Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Salif Diallo joue les troubles-fête depuis Vienne
 
::Koaci.com Ouagadougou:: Salif Diallo::

L’homme n’a pas changé. Son franc parler est toujours intact. Depuis vienne, où il est ambassadeur du Burkina, Salif Diallo Search Salif Diallo ancien ministre du gouvernement de Blaise Compaoré Search Blaise Compaoré vient de jeter un gros pavé dans la mare.

Il vient d'appeler à la mise en place d’un régime parlementaire au moment où le président du Faso se prépare à briguer son dernier mandat. L’opération est plus que suspecte.

En 2010, le Burkina Faso vivra deux événements majeurs. La commémoration du cinquantenaire de l’accession à l’indépendance du pays qui sera célébrée en décembre et l’élection présidentielle prévue généralement en novembre.

Blaise Compoaré candidat naturel du parti au pouvoir ne s’est pas encore engagé publiquement sur sa candidature à ce scrutin qui doit être en principe son dernier mandat, si on s’en tient à la constitution actuelle.
Et c’est dans cette perspective que le landernau politique est secoué par des convulsions.

Le seul candidat déclaré à ce jour, reste le sankariste Me Benewendé Sankara. Alors que l’opinion publique attendait que Zéphirin Diabré, représentant pour l’Afrique du groupe français AREVA se jette à l’eau après avoir brillamment organisé le forum des citoyens pour l’alternance politique, l’on apprend que ce dernier ne se présentera pas en 2010 contre Blaise Compaoré.
L’homme a été ministre du Commerce, puis ministre des Finances dans des gouvernements présidés par le président du Faso. Selon certaines confidences, Zéphirin Diabré Search Zéphirin Diabré se préparerait plutôt pour 2015, terme au bout duquel le président du Faso ne peut briguer un autre mandat.
Les observateurs penchent plutôt pour cette hypothèse afin de donner tout son sens au mouvement pour l’alternance.

Pour le scrutin de 2010, l’opposition n’a pas encore trouvé l’homme providentiel capable de cristalliser la volonté de changement des Burkinabè. Du coup , le scrutin risque de se présenter comme une formalité. En réalité, ils sont nombreux les politiques à se projeter après 2015.
Blaise Compaoré lui-même a déclaré juste après la tenue du Forum des citoyens pour l’alternance en mai dernier que « l’alternance n’est pas d’actualité au Burkina ». .Achille Tapsoba, député influent du parti au pouvoir reste dans le sillage du président du Faso en déclarant sur les antennes de la télévision nationale que l’alternance n’est pas forcement synonyme de changement de tête. Ces balbutiements ont fait dire à certains observateurs que quelque chose se préparait au plan institutionnel entre 2010 et 2015. Alors que tout le monde avait le regard fixé sur une éventuelle modification constitutionnelle, la surprise est venue de Vienne. Elle est venu de Salif Diallo Search Salif Diallo qui a proposé ni plus ni moins q’une 5e république, en mettant en place un régime parlementaire. Commissaire politique de la région du nord, il a quitté le gouvernement à la surprise générale pour être muté au poste d’ambassadeur du Burkina à Vienne en Autriche. Ballon de sonde ou simple souhait d’un politicien en disgrâce sa sortie médiatique ne laisse personne indifférent. Son propre parti s’interroge sur le sérieux d’une telle proposition. La question est de savoir si l’homme est la bouche de son maître et si ils sont nombreux à espérer que non. En tous les cas, ce sujet sera probablement inscrit en bonne place dans les divers le 23 juillet prochain . A cette date, le parti au pouvoir, va enclencher le top départ de sa campagne électorale avec la tenue de son 4e congrès ordinaire.

 
 
3589 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 12/07/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login