Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : OTS prend une ampleur nationale, Biya sera-t-il chassé du pouvoir par les enseignants ?
 

Cameroun : OTS prend une ampleur nationale, Biya sera-t-il chassé du pouvoir par les enseignants ?

 
 
 
 5703 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 19 septembre 2023 - 08:36

(Ph)


Au Cameroun, trois semaines après la rentrée scolaire, plusieurs enseignants n’ont toujours pas repris le chemin de l’école. Le collectif OTS (entendez, On a Trop Supporté) et OTA (On a Trop Attendu) ont activé ce lundi, une nouvelle phase de leur mouvement d’humeur à l’effet de faire pression sur le gouvernement. Conséquence, les cours sont suspendus dans les salles de classes au grand désarroi des élèves et parents.


C’est le cas dans plusieurs lycées de la capitale camerounaise comme constaté sur place par KOACI à Yaoundé dans le Centre du pays, notamment dans les lycées d’Emana, de Mballa II, de Nkolbisson et d’Anguissa. Les enseignants par petits groupes échangent. Les membres du mouvement sont présents dans le campus mais tous ne vont pas dans les salles de classes pour dispenser les cours.


« Nous avons attendu et donné assez de temps au gouvernement pour apurer la dette des enseignants mais la promesse de paiement qui était faite pour la fin du mois d’août 2023, n’a pas été respectée », a déclaré à Koaci Isaac Y. Bayemi enseignant de français au lycée d’Anguissa.


« Le chapelet des revendications est le même. Il s’agit notamment de la signature du statut particulier de l’enseignant qui viendra résoudre de manière définitive la situation de l’enseignant camerounais et l’automatisation des effets financiers des actes de carrière ainsi que l’apurement de la dette totale due aux enseignants », va-t-il poursuivre.


Selon de nombreux medias dont radio Balafon, le mouvement OTS est également observé dans le Sud, à l’Ouest, dans le Littoral et à l’Est du pays.


Selon radio balafon, les cours n’ont toujours pas repris dans les régions du Nord-ouest et du sud-ouest. Les deux régions sont ravagées par la crise anglophone depuis fin octobre 2016.


Origine de la grève des enseignants


Pour rappel, les mouvements OTS et OTA sont lancés le 21 février 2022. Les deux mouvements sont contre la clochardisation des enseignants et exigent l’intégration dans la fonction publique de ceux qui ne le sont pas encore ainsi que le paiement de l’intégralité de leurs salaires et leurs rappels et avancements évalués à 181 milliards FCFA.


 

Le collectif d’enseignants va résister aux menaces et intimidations des autorités et prendre de l’ampleur dans certaines villes du Cameroun. Des établissements d’enseignement public sont paralysés à Douala, Yaoundé, Bafoussam, Bertoua, Buea, Bamenda, Garoua. Le 08 mars 2022, le mouvement s’accentue avec le décès dans l’indigence de leur collègue. Enseignant d’Eps en service depuis 2012 au lycée de Beka (Nord), il décède après 10 ans de service sans avoir perçu un seul franc de son salaire.


L’annonce de sa mort crée l’émoi sur les réseaux sociaux. Le 09 mars 2022, Ferdinand Ngoh Ngoh, le Secrétaire général de la résidence de la République saisit le SG du premier ministère et lui demande de procéder au paiement échelonné à compter de juin 2022 des rappels relatifs aux avancements et reclassements des enseignants.


Les enseignants vont alors reprendre les cours pour sauver l’école et éviter une année blanche.


Mais, les promesses du gouvernement ne sont pas tenues. Insatisfaits, les membres du collectif OTS et OTA écrivent un mémorandum sur 28 points au Premier Ministre Joseph Dion Ngute dans lequel ils réitèrent leurs exigences.


Ce dernier décide d’une subvention d’un montant d’environ 2 milliards 215 millions FCFA.


La somme est jugée insuffisante par les grévistes. Leur nouvelle menace de grève va leur valoir des intimidations des gouverneurs et préfets.


Pour ce nouveau mouvement d’humeur, ils ont écrit une lettre ouverte au Président Biya dans laquelle ils annoncent une grève illimitée qui ne sera suspendue ou interrompue qu’après la résolution de deux points essentiels notamment la signature du statut spécial et le paiement de toute la dette.


Selon de nombreux experts, le gouvernement ne veut pas régler cette situation qui impacte les programmes scolaires.


 


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun.


-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com





 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara a-t-il raison de ne pas se prononcer "trop vite" sur 2025 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
1688
Oui
34%  
 
3129
Non
63%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Cameroun : OTS prend une ampleur nationale, Biya sera-t-il chassé du pouvoir par les enseignants ?
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter