Ghana Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Ghana : Le NDC réclame la démission du ministre Kan Dapaah, réaction
 

Ghana : Le NDC réclame la démission du ministre Kan Dapaah, réaction

 
 
 
 3483 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 03 juillet 2019 - 11:14

Albert Kan Dapaah (ph)

© koaci.com– Mercredi 03 Juillet 2019 – Le principal parti de l’opposition ghanéenne, le National Democratic Congress (NDC) demande la suspension immédiate ou la démission du ministre de la Sécurité nationale, Albert Kan Dapaah, dans l'arrestation et la torture présumée de deux journalistes du ModernGhana, un organe de presse en ligne.

Dans une déclaration rendue publique par, Sammy Gyamfi, le directeur de communication du NDC, a qualifié le traitement infligé au journaliste de barbare, inhumain et scandaleux.

En condamnant les faits allégués, Gyamfi a déclaré que « Nous nous associons à  de nombreux ghanéens bien intentionnés pour exprimer notre indignation face à  cet acte barbare et souhaitons exprimer notre plus profonde préoccupation face à  la détérioration de la liberté de la presse sous le Président Akufo-Addo ».

Après cette condamnation, la déclaration poursuit que « Le NDC demande à  Albert Kan Dapaah de démissionner immédiatement de son poste de ministre de la Sécurité nationale ou d'être suspendu par le Président, afin de permettre une enquête approfondie sur les allégations de torture à  l'encontre des journalistes. Nous soutenons que toutes les personnes jugées coupables soient traitées conformément à  la loi ».

Pour les faits, il urge de rappeler que des agents de la Sécurité nationale ont interpelé le jeudi dernier deux journalistes de ModernGhana à  East Legon à  Accra. Ils ont saisi leur matériel et les ont empêchés de rejoindre leur famille, leurs amis et leurs supérieurs.

En réaction aux allégations de tortures, KOACI a appris que le secrétariat du Service national de sécurité a démenti les allégations selon lesquelles il aurait torturé des journalistes du ModernGhana accusés d'avoir participé à  des cyber-crimes.

Dans un communiqué de presse publié mardi à  Accra, le Secrétariat a déclaré qu'il prend très au sérieux les allégations de torture qui seraient selon lui une tentative délibérée du suspect, Emmanuel Ajarfor Abugri, de discréditer les enquêtes et les poursuites engagées à  son encontre.

La déclaration du secrétariat national à  la sécurité indique que le sieur Abugri a été remis au Département des enquêtes criminelles (CID) de la police ghanéenne. La police a demandé une enquête médicale afin d’établir la vérité et les mesures appropriées à  prendre à  partir des résultats.

Mensah correspondant permanent de KOACI au Togo, Nigeria et Ghana

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à  Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Burkina Faso: Des attaques soit disant terroristes jamais revendiquées, soupçonnez vous le camp Compaoré ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Expulsée et non poursuivie en justice, l'activiste Nathalie Yamb a-t-e...
 
1771
Oui
58%  
 
1142
Non
37%  
 
136
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement