Burkina Faso Justice
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso : Après son « évasion », la guérisseuse sera écroulée à la prison militaire
 

Burkina Faso : Après son « évasion », la guérisseuse sera écroulée à la prison militaire

 
 
 
 5089 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 05 août 2023 - 09:47

La guérisseuse Adja Nikièma (micro) lors d'une séance de prières


Après sa libération forcée par des soldats, la guérisseuse traditionnelle de Komsilga Amsetou Nikièma dite Adja sera écroulée à la maison d'arrêt et de correction des Armées (Maca), a annoncé le procureur général du Burkina Faso. 


«Le Procureur Général près la Cour d'appel de Ouagadougou informe l'opinion publique que Madame Nikièma Larissa dite Adja Amsetou qui a fait l'objet d'un mandat de dépôt au Parquet du Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouaga 2, le vendredi 28 juillet 2023, sera incarcérée à la Maison d'arrêt et de correction des Armées (M.A.C.A) sur sa demande, en attendant la date de son jugement », indique un communiqué signé de l'avocat général Ouédraogo Jean-Jacques Wendpanga. 


Le Procureur Général a ainsi invité le Directeur de la Maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco) à faire procéder à la mise en œuvre de la présente décision qui est de m'écrouler à la Maca


En rappel, le vendredi 28 juillet, après la diffusion d'une vidéo de torture d'un vieil sur les réseaux sociaux, et agissant dans le cadre de ses prérogatives, le Parquet près le Tribunal de Grande Instance Ouaga avait diligenté une enquête, puis décerné un mandat de dépôt contre neuf personnes dont Amsetou Nikièma, pour des faits de « séquestration, tortures, coups et blessures volontaires ». 


 

 Alors que des mandats de dépôt venaient à peine d’être décernés contre les mis en cause pour les besoins de la procédure, l’on a constaté un encerclement du Palais de justice du Tribunal de grande instance Ouaga II par un groupuscule de militaires encagoulés et armés, à bord notamment de deux (02) pickups et d’un blindé pour, disent-ils, « libérer la guérisseuse » des mains des agents de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (GSP), avait alors dénoncé l’intersyndicale des magistrats du Burkina Faso. 


Entamant aussitôt une grève illimitée, quiz paralysé le système judiciaire, les magistrats avaient invité les auteurs de cet enlèvement à procéder à la remise sans délai et sans condition de la mise en cause en vue de sa réintégration à la maison d’arrêt pour la suite de la procédure. 


Le Procureur du Faso, près le tribunal de grande instance de Ouagadougou, Abdoul Kader Nagalo avait de son côté « instruit l’ouverture d’une enquête des chefs d’évasion, de complicité d’évasion et de discrédit sur un acte juridictionnel ». 


 

Cette affaire qui a défrayé la chronique, suscitant de nombreuses réactions, avait conduit le gouvernement burkinabè à rassurer l’opinion que toutes les dispositions sont prises pour réserver le meilleur traitement à ce dossier dans le strict respect des principes de l’État de droit, de tolérance zéro à l'impunité, de préservation de la paix sociale et de la sécurité. 



Boa, Ouagadougou


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Modification du Code pénal, une avancée ?
 
3132
Oui
48%  
 
3166
Non
49%  
 
227
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Burkina Faso : Après son « évasion », la guérisseuse sera écroulée à la prison militaire
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter