Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
CI: Méfiance générale, pays toujours en panne
 
Abidjan sous la pluie ce jeudi soir toujours au point mort, ici une scène d'attente de taxi au plateau

:: Article de la rédaction de Koaci.com en Côte d'Ivoire::

Depuis la chute du régime de Laurent Gbagbo, la Côte d’Ivoire est sous contrôle armé des Frci et des forces de la communauté internationale. Une situation inédite et de circonstance dans un contexte de méfiance sécuritaire intérieur qui tranche avec une volonté bureaucratique de réconciliation pour l’heure sans contours palpables sur le terrain.

Mis à part les apparatchiks politiques, dont les caractéristiques ostentatoires sont les mêmes par-delà les frontières, qui manifestent ci et là leur enthousiasme, la majorité des ivoiriens a encore peur, leur libération n’est pas encore arrivée. Ces derniers n’osent véritablement pas s’exprimer sur la situation que traverse leur pays dans un cadre qui pour l’heure inquiète plus qu’il ne rassure.

Omniprésence d’hommes armés, pour la plupart jeunes et au look débonnaire, insécurité générale, pas de police ni de gendarmerie… Pas d’Etat, l’anarchie de la période de crise Search crise est toujours d’actualité tout comme l’arbitraire. Dur, malgré les patrouilles pour la forme de la force licorne ou de l’Onu sur les grands axes de la capitale, d’appeler au retour à la confiance et aux investissements dans ce contexte qui reste incertain.

La capitale économique du pays est elle aussi toujours au ralentit, au-delà des banques, les commerces et autres entreprises, restées fermés depuis lors, n’ont toujours pas rouvert. Dés 20 heures plus personne dans les rues et chaque jour on espère, mais rien ne vient, le temps semble devenir long pour les chômeurs. « On est là, je viens chaque matin pour voir si le patron est revenu » nous livre Souleymane rencontré devant un commerce d’electro ménager dans le quartier central du plateau, tout près de lui Serge qui ne cache pas son amertume ajoute : « On espère que ça va aller, mais pour l’heure on voit pas de changement, beaucoup ont peur car il y eu trop de mort et de règlement de compte et ça continue, dans les quartiers on est pas rassuré, ça viol, ça pille, ça tue, pas d’ordre, on sait même pas qui est qui dans ce pays et nous on est là au chômage depuis tout ce temps ».

Autre constat sur le marché de Treichville ce jeudi matin où les frustrations ethniques apparaissent. « Voilà les femmes djoulas qui nous chassent désormais » scande sans honte une vendeuse de fruit accompagnée de ses sœurs en direction d’un groupe de commerçantes venues du nord de la Côte d’Ivoire. « Nous on est Baoulé, c’est grâce à nous si Ouattara a été élu et aujourd’hui, c’est eux-mêmes qui veulent nous chasser de nos places au marché pour les récupérer et placer leur famille et tout ça avec l’aide des frci, c’est quelle histoire ça ! » nous explique énervée la vendeuse en colère. Tentant de demander explication au groupe de présumés usurpateurs, aucune réponse nous sera donnée en Français si ce n’est «, ‘ elles n’ont qu’à quitter ici ».

Dans un commissariat de Cocody, tenu par les Frci, c’est une autre revendication qui s’élève. Pris à témoin de revendication, un des « anciens » de 2002 et désormais élément des frci Search frci nous confie « Si vous pouvez dire à Soro que nous là on ne fait pas confiance aux policiers et gendarmes ralliés de Gbagbo, on ne veut pas qu’ils nous commandent et qu’ils aient plus d’armes que nous » ajoutant, « il faut que l’on reste vigilent car la situation n’est pas stable et peut être qu’ils pourraient encore se passer des choses, en tout cas, y’ a pas de confiance entre nous ». Un autre, également ancien soldat rebelle de Bouaké nous indique son indignation face au comportement de certains Frci : « y’a toujours des brebis galeuses et aussi des profiteurs, même d’autres qui se font passer pour d’autres que des Frci » ajoutant « certains de nos jeunes recrues sont un peu zélés avec leurs armes et ternissent l’image du président Ado envers les populations d’Abidjan qui pour certaines ont soit perdu des proches soit qui n’acceptent toujours pas la chute de Gbagbo ».

L’importante présence d’ivoiriens aussi bien civils que militaire à l’extérieur qui n’ont toujours pas, malgré les appels, regagné leur pays par crainte de chasse aux sorcières participe aussi à ce climat d’incertitude.

En attendant le nouveau gouvernement, le "miracle" promis lors de la campagne du Rhdp est toujours attendu. En effet, tout indique qu’il faudra du temps à la Côté d’Ivoire pour qu’elle se retrouve, pour que ses habitants se refassent confiance, la crise Search crise sociale est toujours palpable et s'amplifie, l'argent se fait rare, le pays est toujours sous hypothèse.

Amy, Koaci.com Abidjan
 
 
7156 Visit(s)    6 Comment(s)   Add : 26/05/2011
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions
 
Ouattara a dit qu'il se donne 2 mois pour pacifier le pays. Il est en train de déchanter. il espérait semer un régime de terreur en tuant tout ceux qui sont connus pour s'opposer à lui. Mais plus il tue, plus il se produit un resultat contraire de ceux à quoi il s'attend.
 
 
 
See his contributions LE Gle
 
 Une chose est sûre : pour avoir joué aux « corps à billets » pendant longtemps au détriment du justiciable, nos corps habillés devront se démener pour (re)gagner la confiance du peuple. Ils devraient d’ailleurs profiter de l’état de grâce qui leur est accordé actuellement pour ...
 Une chose est sûre : pour avoir joué aux « corps à billets » pendant longtemps au détriment du justiciable, nos corps habillés devront se démener pour (re)gagner la confiance du peuple. Ils devraient d’ailleurs profiter de l’état de grâce qui leur est accordé actuellement pour reprendre fonction. Sinon leur remplacement qui ne pose aucun problème, sera effectif. Ils doivent comprendre qu’ils ne sont pas exempts de reproches dans cette crise qu’ils n’ont pu contenir. Nous venons à peine, de franchir le premier mois, après la libération du pays du joug du tyran. Passé le moment d’émotion et de torpeur, Il faut colmater les profondes brèches causées par Big Sat. Maintenant, l’heure est à la constitution du Gouvernement. Les choses avancent de manière satisfaisante dans l’ensemble. Les quelques « faits divers » relatés ne sauraient le cacher. Patience.
 
 
Read more
See his contributions
 
Gle : "...Les choses avancent de manière satisfaisante dans l’ensemble. Les quelques « faits divers » relatés ne sauraient le cacher. Patience" Oui tu peux le dire toi qui n'a pas perdu de parent innocent dans cette histoire. Et qualifier de faits divers, la mort de personne tuée...
Gle : "...Les choses avancent de manière satisfaisante dans l’ensemble. Les quelques « faits divers » relatés ne sauraient le cacher. Patience"
Oui tu peux le dire toi qui n'a pas perdu de parent innocent dans cette histoire. Et qualifier de faits divers, la mort de personne tuées ça et là, GRATUITEMENT est insoutenable et inhumain.
 
 
Read more
See his contributions PASSION
 
SEUL le dernier paragraphe de votre article mérite une attention. Je pensais lire une de ses fameuses CONTRIBUTIONS POSTÉES LIBREMENT PAR UN KOACINAUTE. J'ai du mal à comprendre que se soit un article de la rédaction de Koaci.com. Venons en au contenu de votre papier. Cher ami de...
SEUL le dernier paragraphe de votre article mérite une attention. Je pensais lire une de ses fameuses CONTRIBUTIONS POSTÉES LIBREMENT PAR UN KOACINAUTE. J'ai du mal à comprendre que se soit un article de la rédaction de Koaci.com. Venons en au contenu de votre papier. Cher ami de koaci, la situation que vous décrivez ne date pas d'aujourd'hui (je veux dire d'après l'élection de Ouattara).Et je salue pour cela le titre. Le pays est en panne depuis très longtemps (disons au début des annés 90). En tant que média, votre rôle est très importante dans la réconciliation. Vous semblez dire que Gbagbo a été victime d'un coup d'Etat. la Côte d’Ivoire n'est pas sous contrôle armé des Frci et des forces de la communauté internationale, mais plutôt sous contrôle d'un Chef d'Etat, président de la république qui à sous ses ordres, une armée républicaine aidée par les forces onusiennes. c'est simple comme vérité à écrire. vous parlez de volonté bureaucratique de réconciliation, c'est votre avis. Mais vous même en tant que média, en tant que journaliste ivoirien ou personne vivant en Côte d'Ivoire, n'avez vous pas envie de voir ce pays réconcilié, ne travaillez vous pas dans ce sens au quotidien à travers votre plume, dans vos causeries ...Je pense pour ma part que les choses sont lentes, mais elles avances. D'ailleurs l'ancien Chef de l'Etat, Laurent Gbagbo ne disait il pas qu'on ne sort pas d'une crise comme on sort d'un dîner gala.
Votre deuxième idée me semble plus juste. En effet, l'insécurité est grande surtout à Abidjan et à l'Ouest du pays créant une situation de peur panique chez de nombreux ivoiriens. Mais Il y a chez l'ivoirien cette tendance à généraliser le cas de certaines zones du pays au pays tout entier. Cela dit, les problèmes d'insécurité devrait vous faire dire qu'il n'y pas d'Etat, plus de gendarmerie, plus de police? Vous laissez trop le sentimentalisme l'emporté sur la raison et l'éthique professionnelle. Même pour les patrouilles, vous trouvez qu'il s'agit de "patrouilles de forme". Et, pourtant Dieu seul sait comment cela est important dans un pays qui sort de plusieurs semaines de crises post électorale. Alors que proposez vous cher monsieur en lieu et place de ses patrouilles de forme? je me passerai de commentaires sur le reste de votre papier qui n'est qu'un ramassis d'incitation à la haine, de stigmatisation. En espérant que ma part de vérité sera publié suivant le principe de la liberté d'expression qui nous guide tous, je vous transmet mes félicitations et mes encouragements pour le service que vous rendez aux koacinautes.
 
 
Read more
See his contributions LE Gle
 
@Manoua. J’ai un corps à enterrer la semaine prochaine sans compter les disparus dans ma famille pour lesquels je ne me fais aucune illusion. Aucun ivoirien digne ne peut n’avoir été au moins affecté. Quand je parle de « faits divers », je veux dire que l’auteur de cette contrib...
@Manoua. J’ai un corps à enterrer la semaine prochaine sans compter les disparus dans ma famille pour lesquels je ne me fais aucune illusion. Aucun ivoirien digne ne peut n’avoir été au moins affecté. Quand je parle de « faits divers », je veux dire que l’auteur de cette contribution aurait interrogé d’autres personnes, qu’il se rendrait compte que son avis sur les FRCI n’est pas partagé par tout le monde. C’est peut être mal dit et je m’en excuse. Reconnaissons que nous revenons de loin, ce pourquoi je parle de « manière satisfaisante ». Tu as raison, tous les innocents qui sont tombés méritent notre respect. Les FRCI aussi, malgré les écarts de certains.
 
 
Read more
See his contributions
 
Gle : "...Les choses avancent de manière satisfaisante dans l’ensemble. Les quelques « faits divers » relatés ne sauraient le cacher. Patience" Oui tu peux le dire toi qui n'a pas perdu de parent innocent dans cette histoire. Et qualifier de faits divers, la mort de personne tuée...
Gle : "...Les choses avancent de manière satisfaisante dans l’ensemble. Les quelques « faits divers » relatés ne sauraient le cacher. Patience"
Oui tu peux le dire toi qui n'a pas perdu de parent innocent dans cette histoire. Et qualifier de faits divers, la mort de personne tuées ça et là, GRATUITEMENT est insoutenable et inhumain.
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login