Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Interdiction des Manifestations publiques de l'opposition à Yaoundé
 

Cameroun : Interdiction des Manifestations publiques de l'opposition à Yaoundé

 
 
 
 2784 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 12 septembre 2020 - 08:25

(Ph)

Au Cameroun, les autorités ont interdit toute manifestation dans la région du Centre dont Yaoundé, la capitale du pays est la principale ville.


Selon le gouverneur du Centre, il s’agit de prévenir les troubles à l’ordre public. 

Cette annonce intervient alors que Maurice Kamto le leader du Mrc prépare la contestation pour appeler au départ du président Biya. 

Pour les partisans du régime, il s’agit d’une défiance aux institutions et d’un appel à l’insurrection qui doit être sévèrement puni.


Mouvement de contestation


 Toute convocation du corps électoral par le gouvernement, avant la résolution de la crise anglophone et la modification du code électoral, «emportera automatiquement lancement d’une gigantesque campagne nationale d’appel au départ pur et simple de Paul Biya du pouvoir », déclarait l’opposant Kamto le 24 août dernier. 

 

Le 6 septembre 2020, le collège électoral a été convoqué par le président Biya en vue des élections régionales.

Dans la foulée, la quasi-totalité des plusieurs partis politiques de l’opposition ont annoncé leur intention d’y prendre part. 


Le Social Democratic Front (SDF) a émis des réserves, en attendant que le contentieux lié au double scrutin législatif et municipal soit totalement vidé.  

 De son côté, le Mrc a entamé des pourparlers avec la société civile et certaines formations de l’opposition pour rallier le plus grand nombre à sa cause.


 

Pour prévenir tout trouble à l’ordre public, le gouverneur a interdit dans toute la région du Centre « jusqu’à nouvel ordre, toute réunion et toute manifestation publique non déclarée ». 


«Tout contrevenant sera exposé aux sanctions de la réglementation en vigueur », précise le texte signé vendredi.

La loi camerounaise soumet à l’obligation de déclaration préalable, toutes les manifestations sur la voie publique.

 La responsabilité et l’obligation d’encadrer la manifestation ou la réunion publique reviennent exclusivement aux forces de l’ordre.


Mise en garde


Dans une récente communication, Paul Atanga Nji le ministre de l’Administration territoriale (Minat) a mis en garde, « les politiciens sans scrupules en quête d’une hypothétique notoriété, contre tout agenda visant à perturber la tranquillité des camerounais, avant, pendant et après l’élection des conseillers régionaux ».

Le rouleau compresseur des forces de l’ordre, « sera immédiatement mis en branle sans complaisance », avait-il précisé.

« Tous les fauteurs de trouble, quels qu’ils soient répondront de leurs actes devant les instances judiciaires », avait prévenu Paul Atanga Nji.


 

Elimbi Lobe de la plateforme Kawtal qualifie de « méthodes antidémocratiques », pour arriver au pouvoir, les appels à l’insurrection de Maurice Kamto. 


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun. 

-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : A ne pas lever les mots d'ordre et ne pas accepter le dialogue, l'opposition risque-t-elle de se marginaliser?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Les habitants de Dabou ont ils profité d'un contexte de tension pour...
 
1942
Oui
74%  
 
566
Non
22%  
 
120
Sans Avis
5%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement