Logo Koaci
 
 
 
Koacinaute Côte d'Ivoire : CPI : le premier « Set » remporté par Gbagbo
 
Koacinaute le 4 juin 2013 - La Cour Pénale Internationale (CPI) vient de se prononcer sur le verdict de l’audience de confirmation ou d’infirmation des charges retenues contre Laurent Gbagbo. Elle vient de faire savoir à la procureure Fatou Bensouda que les preuves requises contre l’ex président ivoirien pour un procès ne sont pas suffisantes. A cet effet le verdict de confirmation ou d’infirmation a été ajourné jusqu’au mois de novembre 2013 pour permettre ainsi au procureur de compléter ses preuves afin d’ouvrir un procès ou non contre Laurent Gbagbo Search Laurent Gbagbo auquel cas sa libération serait imminente.

La joie des militants du FPI est immense et l’espoir d’une libération prochaine de leur leader renaît. Par ailleurs, les militants du FPI-France ont pris d’assaut les espaces publics de Paris à l’annonce de l’ajournement du verdict pour manifester leur joie. En revanche, la tristesse se lit sur le visage des victimes de la crise postélectorales et celui des pro-Ouattara.

Cette victoire partielle ouvre à nouveau le débat politique entre les frères ennemis de la Côte d’Ivoire.

Le chemin serait long pour réconciliation définitive et durable en Côte d’Ivoire tant que « l’affaire Gbagbo Laurent » ne sera pas close.

God bless Côte d’Ivoire.
Kolia
 
 
7130 Visit(s)    9 Comment(s)   Add : 04/06/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Me khauney
 
Pourvu que les memes ne reviennent pas plus tard dire que la CPI est aux ordres de la France, des USA, de l'Onu et d'Ado. De sorte que le verdict final ne soit pas vu par ses partisans comme une decision politique... Ainsi le piège de la CPI se refermera sur eux sans creer l'emoi...
Pourvu que les memes ne reviennent pas plus tard dire que la CPI est aux ordres de la France, des USA, de l'Onu et d'Ado. De sorte que le verdict final ne soit pas vu par ses partisans comme une decision politique... Ainsi le piège de la CPI se refermera sur eux sans creer l'emoi en leur sein.
 
 
Read more
See his contributions jordanchoco2020
 
@kolia , je pense que dans le droit y' a pas d'emotion.malgrès tout ce qui a été dit les juges on jugés le dossiers pertinent et den demande plus. Donc balle au centre , enfin plus coté CIV , car forcément dans un dossier on se garde des arguments tangibles pour le proces , mais ...
@kolia , je pense que dans le droit y' a pas d'emotion.
malgrès tout ce qui a été dit les juges on jugés le dossiers pertinent et den demande plus.
Donc balle au centre , enfin plus coté CIV , car forcément dans un dossier on se garde des arguments tangibles pour le proces , mais là on demande plus donc l'etat de CIV va produire une parti de ce qu'il a gardé sous le coude, voilà tout.

Apres je sais pas pour le pro gbagbo mais en qualité de pro RHDP, moi je dis allons jusqu'au bout de la procedure, et donnons encore des arguments pour faire plus que garder au chaud koudou jusqu'en 2014.

Mais le sujet c'est pas koudou c'est la CIV alors si la CIV se porte bien , sachant qu'on nous avez dit que le ciel nous tomberait sur la tete , force est de constater que non.
Les juges qualifient le dossier de pertinent et en veulent plus soit il seront servit.
 
 
Read more
See his contributions dramani
 
 nous sommes tous victimes de cette crise post électorale, et les coupables sont Dramane et sa rebellion. et en tant que victime, je serais encore plus heureux que GBAGBO pour qu'il y ait une vraie réconcilliation ou que GBAGBO et DRAMANE ET SA BANDE DE REBELLE ET DOZO se retr...
 nous sommes tous victimes de cette crise post électorale, et les coupables sont Dramane et sa rebellion. et en tant que victime, je serais encore plus heureux que GBAGBO pour qu'il y ait une vraie réconcilliation ou que GBAGBO et DRAMANE ET SA BANDE DE REBELLE ET DOZO se retrouve devant cette cour de justice. la justice pour toutes les victimes
 
 
Read more
See his contributions jordanchoco2020
 
@dramani etat d'âme.§§§§§Sinon dites NOUS POURQUOI GBAGBO SERAI DEVANT LA CPI ? ON VOUS ECOUTE? ICI NOMBREUX DISENT QU ILS N A PAS A Y ETRE ALORS DONNEZ NOUS VOS RAISONS POUR QU IL Y SOIT !ON VOUS ECOUTE !
 
 
 
See his contributions Me khauney
 
@Dramani! Bon courage à toi... Demain ne meurt jamais...
 
 
 
See his contributions Dabakala
 
DES TERGIVERSATIONS JUDICIAIRES, DE LA POLITIQUE DANS LA JUSTICE, DE LA JUSTICE COMPROMISE, DU DESTIN DE GBAGBO, CONDAMNE AVANT D’ETRE JUGE …. …. …. … …. …. …Oui, il ne s’agit plus du procès de GBAGBO, mais bien de celui de la CPI qui se joue en ce moment. On se permettra donc de...
DES TERGIVERSATIONS JUDICIAIRES, DE LA POLITIQUE DANS LA JUSTICE, DE LA JUSTICE COMPROMISE, DU DESTIN DE GBAGBO, CONDAMNE AVANT D’ETRE JUGE …. …. …. … …. …. …Oui, il ne s’agit plus du procès de GBAGBO, mais bien de celui de la CPI qui se joue en ce moment. On se permettra donc de tirer dans tous les sens, et les plus imbéciles par exemple se satisferont de chaque seconde que GBAGBO passera dans les cellules de la HAYE, quand on sait qu’un prévenu est considéré comme étant innocent, tant que les preuves de sa culpabilité ne sont pas apportées et justement, l’ajournement de la déclaration sur la confirmation des charges ou de l’infirmation de celles-ci tournent autour des …preuves. ET si GBAGBO ne peut être inculpé, du coup, toutes les « victimes » ne sont pas de son fait, logiquement, car on ne peut prétendre être victime d’une personne qu’on ne peut inculper, d’autant plus que ce n’était pas GBAGBO qui tenait le couteau, le pistolet ou le RPG, encore moins, ne possédait le phallus, qui aura (-ont) traumatisé ceux qui se plaignent et qui se devront de chercher l’origine de leur douleurs ailleurs !!!! On jacassera, mes très peu d’ivoiriens et de Burkinabé sur ce site n’ont été confrontés au contenu du communiqué de la CPI. Voici : « …. Aujourd'hui, la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI), à la majorité, le juge Fernández de Gurmendi dissident, a ajourné l'audience de confirmation des charges et a demandé au Procureur d'envisager de fournir des preuves supplémentaires ou de mener une enquête plus approfondie par rapport aux charges présentées contre Laurent Gbagbo conformément à l'article 61 (7) (c) (i) du Statut. La Chambre a considéré que les preuves du Procureur, considérée dans son ensemble, même si apparemment insuffisantes, ne semble pas être si dépourvue de pertinence et de valeur probante qu'il ne pourrait laisser à la chambre aucun autre choix que de refuser de confirmer les charges. Outre le fait qu'elle explique son approche par rapport aux preuves, la Chambre a également proposé six questions sur lesquelles le Procureur devra envisager de fournir de plus amples informations ou de mener une enquête plus approfondie, tels que, entre autres, les activités de tous les groupes armés opposés aux «forces pro-Gbagbo" dans et autour d'Abidjan entre Novembre 2010 et mai 2011, la structure organisationnelle de la «forces pro-Gbagbo" et leur évolution au cours de la période pertinente, et les cas présumés de violences sexuelles…. » (la version anglaises faisant foi) Nous y sommes donc et ce que l’on retient est clair, nous avons un tribunal qui renvoie un procureur corriger ses copies et compléter ses « preuves », ce qui constitue donc un échec pour le procureur dont le travail est considéré officiellement comme étant bâclé. Nous distinguons aussi une volonté de la part du tribunal de mener ce procès et de confirmer les charges et donc un parti pris manifeste que l’on camoufle a travers la dissidence d’un des juges, mais le fait est bien que les preuves évaluées par les juges sont estimées comme étant « pertinente et de valeur probante », mais « insuffisantes ». Que signifie donc « insuffisant » a ce niveau !! L’accusation a t-elle besoin de plus de preuves pour que le procès puisse aboutir a la condamnation du prévenu, ou alors le tribunal penserait t’il que ce qui est reproché a SEM GBAGBO ne peut permettre d’aboutir a une condamnation ?? Où alors tout simplement les deux ?!?!?! Non, la spéculation prend une tout autre dimension quand on inspecte l’orientation que la cour donne à l’accusation qui est de six ordres, dont une partie restera naturellement confidentielle et on sait pourquoi. On parlera tout de : …. ….. … ….. PRIMO : les activités de tous les groupes armés opposés aux « forces pro GBAGBO », les guillemets provenant du communiqué et non de moi, car les forces pro GBAGBO, c’était bien l’armée de Côte d’Ivoire qu’on refusera de nommer dans tous les documents issu du procureur. Dans ce cas, on ramènera le procureur a son action originelle qui est d’enquêter a charge et a décharge contre le prévenu. On ne peut donc incriminer les « forces pro GBAGBO », sans savoir le rôle précis des forces qui s’opposaient a GBAGBO. Dans le cadre des bombardements a l’aveugle des quartiers de la ville, dont on accuse SEM GBAGBO LAURENT par exemple, il est nécessaire de préciser de façon irréfutable le fait que ces bombardements ne puisse provenir que des forces pro GBAGBO et non de forces rebelles qui pourraient essayer de mettre des meurtres sur le dos des premières. Cette ouverture sur l’enquête du rôle des forces opposées aux forces pro GBAGBO inclus de fait le rôle de toutes les forces qui auront aidé les FRCI et donc la France et l’ONUCI. Déjà sur France 24, quand on résume le communiqué de la CPI, ce point que je mets en PRIMO est ignoré par la rédaction et c’est tout dire. De plus, n’oublions pas qu’il y va de la crédibilité de la cour, dans un cadre où il y aura eu tellement de chose à reprocher aux troupes pro HAHO et donc FRCI. Le Procureur a pour rôle d’enquêter a charge, mais aussi a décharge contre un prévenu, ce qui veut dire que ce qui est reproché au prévenu et qui finalement ne peut l’être, doit être exclu de prime a bord par le procureur lors de ses enquêtes. La défense ayant pour objectif de défendre le prévenu uniquement contre ce qui sera finalement retenu contre lui !!! Oui, les subtilités judiciaires de la HAYE, nous y sommes, en plein dedans !! … …. …. SECUNDO : La structure organisationnelle des « forces pro GBAGBO ». On se souvient encore du « plan commun » inventé par OCAMPO, mais aussi de l’organigramme présenté par l’accusation, tiré par les cheveux. Oui, la seule organisation qui soit facile a démontrer est celle qui est officiellement admise et se repose sur un chef d’état major et des commandement connues et officiels qui auront agis lors de cette crise, tout en tenant compte de l’ordre venant de SEM GBAGBO LAURENT, demandant a certaines entités de ne pas intervenir, car le combat ne se passait pas contre la France. Seules des unités en charge de la protection des institutions (le palais présidentiel) et de la protection du régent (la garde présidentielle et d’autres bataillon requis pour la défense du périmètre présidentiel) étaient bien en action. A suivre … … ….
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
Suite … … … …. …Le procureur OCAMPO produira donc, sous la dictée du RDR et d’HAHO, un document qui d’une part devra refuser a SEM GBAGBO son statut de président de la république et donc en charge de l’armée nationale dont il était le chef suprême, avec la structure connue de tou...
Suite … … … …. …Le procureur OCAMPO produira donc, sous la dictée du RDR et d’HAHO, un document qui d’une part devra refuser a SEM GBAGBO son statut de président de la république et donc en charge de l’armée nationale dont il était le chef suprême, avec la structure connue de tous et dont le détails est disponible sans effort, ce qui rend l’instruction du juge plus haut superflue, d’autre part s’évertuer a inclure toutes les personnes que l’on voulait écarter comme BLE GOUDE, SIMONE EHIVET GBAGBO, « l’entourage de GBAGBO » et certains chef de l’armée ivoirienne qui ont osé la résistance et défendre la république, tout en en excluant d’autre comme MANGOU, DETTO LETHO, KASSARATE etc. qui étaient pourtant actifs au départ dans le schéma de défense ivoirien et donc responsables de leurs actes et de ceux de leurs hommes. C’est pour cela que l’on demandera de parler de l’évolution de l’organisation de ces forces pro GBAGBO. Bref, On aura fait un montage bidon, qui ne tient pas la route et plein d’incohérence, car toutes les évidences confortent a croire que SEM GBAGBO aura géré cette crise comme l’aurait fait un chef suprême de l’armée et non comme un individu reclus dans son salon (qui est devenu bunker pour l’occasion), avec sa famille, des militants subversifs et quelque sous officiers récalcitrants, à qui il donnait directement des ordres et qui avaient autorité sur des hommes dans les rues de la villes, hommes qui auraient commis des crimes a tout va. Non, c’est bien trop faible et si on veut inculper SEM GBAGBO LAURENT en engageant sa responsabilité individuelle et non sur la base de son statut de président de la république qu’il réitère a ce moment là, il faut quelque chose de plus solide, qui pourrait démontrer le volet mafieux et pervers d’une « organisation militaro- civile », qui n’avait rien a voir avec l’armée ivoirienne et qui luttait pour des intérêts égoïste et criminels !! Du courage donc et rentrez en cuisine !!! ….. …… TERTIO : Ici, on est face a l’accusation la plus farfelu qui est celle des violences sexuelles, car il s’agira de démontrer que les crimes sexuelles enregistrés résultent d’un ordre directe ou d’une stratégie de guerre voulue et pensée de la part de SEM GBAGBO, pour se « maintenir au pouvoir ». De façon tout a fait objective, on ne voit pas comment commettre des crimes sexuels de façon prémédité et organisée pourrait contribuer a maintenir un président en poste, quand le plus important est de conserver une position d’influence et un contrôle de la situation et donc la réalité du pouvoir entre les mains. L’impact immédiat causé par des agressions sexuelles est essentiellement la charge psychologique induite sur la victime et les personnes qui s’en réclament, mais cette action n’apporte pas d’avantages stratégiques essentiels sur le terrain, en cas de conflits ouvert ou souterrain. Mais vu que le dossier constitué par le procureur OCAMPO, dont on se demande s’il l’a même lu, vu le niveau d’incohérence et les aberrations qu’il contient, était une synthèse de ce que toute la cuisine politique et poisseuse pro HAHO avait pu produire a ce moment pour salir SEM GBAGBO LAURENT par tous les moyens et l’écarter définitivement du paysage politique ivoirien, il est venu le moment de nettoyer tout ceci et de retenir ce qui pourrait être retenu contre lui et apparemment, après le toilettage, il ne reste plus grand chose, d’où le « insuffisant » de la juge. Et le report se justifie bien évidemment à travers l’essentiel : « COMMENT ETABLIR UN LIEN PROBANT ENTRE GBAGBO, LES PERSONNES QUE L’ON VEUT INCULPER AVEC LUI, DONC SON ENTOURAGE, ET LES CRIMES COMMIS SUR LE TERRAIN, QUI JUSTIFIERAIENT SON INCULPATION ET SA CONDAMNATION ???? ». Non, personne ne se fait d’illusion car il s’agit bien d’un procès politique et l’impression qui se dégage, c’est celle d’un procès, qui commence par la fin, l’incarcération, puis la condamnation d’une personne, avant son inculpation et les enquêtes, pour aboutir au doute légitime sur sa culpabilité. En général, cela se passe dans l’autre sens. Et le plus choquant a ce niveau, c’est que toute la racaille pro HAHO aura oublié les pseudo « victimes » que l’on attribue a SEM GBAGBO LAURENT, pour se complaire dans le fait qu’il devra encore rester en prison jusqu’en 2014 au minimum, le temps pour le tribunal de finir ses gesticulations. Tout cette compassion et cette haine étaient-elle fictive ou a dessein ??? Déjà, dans le pays, il y en a qui se jurent de ne pas laisser SEM GBAGBO LAURENT revenir, au cas où on le libérerait, et on lui promettra le feu et la guerre, et pourtant, une libération signifierait qu’il ne peut être inculpé pour ce qu’on lui reprocherait. Oui, apparemment, nous sommes dans une situation à sens unique et il FAUT que GBAGBO soit jugé et condamné pour que toute cette racaille se calme. Oui, la Cote d’Ivoire est vraiment mal partie, car même la justice évolue sur instruction de la part de ceux qui détiennent les armes et qui sont prêts a verser dans la violence, dans un pays ou les urnes ne parlent plus et où la minorité règne sur la majorité, un pays pris en otage, devant des occidentaux qui ne savent comment gérer « l’affaire GBAGBO LAURENT », qui prendra fin seulement quand « l’affaire ALLASSANE OUATTARA » sera close !! AKWABA a vous donc !!! La suite !! (@Kolia, on se demande le besoin de la redondance dans l’information, les contributions étant essentiellement orientées vers le débat ou la présentation d’une opinion. Laissez donc les journalistes du site faire leur boulot ou alors envoyez votre CV à KOACI !! Car ici, on ne voit pas l’objectif recherché. Mais vous êtes libre de faire ce qui vous chante, tant que le webmaster l’acceptera !! Mon opinion !!)
 
 
Read more
See his contributions BAHEFOUE
 
Cette histoire là je n'y comprends absolument rien. Mon niveau d'étude est tellement élevé que je me suis arrêté au CP2 B. Dites moi votre affaire de politique est vraiment compliquée. Comment peut-on chasser quelqu'un d'un pouvoir sans tuer et puis c'est celui qui se défend qui ...
Cette histoire là je n'y comprends absolument rien. Mon niveau d'étude est tellement élevé que je me suis arrêté au CP2 B. Dites moi votre affaire de politique est vraiment compliquée. Comment peut-on chasser quelqu'un d'un pouvoir sans tuer et puis c'est celui qui se défend qui est poursuivi. Ceux qui sont venus depuis ce temps pour le chasser n'ont rien fait ce sont des magiciens ou quoi !. Que chacun reconnaisse sa part de responsabilité dans da déconfiture de ce pays et qu'on avance sinon dans 50 ans nous serons encore entrain de chercher les coupables et les petits acquis d'HOUPHOUET s'effriteront comme c'est l'amer constat aujourd'hui.
 
 
Read more
See his contributions jordanchoco2020
 
@ BAHEFOUE chacun a sa lecture et on doit respecter la vision de chacun dans notre pays.Je vous rejoins sur une chose les Acquis de FHB que vous évoquez, et c'est une chance car dans ces acquis FHB avait fait appelle a la Solution ADO, déjà à l'epoque. Donc ne craignez rien tout...
@ BAHEFOUE
chacun a sa lecture et on doit respecter la vision de chacun dans notre pays.
Je vous rejoins sur une chose les Acquis de FHB que vous évoquez, et c'est une chance car dans ces acquis FHB avait fait appelle a la Solution ADO, déjà à l'epoque. Donc ne craignez rien tout es en ligne avec la mémoire et la vision de FHB dont vous respectez les acquis .Bien a vous.
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login