Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso : Mandat d'arrêt pour deux officiers, soupçonnés de complot, et réfugiés en Côte d'Ivoire
 

Burkina Faso : Mandat d'arrêt pour deux officiers, soupçonnés de complot, et réfugiés en Côte d'Ivoire

 
 
 
 5651 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 03 juin 2024 - 09:49

Le parquet militaire lors du point de presse (Ph)


La justice militaire du Burkina Faso a annoncé avoir émis des mandats d'arrêt contre des civils et militaires accusés de complot, de la dont deux officiers exilés en Côte d'Ivoire. 


En effet, selon le procureur militaire, le magistrat capitaine Ahmed Ferdinand Sountoura, l’ex-directeur général adjoint de l’Agence nationale du renseignement (ANR), en la personne du commandant Ouédraogo Sékou et l'ex-directeur de l’administration et des finances (DAF) de l'ANR, le commandant Mahamadi Belem font l'objet de mandat d'arrêt pour atteinte à la sûreté de l'État. 


Courant août 2023, les services de renseignement ont documenté et porté à la connaissance de sa juridiction, des éléments selon lesquels des militaires et anciens militaires des Forces armées nationales procédaient à l’identification et à la reconnaissance de points sensibles et de domiciles des autorités de la Transition, dont celui du chef de l’État, en vue de perpétrer des assassinats et de déstabiliser la Transition en cours, a relaté le capitaine Sountoura. 


C’est ainsi que le 1er septembre 2023, les présumés auteurs de ces faits susévoqués, notamment l’adjudant Kaboré Wendinmalegdé, le sergent-chef Ramdé Brice Ismaël et l’ex-caporal Dah Sami, tous membres de l’ex-RSP (Régiment de sécurité présidentielle) ont été interpellés par des officiers de police judiciaire.


 

 Les premiers actes de l’enquête préliminaire ont relevé, de façon constante, que l’ex-caporal Dah Sami, d’ailleurs un récidiviste, car radié des effectifs des Forces armées nationales suite à sa condamnation à dix ans fermes dans le dossier du coup d’État manqué de 2015, a enrôlé l’adjudant Kaboré W. et le sergent-chef Ramdé B. Ismaël, moyennant des sommes d’argent, pour la réalisation de ce forfait », a détaillé le procureur militaire.


Selon lui, l'ex-caporal Sami Dah cite comme instigateur, l’ancien DAF (directeur de l’administration et des finances) de l’Agence nationale du renseignement (ANR), le commandant Belem Mahamadi, qui lui aurait confié la mission de repérage des domiciles des autorités de la Transition


Le procureur Ahmed Ferdinand Sountoura cite les domiciles du Premier ministre Kyelem, des ministres Bassolma Bazié, Kassoum Coulibaly, Olivia Rouamba, Jean-Emmanuel Ouédraogo, celui du président de l’Assemblée législative de Transition, Ousmane Bougouma, et du général de division Honoré Traoré comme ayant fait l’objet de reconnaissance et de géolocalisation par Dah Sami.


« Il a d’ailleurs été prouvé que l’ex-DAF lui a remis de fortes sommes d’argent à cet effet. Il convient de préciser que le commandant Belem, après avoir été convoqué par le juge d’instruction pour donner sa version des faits, ne s’est jamais présenté et a préféré prendre la fuite et se retirer en République de Côte d’Ivoire, d’ailleurs accompagné de l’ex-directeur général adjoint de l’ANR, en la personne du commandant Ouédraogo Sékou, depuis lors », a-t-il souligné. 


 

« Ces deux officiers font l’objet d’un mandat d’arrêt émis par le juge d’instruction qui n’a toujours pas été exécuté à ce jour », a insisté le capitaine Sountoura. 


Ils sont tous mis en examen, pour des faits de « complot contre la sûreté de l’État, complot militaire, association de malfaiteurs, violation de consignes, mise en danger de la vie d’autrui ». 


Boa, Ouagadougou


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire-Burkina : Accusation de déstabilisation portée par Ouaga contre Abidjan, de la provocation ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Crise de royauté chez les Baoulés, les politiciens tirent les ficelle...
 
3152
Oui
70%  
 
1213
Non
27%  
 
116
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Burkina Faso : Mandat d'arrêt pour deux officiers, soupçonnés de complot, et réfugiés en Côte d'Ivoire
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter