Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Koacinaute: Sommet International sur la Sécurité Maritime : Le Togo retrouve ses lettres de noblesse.
 
Enjeux mondiaux de la sécurité sur la mer

Pourquoi un sommet sur la sécurité maritime alors que l’urgence n’est pas sur la mer, pourquoi une rencontre sur la sécurité de la mer alors que sur terre nous nous battons chaque jour contre les petits voleurs ? Pourquoi « dépenser » pour une conférence qui n’apportera rien de concret au pays ?

C’est sans doute là, un petit panorama des questionnements et des appréhensions que certains se font depuis l’annonce il y a bientôt deux ans de la tenue d’une rencontre internationale sur la sécurité maritime au Togo.
A première vue, pour un citoyen peu au fait des réalités de ce monde devenu un village planétaire, ces questions peuvent paraître normales. Pour un homme qui se lève le matin, fait sa toilette pour ensuite enfourcher sa bécane et se rendre à l’atelier ou au service, un sujet sur la sécurité maritime constituera, à n’en point douter, le cadet de ses soucis.

Mais pour un citoyen plus avisé, tout sujet portant aujourd’hui sur la mer doit éveiller, susciter de l’intérêt.
Pour se rendre au marché ou à l’atelier par exemple, il faut bien un moyen de déplacement qui se nourrit du carburant pour fonctionner. Sans même qu’on s’en aperçoive, ce liquide qui fait tourner si bien nos engins - qu’ils soient chinois ou venus d’Europe- nous parvient après des milliers de kilomètres. Et ce n’est ni sur le dos de chameaux ni dans les soutes des avions qu’il est transporté. C’est bien les tankers (navires citernes) qui nous les fournissent jusqu’à nos côtes en empruntant la mer, voie de communication par excellence en ce 21ème siècle.
Représentant une superficie trois fois plus importante que les surfaces émergées, les mers et les océans sont devenus un espace tant convoité où s’effectue aujourd’hui l'écrasante majorité des échanges de marchandises. Près de 80 % du commerce mondial passe par les voies maritimes. Sécuriser ces lieux hautement importants et stratégiques représente donc pour notre monde d’aujourd’hui une question de survie. Car la raréfaction des ressources, l’augmentation des populations ont poussé l’être humain à aller plus loin, très loin pour chercher de quoi subvenir à ses besoins. Avec la révolution industrielle (machines à vapeur voient le jour) et l’invention toute récente du conteneur, le commerce mondial est entré dans une forme de globalisation et d’interdépendance d’où la nécessité d’assurer sa stabilité au risque de créer des situations ingérables.

Le blocage d’une seule route commerciale sur la mer pendant deux semaines suffit pour produire des dégâts ou dommages à l’échelle planétaire.

C’est ce qu’a bien compris l’explorateur anglais Walter Raleigh il y a 400 ans quand il affirmait royalement que « qui tient la mer tient le monde ». Parler donc de la sécurité maritime revient à parler de l’avenir de notre planète toute entière.

Si de nos jours les actes de piraterie tels qu’ils existaient dans les années 1500 ont disparu, le monde fait face aujourd’hui à une nouvelle forme de criminalité maritime organisée par des gangs, surtout dans les pays à faibles revenus, avec malheureusement des conséquences très dangereuses pour tous. Les côtes africaines ne sont pas sûres.

 Les statistiques mondiales de la piraterie maritime place notre continent parmi les endroits les plus dangereux, du point de vue sécurité. Peu d’investisseurs décident de s’aventurer dans nos eaux à cause des pirates qui écument nos côtes et nos Ports. Il importe donc de s’organiser et de mutualiser les énergies pour une lutte efficace contre ces réseaux qui menacent par leurs actes l’avenir mondial.

En Octobre 2016 aura finalement lieu une grande rencontre internationale sur la sécurité maritime. Au-delà de la question sécuritaire qui sera débattue par les conférenciers, ces moments restent pour notre pays une bonne occasion pour booster notre économie, rehausser l’image de notre diplomatie tout en rassurant les investisseurs.

Les retombées du sommet pour notre pays.

La conférence internationale sur la sécurité maritime qui se déroulera dans les prochains jours dans notre capitale réunira environ 4000 personnalités dont des chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union Africaine (UA) et du monde entier. Evènement exceptionnel dans l’histoire de notre pays depuis plus d’un quart de siècle, ce sommet offre à notre pays l’occasion de réapparaître comme la capitale des grands événements sur le continent, une place incontournable où les décideurs et les investisseurs peuvent se rencontrer, échanger, exposer etc.

Et dans la vie d’une Nation, de tels événements, ça rapporte forcément quelque chose de de positif à tout le pays, sinon des Etats n’allaient pas se bousculer pour se faire attribuer l’organisation des grandes rencontres internationales. Le monde d’aujourd’hui est fait de tout, de la politique, de la diplomatie, de l’économie, de la culture et autres.

Les rideaux viennent de tomber sur les Jeux Olympiques (JO) à Rio au Brésil et nous avons vu avec quelle ferveur tous les pays se battus pour s’y afficher. Un citoyen lambda se poserait sans nul doute la question de savoir ce que des pays comme les USA ou la Chine ont à gagner de ces différentes compétitions. Nous lui répondrons sans ambages qu’au delà de la médaille en jeu, c’est l’affirmation de l’identité, de la fierté, de la domination, de la puissance des Nations qui est en jeu. Au tableau final de ces grandes compétitions mondiales on remarque toujours que ce sont les grandes puissances qui viennent en tête du nombre de médailles collectées. Si tout le monde connaît aujourd’hui la Jamaïque, ce n’est pas seulement à cause du roi de la chanson reggae mais encore plus à cause de ce phénomène qui s’appelle Usain Bolt, triple triplet médaillé d’or aux jeux olympiques. Le président Kim Jong Un de la Corée du nord n’a-t-il pas exigé des athlètes nord coréens de revenir de ces JO avec au moins cinq médailles d’or ?

Nous avons vu également au cours de ces JO, comment les USA et la Russie se sont indirectement livrés à travers le contrôle anti dopage.

A l’instar de ces grandes rencontres sportives et culturelles dont l’attribution donne parfois lieu à toutes sortes de joutes, les sommets internationaux sur divers thèmes d’actualité font l’également objet de convoitise et de challenge entre Nations.

Car pour le pays qui les accueille, ces conférences et rencontres internationales deviennent très vite des tribunes politiques pour s’affirmer, pour faire sa publicité sans frais et assurément pour améliorer les affaires de ses citoyens.
Le sommet sur la sécurité maritime d’octobre 2016 n’est pas une rencontre sportive. N’empêche, il réunira des sommités de ce monde, des hauts dirigeants de la planète.

Ainsi, sur le plan politico-diplomatique, ce sommet contribuera sans l’ombre d’un doute au rayonnement de notre pays. Longtemps écarté de la scène internationale, le Togo marquera ainsi son grand retour dans le concert des Nations. Point n’est besoin d’être géographiquement grand pour susciter de l’intérêt. Ces événements qui se tiennent régulièrement sont parfois des baromètres pour juger aussi de la stabilité d’un pays. Aujourd’hui, notre pays est l’un des endroits où la sécurité intérieure est garantie.

La conférence de Lomé à n’en point douter, sera l’événement qui donnera plus d’écho à notre politique sur le plan international et il n’est pas exagéré de dire qu’après cette rencontre, notre pays verra investisseurs, hommes politiques, hommes d’influence défiler dans notre capitale qui pour ceci, qui pour cela.

A côté des retombées diplomatiques que nous aurons à tirer de cette grande rencontre, il y a principalement les avantages économiques que les togolais ressentiront directement et particulièrement le monde de l’Hôtellerie et du Tourisme.

Avant l’époque de l’embargo que notre pays a connu, le secteur touristique et hôtelier togolais était l’un des plus florissants sur les côtes de l’Afrique de l’Ouest. Lomé, destination prisée pour les grandes rencontres, offrait un cadre hôtelier et touristique très satisfaisant. Le secteur était l’un des piliers de l’économie et absorbait une grande partie de la main d’œuvre. Ce fut la belle époque ! Entre temps, le Togo est passé par des moments difficiles mais aujourd’hui la situation reprend peu à peu et le mois d’octobre sera le déclic pour ce secteur dans lequel des visionnaires ont déjà commencé par investir. Les hôtels flambants neufs voient le jour chaque trimestre dans notre capitale. Inutile de vous rappeler la rénovation de l’Hôtel 2 Février, aujourd’hui Radisson Blu, fleuron de notre flotte hôtelière.

Tous ces investissements n’auront pas été vains justement à cause de ces sommets internationaux où les hôtels affichent complets. Le secteur des transports ne sera pas du reste car 4000 personnes, ce n’est pas avec 40 taxis qu’il faudrait les déplacer. Il faudrait autant de moyens de transport pour les convoyer à chaque minute d’un point à l’autre. et il faudra pour cela par exemple que les sociétés de location de voiture et ceux d’entretien et de réparation s’attendent à avoir beaucoup de travail… Pour les commerçants et commerçantes de façon générale, au cours des mois à venir, leurs chiffres d’affaires connaîtront des hausses vertigineuses à cause de la logistique qu’il faut assurer à tous les niveaux. Pour les artisans pour lesquels d’ailleurs un structure est mise en place (DOSI) c’est le moment d’être assez entreprenant, de faire preuve d’inventivité et de créativité en présentant des objets et des produits qui peuvent séduire les étrangers. Car le moment d’octobre qui arrive c’est le mois où tous ceux qui fouleront notre sol voudront surement repartir avec un souvenir. Les jeunes entrepreneurs, les jeunes qui sont à la quête d’une opportunité d’affaire ont une vraie occasion à saisir. Pourquoi ne pas s’associer et faire du brainstorming pour tirer profit de cet événement ??? Bref ! Après tout c’est tout le monde qui trouve son compte dans cette affaire de sommet sur la sécurité maritime qui n’est pas une rencontre de complaisance. C’est un enjeu de taille pour le Togo et pour l’Afrique toute entière où généralement la prise de conscience est souvent tardive sur des questions cruciales. Cette fois-ci le Togo a décidé de prendre de l’avance et à relever ce défi avec tout son peuple qui est invité à s’approprier cet événement pour en faire un succès éclatant.

PS : La direction de KOACI rappelle qu'un "koacinaute" n'est pas un journaliste de la rédaction de KOACI mais un contributeur inscrit ayant la possibilité de poster sur le site en vue d'une diffusion et ce dans une dynamique de libre expression plurielle.
 
 
6616 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 29/08/2016
  4 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login