Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Les fondateurs d'établissements privés réclament 90 milliards FCFA d'impayés à l'État, grosse menace sur les examens de fin d'année
 

Côte d'Ivoire : Les fondateurs d'établissements privés réclament 90 milliards FCFA d'impayés à l'État, grosse menace sur les examens de fin d'année

 
 
 
 6746 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 16 mai 2024 - 15:09

Ça grogne actuellement dans les établissements privés à quelques semaines de la tenue des examens à grands tirages de fin d’année en Côte d’Ivoire, à savoir le Certificat d’Études Primaires et Élémentaires (CEPE), le BEPC (Brevet d’Études du Premier Cycle) et le Baccalauréat, nous apprend une note transmise ce jeudi par la Fédération Nationale des Établissements Privés laïcs d’Enseignement et de Formation de Côte d’Ivoire (FENEPLACI).


Sur les raisons de ce mouvement d’humeur, le texte précise que les Présidents des faitières de l’enseignement privé (FENEPLACI-FEPPECI-UPSEPCI-MUFESPLACI-UFEPCI) réunis, le mercredi 15 mai 2024, à Cocody deux plateaux, au siège de la FENEPLACI, se félicitent que l’État ait fait un effort en payant, il y a quelques jours 30 % des arriérés des frais de scolarité des affectés de l’État au titre des créances de l’Année Scolaire 2022-2023. Mais, souhaitent que « les 70 % restants, qui équivalent à 90 milliards de FCFA, soient payés pour que les examens se déroulent dans de bonnes conditions ».


Ils souhaitent aussi que l’État envisage le paiement des frais de scolarité de l’année scolaire 2023-2024 qui est en train de s’achever avec une augmentation de près de 150 milliards de FCFA.


« Dans nombre d’établissements, les arriérés de salaire dus aux personnels faute d’impayés de l’État poussent ceux-ci à tenir des propos comminatoires. Et ils en retiennent que les risques de boycotter les activités pédagogiques de fin d’année scolaire 2023-2024 deviennent inquiétants », soulignent-ils.


 

Selon les Fondateurs d’établissements privés, ils se racontent çà et là qu’ils ont reçu de l’argent alors que les 30 % des arriérés dus par l’État de 2022-2023 qui ont crédité leur solde sont entrés dans les caisses des Impôts et de la CNPS.


À côté du principal point du jour, les Fondateurs d’établissements privés ont plaidé pour que la Convention Établissements Privés, vieille de 32 ans, soit révisée pour l’adapter au coût de la vie.


Par ailleurs, ils rejettent la partie de la feuille de route des Ministères 2024 qui compte introduire une Convention individuelle de concession de service publique au privé à fin juin 2024.


Les faîtières disent « NON ! » car s’il y a des barèmes des salaires pour tous, la Convention doit être la même.



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Les fondateurs d'établissements privés réclament 90 milliards FCFA d'impayés à l'État, grosse menace sur les examens de fin d'année
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter