Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Suite au rapport 2022 de la Cour des comptes, Amadou Coulibaly à propos des structures incriminées : «Je note que le chef de l'Etat a doté le pays d'institutions qui marchent »
 

Côte d'Ivoire : Suite au rapport 2022 de la Cour des comptes, Amadou Coulibaly à propos des structures incriminées : «Je note que le chef de l'Etat a doté le pays d'institutions qui marchent »

 
 
 
 4929 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 04 janvier 2024 - 18:53

Amadou Coulibaly


Dans son rapport 2022, la Cour des comptes révèle que l'argent des CNI et des passeports, n’est pas reversé dans les caisses de l'État. En réaction de ce rapport qui met en cause la mauvaise gestion de plusieurs structures de l'Etat, Amadou Coulibaly, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, dit noter que le chef de l'Etat a doté le pays d'institutions qui marchent.


En dépit des révélations de la Cour des comptes et dans le cadre de la bonne gouvernance, le porte-parole du gouvernement est optimiste, car pour lui, le verre n'est pas à moitié vide, il est à moitié plein. Il annonce enfin que les ministères directement concernés dans l’affaire des passeports et de la CNI vont pondre un communiqué dans les heures qui suivent pour situer l'opinion publique.


« Je veux juste me féliciter pour ce que le chef de l'État dans le cadre de la consolidation de notre démocratie, dans le cadre de l'application des règles de la bonne gouvernance, a doté notre pays d'institutions qui marchent, à doter notre pays d'institutions qui fonctionnent. Je voudrais surtout me féliciter que la Cour des comptes fasse son travail, qu'elle fasse bien son travail et qu'à partir de ce moment, toutes les structures qui se retrouvent interpellées par ce rapport aient l'occasion de répondre. Le rapport de la Cour des comptes a une destination, vous pouvez imaginer qu'à la suite de ce rapport, il y a forcément des réactions et des réponses adéquates seront données. Ce que je veux dire, aujourd'hui, le pays a des instruments qui consolident la démocratie, les règles de bonne gouvernance. Il faut s'en féliciter. En définitive, nous nous rendons bien compte que ce ne sont pas des institutions qui n'ont pas d'utilité et qui seraient inutilement budgétivores. Dans le cadre de la consolidation de notre démocratie, elles ont toutes leur place, chacune d'elle fonctionne et nous venons de nous en rendre compte avec ce rapport de la cour des comptes.


Seriez-vous en train de féliciter la Cour des comptes pour le travail abattu ?


 

Je ne suis pas destinataire du rapport de la Cour des comptes, ce n'est pas moi qui vais évaluer son travail. Je note que le chef de l'Etat a doté notre pays d'institutions qui marchent.


Chacune d'elle a un rôle à jouer, certaines dans le cadre de la consolidation de la démocratie, certaines dans le cadre du développement de nos localités, certaines dans le cadre des règles de la bonne gouvernance. La Cour des comptes a produit un travail, elle va remettre son rapport comme elle le fait chaque année. Je dis seulement que je suis heureux que nos concitoyens apprécient enfin que chacune de ces structures a un rôle et participent à la consolidation de notre démocratie et aux règles de bonne gouvernance.


Nous avons des institutions qui sont solides qui peuvent juger les actions de l'exécutif. Je pense que c'est à saluer. S'il s'agit du rapport de la Cour des comptes, il y aura un communiqué du gouvernement, notamment du ministère des Finances et du Budget et du ministère de l'Intérieur et de la sécurité, en ce qui concerne les questions de recouvrements de passeports, des frais de carte d'identité de l'ONECI et de SNEDAI. Les deux ministères en premier lieu concernés par cette question vont certainement pondre un communiqué.


Maintenant, pour ce qui est de la confiance, je voudrais rappeler que, SNEDAI a une concession de l'État qui date des années 2006-2007.


 

Il y a pu avoir quelques écueils. Dans le cadre du contrôle permanent de l'action de l'Etat, c'est l’Etat lui-même qui a détecté ces écueils et se donne les moyens de les corriger. Je ne vois pas comment un État qui veut se donner les moyens de mettre de l'ordre dans le fonctionnement des structures qui l'accompagne dans la mise en œuvre des différents contrats doit être voué aux gémonies ou cloué au pilori. C’est nous-mêmes qui nous sommes donnés les moyens de contrôler, c'est nous-mêmes qui appliquons donc les résultats de contrôle que nous faisons lorsque ça ne marche pas.


Désolé d'être optimiste, le verre pour moi n'est pas à moitié vide, il est à moitié plein. Toutes ces structures de contrôles fonctionnent, cela est à saluer. Nous sommes bien engagés sur la voix de la transparence. Ce n'est pas une tierce qui a mis ces institutions en place, c'est l'Etat », s'est justifié, Amadou Coulibaly.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Suite au rapport 2022 de la Cour des comptes, Amadou Coulibaly à propos des structures incriminées : «Je note que le chef de l'Etat a doté le pays d'institutions qui marchent »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter