a été très clair. Regardant les fonctionnaires grévistes droit dans les yeux et il leur a dit qu’il ne mettrait pas un centime sur leurs salaires. Puis le chef de l’Etat qui semble avoir fait sien l’adage qui dit que « la raison du plus fort est toujours la meilleure » est passé à l’acte. Le coup de la suspension de salaire et du renvoie a bien fonctionné avec les greffiers pourquoi pas avec les agents de la santé qui paralysent les hôpitaux depuis plusieurs jours.

Le jeudi dernier, le chef de l’Etat a pris un décret pour réquisitionner tout le corps médical en grève. « Le conseil des ministres entendu, décrète : Article 1 : sont requis pour assurer la poursuite de leur fonction au lieu de leur affectation, tous les personnels de la santé, fonctionnaires ou agents contractuels dont l`absence pour raison de grève sera constatée le vendredi 18 décembre 2009 au matin Article 2 : toute personne ainsi visée qui ne défère pas au présent ordre de réquisition, qui abandonne ses fonctions ou qui se soustrait ou tente de se soustraire à l`exécution desdites fonctions sera punie des peines d`emprisonnement et d`amende prévue par l`article 9 de la loi n° 6304 du 17 janvier 1963 sus visée ; à savoir une peine d`emprisonnement allant de 6 mois à 2 ans, une amende allant de 36000 à 2 millions de Fcfa. Ces peines seront prononcées sans préjudice de l`application de peine plus forte prévue par le code pénal ».

Comme le décret qui appelait au remplacement des greffiers grévistes « le ministre de l`Intérieur, le ministre de la Justice et des droits de l`homme, le ministre de l`Economie et des finances et le ministre de la Fonction publique et de l`emploi » ont été chargés, chacun en ce qui le concerne, de faire exécuter le décret. Tôt ce matin nous sommes allés constater si la réquisition et ces menaces avaient produit leurs effets. Une chose est certaine, les services qui avaient été fermées comme les maternités et autres services de soins prénataux ont ouvert dans certains centres de santé publique. Certains agents étaient à leurs postes. Mais ce n’était pas cependant la reprise.

Fortement intimidés par la "chicotte" du chef de l’Etat, certains agents ont bien voulu se rendre au service pour qu’on constate qu’ils sont bien là sans véritable engouement. D’autres plus coriaces ne sont pas arrivés. Nous avons pu constater que dans les centres de santé des quartiers des agents manquaient à l’appel. Un semblant de reprise qui ne fait pas forcement le bonheur des malades qui s’entendent dire « on est pas là pour vous » ou « on est là mais on ne travaille pas ».


 
 
4792 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 18/12/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login