Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : L'OIT à propos de l'emploi des jeunes: « le contexte ivoirien a lui aussi des défis majeurs à relever en terme d'emplois décents »
 

Côte d'Ivoire : L'OIT à propos de l'emploi des jeunes: « le contexte ivoirien a lui aussi des défis majeurs à relever en terme d'emplois décents »

 
 
 
 2717 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 29 juillet 2021 - 15:35


Selon le dernier rapport de l'OIT sur les tendances mondiales de l'emploi des jeunes de 2020, même pour les jeunes qui occupent un emploi, la situation est loin d'être satisfaisante. Sur les 429 millions de jeunes travailleurs dans le monde, environ 55 millions, soit 13% sont en situation d'extrême pauvreté (ils travaillent, mais vivent avec moins de 1,90 dollar US/ jour), tandis que 71 millions, soit 17% vivent dans une situation de pauvreté modérée (ils perçoivent un revenu inférieur à 3,20 dollars US/ jour).


Si, entre 1999 et 2019, l'incidence de l'extrême pauvreté au travail chez les jeunes a diminué d'environ 20 points de pourcentage au niveau mondial, elle est encore très élevée dans certaines parties du monde, notamment en Afrique subsaharienne et dans les États arabes.


Kattia Paredes Moreno, Spécialiste Principale pour les Activités des Travailleurs, assurant l'intérim de la direction du Bureau pays de l'OIT-Abidjan a à l'ouverture d’un atelier national consultatif sur l’état des lieux en matière d’emploi-formation qui se tient dans la capitale économique ivoirienne affirmée que "le contexte ivoirien a, lui aussi, des défis majeurs à relever en terme d'emplois décents pour les jeunes".


«Avec des emplois disponibles souvent précaires et informels (en termes de salaires, d'absence d'accès à la protection sociale), une population active majoritairement jeune, avec un nombre impressionnant de nouveaux entrants sur le marché du travail, les besoins sont énormes », a précisé, Kattia Paredes Moreno.


Elle a mentionné que l'impact de la crise COVID-19 sur les jeunes a exacerbé les vulnérabilités préexistantes. 


«Les derniers chiffres montrent qu'ils sont touchés de manière disproportionnée, en raison de soubresauts multiples qui vont des perturbations dans le domaine éducatif et dans la formation, à des pertes d'emplois en passant par des difficultés pour trouver du travail. A cela s'ajoute le faible niveau de représentation des jeunes au sein des structures syndicales se répercutant sur le déficit de leur participation dans les processus de dialogue social, participation qui garantirait la prise en compte des préoccupations qui leur sont spécifiques dans la définition des politiques de l'emploi, formation, etc », a ajouté, la Spécialiste Principale pour les Activités des Travailleurs, assurant l'intérim de la direction du Bureau pays de l'OIT-Abidjan.


Elle a renouvelé l'engagement de l'OIT à supporter les différentes parties prenantes en Côte d'Ivoire dans leurs efforts continus de relever les défis de l'emploi et particulièrement des jeunes, qui représentent la majorité de la population ivoirienne.


Les problématiques de l’emploi et de la formation des jeunes demeurent des préoccupations majeures pour les Etats africains et, singulièrement, la Côte d’Ivoire, pour laquelle, elles constituent un défi.


 

Mamadou Touré, ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l'insertion Professionnelle et du Service Civique a indiqué que c'est «donc à juste titre, que Alassane Ouattara, a pris l’option d’inscrire la question de la formation et de l’insertion professionnelle des jeunes dans les priorités de son Gouvernement.


Selon lui, cette problématique est prise en compte dans la planification des politiques et stratégies du Gouvernement et cela s’est matérialisé dans le programme social qui visait, entre autres priorités, l’accélération de la création d’emploi au profit des jeunes.


«Mieux encore, pour la période 2021-2025, l’insertion professionnelle des jeunes demeure une priorité majeure de l’action Gouvernementale, avec un objectif stratégique d’aider à l’insertion socio-économique de 2 à 3 millions à l’horizon 2025 », a précisé, M. Touré.


Selon lui, l’un des défis à relever pour réaliser ces objectifs ambitieux est l’acquisition d’outils pérennes et efficaces de suivi et d’évaluation des politiques publiques d’emploi-formation.


C’est pourquoi, il a salué le lancement du projet d’Accompagnement et de Renforcement des capacités des Pays pour améliorer la définition, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de Politique Emploi-formation des Jeunes, (ARPEJ) qui prend fin demain, dont l’objectif est de répondre aux défis de l’efficacité des programmes formation-emploi qui restent limités par la faiblesse de données factuelles et actuelles servant à orienter et ajuster ces politiques et programmes.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


En sa qualité de Président du Groupe de résultats 5, avec le Bureau International du Travail comme Chef de file, il s'est réjouis de l’opérationnalisation du plan de travail à travers l’organisation du présent atelier.


 

Mamadou Touré a exprimé les sincères remerciements du Gouvernement à l’Agence Française de Développement pour son appui technique et financier à la mise en œuvre du projet ainsi qu'au Centre International de Formation de l’Organisation Internationale du Travail et le Bureau International du Travail qui mettent en œuvre ce Projet dans sa composante (1) qui durera 15 mois en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Congo, au Maroc et au Sénégal.


Le Projet d'Accompagnement et de Renforcement des capacités pour améliorer la définition, la mise en oeuvre, le suivi et l'évaluation de Politiques Emploi-formation des Jeunes (ARPEJ) a été conçu en partenariat avec l'Agence Française de Développement pour qui, offrir à la jeunesse l'opportunité de se former et de s'insérer dans le monde du travail est une priorité majeure.


Paula, représentant l’Agence française de développement a déclaré son soutien à l'initiative du Bureau international du travail.


Par ailleurs, cet atelier entre dans le cadre du processus de co-construction de la Jobs Facility, vise à organiser et animer un dialogue social entre les différentes parties prenantes afin de faire un état des lieux (Stock‐taking) quantitatif et qualitatif à travers une identification et une analyse de l’existant en matière de politiques, programmes et projets en place, de données disponibles sur le marché du travail, de dispositifs nouveaux émergents et consolidés et de mécanismes de dialogue et de prise de décision en matière de politiques d’emploi des jeunes.


Wassimagnon 




 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : L'OIT à propos de l'emploi des jeunes: « le contexte ivoirien a lui aussi des défis majeurs à relever en terme d'emplois décents »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter