Logo Koaci
 
 
 
TRIBUNE GABON : Ya Ali ferme la porte de la mangeoire !
 
Ali Bongo

TRIBUNE GABON - LIBREVILLE LE 28 AOÛT 2012 - KOACINAUTE - Alors qu’ils avaient déjà lustré assiettes, cuillers, couteaux et sorti les boîtes de cure-dents dans la perspective d’un retour triomphal au banquet de la république, c’est la mort dans l’âme qu’Ange Noir ( André Mba Obame Search André Mba Obame ) , le Boa de Mounana ( Zacharie Myboto ) , le Casseur de Bicig ( Eyeghe Ndong ) et tous leurs semblables ont suivi le discours à la Nation du chef de l’Etat, jeudi 16 août 2012 à 20h sur les antennes de Gabon Télévision.

Discours d’ailleurs repris quelques heures plus tard par différents médias, histoire de bien enfoncer dans les crânes des affamés de l’opposition véritable que le temps de la parlotte pour la parlotte, et des arrangements d’arrière-boutique était bel et bien révolu.

La fièvre est montée chez Ange Noir et ses affidés lorsque, reprenant une partie du message de son illustre prédécesseur, du 2 décembre 2007, le chef de l’Etat a rappelé: « Depuis 1990, nous consacrons beaucoup trop de temps à la politique. Cette étape était nécessaire dans le renforcement du processus de construction nationale. Nous avions besoin de discuter, de nous disputer parfois. Nous avions besoin de nous comprendre pour mieux nous accepter dans nos différences. Désormais, trêve de joutes politiciennes. Que la classe politique gabonaise cesse de se parler à el le-même et pour el lemême. Que la classe politique parle du pays et pour le pays qu’elle doit servir. Que la classe politique parle du peuple et pour le peuple qu’elle doit représenter ».

De quoi accentuer l’alopécie chez certains de ces fameux opposants car par ces mots, Ali Bongo Search Ali Bongo Ondimba a été on ne peut plus clair: il n’y aura pas de nouvelles joutes politiciennes dont l’épilogue est connu d’avance, avec le partage des postes et d’importantes sommes d’argent, l’essentiel pour le moment étant la réalisation du bienêtre des populations gabonaises au moyen de la construction des infrastructures et du contrôle de la mercuriale au profit du panier de la ménagère.

Dans le fond, on s’y attendait un peu. Déjà la veille, interrogé sur l’opportunité d’organiser une conférence nationale souveraine comme le réclame une partie de l’opposition dite « opposition véritable », notre compatriote Bonaventure Nzigou Manfoumbi a repoussé une telle initiative, arguant que si cette rencontre politique avait lieu, ce serait au détriment du peuple gabonais.

Et d’interroger : « Est-ce que le peuple de Kinguélé participera à cette conférence ? » Pour lui, la conférence nationale voulue par une frange de l’opposition serait une « gabegie de trop » car elle ne servirait qu’à permettre aux mêmes, les hommes politiques, de se partager des postes et des perdiems consistants. Alors que le peuple n’y verrait que du feu. Une fois de plus.

Mais revenons au discours du chef de l’Etat. Dans une sorte de bilan d’étape, Ali Bongo Search Ali Bongo Ondimba se félicite : « Depuis trois ans, nous nous sommes engagés dans des efforts inlassables pour développer notre pays, attirer des investisseurs nouveaux et transformer notre économie, afin qu’à l’image des autres pays du monde et d’Afrique, qui ne sont pas plus nantis que nous, nous puissions contribuer à rendre nos concitoyens plus heureux. Oui, les Gabonaises et les Gabonais ont le droit d’être heureux dans leur pays. Ils ont le droit de vivre dans un environnement dont ils puissent être fiers pour euxmêmes et pour leurs enfants. C’est à cette fin qu’ils m’ont porté à la tête de l’Etat. »

Traduction, en français : alors que le nouveau régime s’emploie à matérialiser le projet de société l’Avenir en confiance, le chef de l’Etat ne comprend pas que des gens qui ont bri l lé par une absence d’ambition pour leur pays, du temps où ils étaient aux affaires et passaient leur temps à détourner les budgets mis à leur disposition, se permettent aujourd’hui de se poser en défenseurs de ce même peuple !

A titre d’exemple, Myboto peut-il dire à ce cher peuple combien de fois avait-il convié feu Omar Bongo Ondimba à procéder à la pose de la première pierre de la route Lastoursville-La Léyou ?

Mais pour sa gouverne, ce tronçon de route est presque achevé, moins de trois ans seulement après l’accession d’Ali Bongo Ondimba au pouvoir.

Et Ange Noir. Peut-il dire au peuple gabonais combien de salles de classe a-t-il construit lors de son spectaculaire passage à l’Education nationale ?

Peut-il dire à ce même peuple gabonais combien de « vrais » commissariats de police a-t-il ouverts quand il était ministre de l’Intérieur ?

Peutil dire à « son » cher peuple gabonais où sont passés les quads de l’invisible police chargée de la sécurité de nos plages ? Ces engins, on s’en souvient, avaient été vus lors d’un défilé de… 17 août. Vrai de vrai !

De quoi donner raison à Ali Bongo Search Ali Bongo Ondimba quand il met en garde toute cette faune de voleurs, de magouilleurs et de détourneurs de fonds, y compris à la Bicig : « Je ne vais pas laisser notre pays entre les mains de ceux qui, après avoir été aux affaires et s’être illustrés par la trahison, la manipulation, l’enrichissement personnel, l’intolérance et le mépris des populations, veulent aujourd’hui casser et détruire le Gabon ».

AMO, Myboto, Eyéghé Ndong, Rougou, etc., avez-vous entendu le président de la république ? Pauvre Gabon, qu’as-tu fait à ces terroristes pour être traité de la sorte…

Ps: KOACINAUTE = MEMBRE PARTICIPATIF DE KOACI INSCRIS SUR KOACI (lien inscrit toi en page d’accueil)
 
 
4214 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 28/08/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login