Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Nigeria : Interdiction de voyage pour 50 personnalités, le PDP dénonce
 
Muhammadu Buhari signant un document

© koaci.com– Dimanche 14 Octobre 2018 – Le gouvernement fédéral du Nigeria Search Nigeria a interdit à 50 nigérians Search 50 nigérians de haut rang de voyager à l'étranger à la suite de la mise en exécution du décret 6 signé par le Président Muhammadu Buhari. La décision d’interdiction de voyage est contestée par le principal parti de l’opposition nigériane, le Peoples Democratic Party (PDP), qui prétexte que c’est une sanction qui vise des personnes qui sont perçues comme des obstacles à la réélection du Président Buhari.

Dans une déclaration publiée hier samedi, Garba Shehu, l’adjoint à la direction des communications du Président Buhari a déclaré que les 50 personnalités ont été placées sur une liste de surveillance et ne peuvent donc pas quitter le territoire.

L'ordonnance vise à empêcher les propriétaires des actifs et qui sous enquête d'effectuer toute transaction ultérieure sur leurs comptes. Le vendredi dernier, un tribunal fédéral à Abuja a confirmé la constitutionnalité de l'ordonnance, autorisant ainsi la saisie provisoire d'actifs liés à des enquêtes, à des procès pénaux en cours et à d'autres infractions connexes. En conséquence, le Président a chargé le Procureur général de la Fédération et le ministre de la Justice de mettre en œuvre l'ordre en vigueur.

Pour mettre l’ordonnance en exécution, la déclaration rendue publique par Shehu énonce que « le service d'immigration du Nigéria et d'autres agences de sécurité ont mis en place pas moins de 50 personnalités directement touchées par EO6 sur leur liste de surveillance et les ont empêchées de quitter le pays en attendant que leurs cas soit clarifiés ».

Au regard de cette décision, la présidence a expliqué que l’administration de Buhari « rassure tous les nigérians patriotes et bien intentionnés de son engagement dans la lutte contre la corruption, conformément à la Constitution de 1999 (telle que modifiée) et aux principes généraux de l’État de droit ».

La liste des personnes suspectées de corruption a été établie par la Commission des Crimes Economiques et Financiers (EFCC), la Commission des Pratiques de Corruption Indépendantes et autres Infractions Connexes (ICPC), la Police du Nigéria et 17 autres organismes.

En premières réactions à cette affaire, une structure dénommée le Projet sur les Droits Socio-économiques et la Redevabilité (SERAP) a déclaré par la voix de son président adjoint, Timothy Adewale, que la décision du Président Buhari est arbitraire, répressive et illégale.

Adewale a expliqué que l’ordonnance viole les droits constitutionnels et les obligations internationales du pays, qui protègent le droit de circuler librement, de quitter son pays, de préserver la vie privée et de respecter le respect de la légalité.

Pour sa part, le principal parti de l’opposition nigériane, le PDP Search PDP a fustigé l’ordonnance de Buhari et a estimé que c’est une « mesure draconienne » qui vise clairement les membres des partis de l’opposition, le monde des affaires, les chefs religieux, les anciens dirigeants politiques et les chefs traditionnels, perçus comme opposés à la candidature de réélection du Président Muhammadu Buhari.

Enfin sur la liste des 50 personnalités interdites de quitter le pays, KOACI a appris qu’il y a 13 anciens gouverneurs, sept ex-ministres et certains anciens officiers supérieurs de l’Armée.

Mensah, Lomé

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –
 
 
6249 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 14/10/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login