Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Construction du 4ème pont, 20% de réalisation des travaux, des populations de Boribana (Attecoubé) toujours en attente du paiement de leurs indemnisations
 

Côte d'Ivoire : Construction du 4ème pont, 20% de réalisation des travaux, des populations de Boribana (Attecoubé) toujours en attente du paiement de leurs indemnisations

 
 
 
 10592 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 09 juillet 2020 - 17:15


Déguerpis dans le cadre de la construction du 4ème pont, des propriétaires résidents du quartier précaire de Boribana dans la commune d'Attecoubé n'ont pas encore perçu leurs indemnisations.


Ils se sont donc constitués en Collectif pour attaquer les autorités ivoiriennes en justice. Hier au cours d'une rencontre avec la presse, Madame Coulibaly, Coordonnatrice adjointe du PTUA a dénoncé l'attitude de ce Collectif, affirmant au passage que ces membres veulent le beurre et l'argent du beurre.


«Relativement à ce Collectif, ces membres ne sont pas tous propriétaires résidents, ils sont des propriétaires non résidents. Ils n'étaient pas d'accord sur les montants qui avaient été prévus pour leur dédommagement, donc, ils n'ont pas voulu négocier, » a expliqué, la Coordonnatrice adjointe du PTUA.


Elle a affirmé que ce Collectif a traduit en justice le Projet de transport urbain d'Abidjan (PTUA), malheureusement, il a perdu le procès. En dépit de cette défaite, le PTUA continue de leur tendre la main.


«Nous sommes allés au tribunal et ils ont perdu le procès. Nous les avons contacté afin qu'ils viennent signer la documentation nécessaire pour leur paiement. Le compte est logé à Orabank effectivement. Nous avons le numéro du compte. C'est avec les extraits que nous nous sommes retrouvés au tribunal. Avec les extraits, ils sont considérés avoir été indemnisés, » a précisé, la Coordonnatrice adjointe du PTUA.


 

«Ce qu'on leur demande, c'est de venir signer les documents y afférent, mais ils refusent. Ils souhaitent être relogés. Dans le cadre du projet, les propriétaires résidents ont deux options, la réinstallation définitive, l’état leur construit une maison et comme les maisons ne sont pas encore construites, ils sont relogés temporairement et ils sont pris en charge par l’état et ils peuvent demander à ce qu'on les paie en numéraires. Ils n'ont accepté aucune négociation. Au cours d’une mission de supervision, ont leur à demandé de nous proposer une option. L'option du bailleur pour qu'on les prennent en compte sinon tout leur argent sera versé sur le compte séquestre. Ils ont refusé, » a ajouté, madame Coulibaly.


Elle se dit par ailleurs surprise du fait que les membres du Collectif veulent être relogés alors que «leur » argent se trouve sur un compte séquestre.


«On ne peut pas avoir les deux, se reloger et être indemnisés. Nous avons le numéro du compte. Il existe bel et bien, » a-t-elle insisté.


Hier dans le cadre du même projet, les habitations installées sur les emprises de la bretelle du 4ème pont dans la commune d'Adjamé ont été libérées. Plusieurs bâtis ont été démolis sans heurts. 


 

La Coordinatrice adjointe a révélé que pour cette opération de déguerpissement, l'Etat a mis à la disposition du PTUA, le montant de 1,7 milliards de FCFA pour le paiement de toutes les indemnités d'éviction des propriétaires concernés.


Malgré le retard accusé dans l'exécution des travaux du 4ème pont qui devrait en principe voir le jour dans quelques, Dosso Aboubacar Sidiki, chef unité ouvrage d'art au PTUA, chef du projet de Construction du 4ème pont rassure.


«Le projet avance très bien, nous sommes aujourd'hui à 20% de réalisation et la libération de cette emprise nous permettra de multiplier nos ateliers pour aller plus vite et atteindre notre vitesse de croisière. Les délais seront tenus, nous avons des dispositions pour travailler avec la COVID-19. C'est pourquoi l'état met à notre disposition les moyens pour que nous puissions rapidement libérer les emprises.» 


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Appels à manifester suivi de violences et de morts, Bedié et Simone Gbagbo s'exposent-ils à des poursuites judiciaires ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Confier la gestion du site internet de la CEI à une entreprise de com...
 
2139
Oui
71%  
 
870
Non
29%  
 
19
Sans Avis
1%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement